Accueil

Vote des résidents étrangers : « annuler sans attendre cette anomalie démocratique »

le 17 septembre 2012

Vote des résidents étrangers : « annuler sans attendre cette anomalie démocratique »

Alors que le 8 décembre dernier, la majorité de gauche au Sénat s'était prononcée en faveur du droit de vote des résidents étrangers non communautaires et malgré l'engagement ferme du candidat Hollande sur son exécution, Manuel Valls pourtant ministre du gouvernement de gauche, tente de faire machine arrière.

Voilà plus de 30 ans que cette promesse faite par la gauche attend d'être tenue. 30 ans durant lesquels le PCF et ses élu-e-s se sont battu-e-s pour annuler cette anomalie démocratique.

Ils sont 5 millions à vivre, travailler, et payer leurs impôts en France. 5 millions qui attendent qu'enfin un gouvernement de gauche leur accorde ce droit légitime qui leur permettrait d'avoir un droit de regard sur les grands choix de société et la façon dont leurs impôts sont utilisés.

 

Manuel Valls, en décrétant dans le Monde daté de demain, que le droit de vote des résidents étrangers n'est pas « une revendication forte dans la société française », contredit le peuple français pourtant favorable à 70% à ce droit.

 

Le PCF exige que cette question soit mise sans attendre à l'ordre du jour du calendrier parlementaire. Il exige qu'il soit mis fin à cette discrimination injuste.

Guéant/Droit de vote des étrangers : "propos imbéciles et xénophobes"

le 03 mars 2012

Guéant/Droit de vote des étrangers :

Pour Claude Guéant, accorder le droit de vote aux étrangers pourrait conduire à ce que "des étrangers rendent obligatoire la nourriture hallal" dans les cantines. Ces propos du ministre de l'Intérieur sont imbéciles et xénophobes. Imbéciles, car pour lui "étranger=musulman", ce qui montre l'immense culture générale de notre ministre de l'intérieur. Xénophobes, car encore une fois il s'agit pour le supporter de Nicolas Sarkozy de s'en prendre aux étrangers, suspects par nature.

Il est temps de stopper les dérives fascisantes du gouvernement et de mettre un terme à la course à l'échalote qui se dispute entre l'UMP et le FN, la droite-extrême et l'extrême-droite. Le Front de gauche refuse de limiter le débat présidentiel a ces questions qui ne font qu'attiser la peur et monter les français les uns contre les autres. Ces propos ne sont pas dignes de la République française. Aussi, le PCF et ses partenaires du Front de gauche les condamne fermement. Si Claude Guéant n'est pas en accord avec les valeurs que porte cette République, personne ne le retient!

Droit de vote des résidents étrangers : « réparer l'anomalie démocratique »

le 24 novembre 2011

Droit de vote des résidents étrangers : « réparer l'anomalie démocratique »

Devant 3000 maires réunis à l'Élysée hier, Nicolas Sarkozy s'en est pris au droit de vote des résidents étrangers. Alors qu'il défendait le contraire en 2001 et 2005, le Président de la République s'est enfoncé dans un positionnement toujours plus à droite, cornaqué par le FN et la droite populaire et leurs idéaux détestables.

Pourtant ce combat est d'arrière garde. Plus la droite tente de populariser ce débat dans l'opinion, moins elle est entendue : 7 français sur 10 sont aujourd'hui favorables à l'obtention de ce nouveau droit qui pourrait enfin réparer cette anomalie démocratique. Les 5 millions de citoyens vivant en France et payant des impôts n’ont pas de droit de regard sur les grands choix de société et la façon dont leurs impôts sont utilisés. Une discrimination injuste, d'autant que les étrangers venus de l’Union européennes ont eux, le droit de vote aux élections locales.

Le PCF réaffirme son soutien au droit de vote des résidents étrangers à toutes les élections. Le Front de gauche, dans son programme « L'humain d'abord » propose, dans un premier temps d'accorder aux résidents extra-communautaires le droit de vote aux élections locales.

Une année anniversaire de nos droits de citoyennes actives pour impulser de nouveaux possibles.

le 30 janvier 2014

Une année anniversaire de nos droits de citoyennes actives pour impulser de nouveaux possibles.

2014 est un anniversaire pour toutes les femmes, un anniversaire qui se fête. en effet, il y a 70 ans, le 21 avril 1944, grâce à l’impulsion du ministre communiste, Fernand Grenier, les femmes obtiennent le droit de voter, d’être élues, de prendre toutes leurs places dans l’espace public, d’exercer le pouvoir à égalité avec les hommes, près d’un siècle après eux.

ce droit est un acte fondateur des droits des femmes. revendiqué sous la révolution française, il est sans cesse refusé, la société patriarcale confinant les femmes dans leur rôle « naturel » d’épouse, de mère, pour procréer, élever et éduquer les enfants. Leur quotidien est sous tutelle masculine. aux hommes la raison et la cité, aux femmes les sentiments et le foyer.

Que de chemin parcouru depuis ! Que de luttes féministes, sociales, politiques menées en permanence pour s’émanciper de la domination patriarcale et de l’oppression capitaliste ! et que de luttes à mener en ce XXie siècle quand le travail féminin sert de laboratoire au patronat pour accentuer la précarité, quand le droit à l’avortement est remis en cause en espagne, quand l’écart de salaires femmes/hommes est encore de 27 %, quand seulement 155 femmes sur 577 sont députées, quand les stéréotypes sexistes ont la vie dure, quand on entend dans les rangs de l’assemblée nationale des propos sexistes lors du « mariage pour toutes et tous », appelant à un ordre moral qui veut gérer nos vies, allant jusqu’à l’indécence de dire que les femmes doivent répondre aux pulsions irrépressibles des hommes pour justifier leur accord sur le système prostitutionnel !

actuellement, quand les élus, au plus haut niveau de l’état, tournent le dos aux engagements, assoient la suprématie des marchés financiers sur toute la société et nous imposent l’austérité et la régression de nos droits, il ne faut pas s’étonner que cette politique conduise des citoyen-e-s à s’abstenir à certaines élections.

Pourtant, les aspirations à l’égalité, au progrès social sont vivaces. elles ne peuvent se développer que si les citoyen-e-s prennent en main leur destin et s’engagent pour impulser de nouveaux possibles. oui, nous voulons redonner le goût de la politique, donner sa place à chacun-e, transformer les mentalités, partager tous les pouvoirs à responsabilité égale, instaurer la proportionnelle pour faire respecter le pluralisme et le vote des Français-e-s. oui, nous sommes déterminées, en 2014 :
• à participer à toutes les initiatives pour conquérir l’égalité dans tous les domaines de notre vie privée et publique
• à revendiquer une politique de gauche qui allie justice sociale, nouveau modèle productif et nouvelle ère démocratique
• à appeler à voter pour nos candidat-e-s aux élections municipales s’en - gageant sur ces valeurs d’égalité et de progrès social au service des populations.

nous aurons de bonnes occasions de nous retrouver.

Elisabeth Maugars
animatrice du collectif Féminisme/droits des Femmes PcF 37

20131230-CP-Picardie-Hâtez-vous pour voter en 2014

le 30 décembre 2013

20131230-CP-Picardie-Hâtez-vous pour voter en 2014

Vincent Casanova - L'impuissance au pouvoir ?

le 23 août 2013

Vincent Casanova - L'impuissance au pouvoir ?

Ceux qui se succèdent au gouvernement aiment à tout évaluer. Alors pourquoi ne pas les évaluer à notre tour ? Les pouvoirs en place ont fait la démonstration de leur impuissance. Volontarisme affiché, politique du chiffre : Sarkozy était l'illustration même de la maxime « quand on veut, on peut ». Mais les responsables en place, celui-ci comme son successeur, malgré leur rhétorique de l'action, leur agitation, n'ont jamais été à la hauteur des enjeux. Ne nous y trompons pas : cette impuissance est un véritable projet de gouvernement, au service du libéralisme. C'est TINA, c'est le discours de l'impuissance qui masque la question fondamentale du choix d'un contrat social. Notre invité donne un exemple concret : cela fait des années que différentes forces réclament des mesures contre les paradis fiscaux. Cela fait des années « qu'on ne peut pas ». Mais quand Cameron a besoin de recettes, la question est réglée en quelques jours... On a les impuissances que l'on choisi. L'attitude de François Hollande sur le droit de vote des étrangers est caractéristique de l'impuissance comme stratégie de gouvernement. Car il existe un intérêt à mettre son impuissance en scène : elle convainc et donc démobilise la population.

Il importe de prendre acte du fait que, pour Vincent Casanova, l'impuissance est le centre de la vie de l'esprit. Accepter cela ne signifie pas se résigner, mais comprendre que l'injonction au changement ne peut pas aujourd'hui être entendue ; ne pas se perdre dans des attentes qui ne peuvent qu'être déçues. Il nous faut continuer à travailler une construction politique qui réaffirme que rien n'est fatalité et que le peuple en marche, lui, est une puissance : vitupérer l'impuissance est la passion de ceux qui ne combattent plus.

Le PCF Paris 14 s'engage pour le droit de vote des résidents étrangers

le 28 janvier 2013

Le PCF Paris 14 s'engage pour le droit de vote des résidents étrangers
Le PCF Paris 14 est investit dans le collectif national "droit de vote 2014" qui s'est constitué dans le 14ème, pour le droit de vote des résidents étrangers applicable dès les municipales de 2014.
 
Près de deux millions et demi d’étrangers extracommunautaires vivent et travaillent dans des communes ou ils participent à la vie locale et paient des impôts. Il n’existe aucune raison pour que tous ceux qui résident sur ces territoires ne participent pas à la vie démocratique de façon égale.
 
Une première campagne nationale de signatures de la pétition est organisée du 26 janvier au 10 février 2013. Voici le lien pour que tu puisses signer la pétition Droit de vote pour tous les résidents étrangers dès 2014 : pour une République ouverte et fraternelle
:www.droitdevote2014.org 
 

Campagne pour le droit de vote des étrangers : le droit de vote , c’est maintenant !

le 15 janvier 2013

Campagne pour le droit de vote des étrangers : le droit de vote , c’est maintenant !

Cinq millions de résidents vivent, travaillent et payent leurs impôts en France. Cinq millions qui attendent depuis trente ans qu’enfin on leur accorde ce droit légitime qui leur permettrait d’avoir un droit de regard sur la vie de la commune et la façon dont leurs impôts sont utilisés.

Lors de ses voeux 2013, le président Hollande n’a pas évoqué le 50ème engagement du candidat Hollande. Pourtant, pour être effectif en 2014, la fenêtre de tir est très serrée. La loi votée par le Sénat le 8 décembre 2011 est maintenant sur le bureau de l ’Assemblée nationale. Le gouvernement se doit de l’inscrire à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale rapidement afin que les délais nécessaires à l ’organisation de la révis ion constitu tionnelle garantissent ce droit civique essentiel aux résidents étrangers dès 2014.

Ce droit a une forte charge symbolique. Le droit de vote reconnaît à ceux qui vivent, souvent depuis longtemps, en France, l’appartenance à la des tiné e commun e du peu ple. Faut-il rappeler que dans l’Algérie coloniale, le suffrage universel e xcluait « les indigènes ». Le gouvernement Hollande commettrait une gra ve erreur s’il ne mesurait que c e ren onc e ment doublé de la déception sociale alimente la col ère sourde qui gro nde dans les quartiers.

Plutôt que d’avoir peur de son ombre, le pouvoir doit avoir confiance dans la démocratie et dans le peuple. Au congrès, c’est plus que jouable. Si tous les parlementaires de gauche sont fidèles aux engagements q u’ils ont pris de v ant leu rs él ecteurs, il manquerait 28 voix pour obtenir la majorité qualifiée.

Et puis, si la droite pa rlementaire s’ arcboute sur le refus, il faut en appeler à la souveraineté populaire par référend um. La démocratie est toujours une f o rce. Notr e peuple l’a souven t démontré dans l’histoire.

Depuis trente ans, le Parti communiste, ses militants et les élu-e-s communistes ferraillent en faveur de ce droit civique élémentaire. De nombreuses communes ont organisé des votations citoyennes. Beaucoup permettent aux résidents étrangers de participer à la décision. Cette fois doit être la bonne. Nous mettrons toute notre énergie dans la balance.

Pierre Laurent
secrétaire national du PCF

Appel- Pétition pour le droit de vote aux élections locales de tous les résidents étrangers dès 2014

le 19 décembre 2012

Appel- Pétition pour le droit de vote aux élections locales de tous les résidents étrangers dès 2014

 

Jeudi 13 décembre, le rassemblement de plus de 50 organisations (associations, syndicats et partis politiques) ont présenté à la presse la pétition demandant au président de la République d’engager le processus de révision constitutionnelle permettant d’instaurer le droit de vote des étrangers pour 2014.

Le Parti communiste représenté par Jacques Chabalier, responsable national à l'organisation, et Isabelle Lorand, responsable nationale aux Droits et Liberté, a confirmé son plein engagement dans cette campagne.

Par la voix de Jacques Chabalier, le PCF a rappelé que cette promesse est faite par la gauche depuis trois décennies. 

La loi votée par le sénat le 8 décembre 2011 est maintenant sur le bureau de l'Assemblée nationale. Le gouvernement se doit de l'inscrire à l'ordre du jour de l'Assemblée nationale rapidement afin que les délais nécessaires à l'organisation de la révision constitutionnelle garantissent ce droit civique essentiel aux résidents étrangers dès 2014.

Si tous les parlementaires de gauche sont fidèles aux engagements qu'ils ont pris devant leurs électeurs, il manquerait 28 voix pour obtenir la majorité des 3/5 au congrès. La gauche n'a pas de quoi avoir peur de son ombre.

C'est une bataille plus que gagnable. Si la droite parlementaire s'arc-boute sur le refus, la gauche doit en appeler à la souveraineté populaire par référendum. La démocratie est toujours une force. Notre peuple l'a souvent démontré dans l'histoire.

Jacques Chabalier a également confirmé que le PCF en appelle aux militants et aux élus communistes pour que partout sur le territoire s'organise, sous toutes ses formes, une campagne de masse et de proximité.

 

 Petition:

 

Monsieur le président de la République,

Nous vous demandons d’engager le processus de révision constitutionnelle permettant d’instaurer le droit de vote et d’éligibilité pour nos concitoyen(ne)s résident(e)s étranger(e)s aux élections locales, dès les municipales de 2014.

Cet impératif d’égalité et de démocratie est urgent !

>> www.droitdevote2014.org <<

 

 

À l’appel de :

•   Associations : Aseca – Lettre de la citoyenneté, Assemblée citoyenne des originaires de Turquie (Acort), Association des Marocains de France (AMF), Association des travailleurs maghrébins de France (ATMF), Association nationale des élus communistes et républicains (Anecr), Association pour une citoyenneté européenne de résidence (Acer), Attac France, Banlieues actives, Cedetim, Collectif pour l’avenir des foyers (Copaf), Collectif « Votation citoyenne », Conseil français de la citoyenneté de résidence (Cofra- cir), Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR), France terre d’asile (FTDA), Ipam, Les Indivisibles, Ligue de l’enseignement (LE), Ligue des droits de l’Homme (LDH), Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap), Ruptures, Solidarité laïque, SOS Racisme, Union des Tunisiens pour l’action citoyenne (Utac).

•   Syndicats : Confédération française démocratique du travail (CFDT), Confédération générale du travail (CGT), Fédération syndicale unitaire (FSU), Syndicat des enseignants (SE-Unsa), Syndicat de la magis- trature (SM), Union nationale des étudiants de France (Unef), Union syndicale Solidaires.

•   Partis politiques : Europe écologie les Verts (EELV), Front de gauche (Convergences et alternative (CetA), Fédération pour une alternative sociale et écologique (Fase), Gauche anticapitaliste (GA), Gauche unitaire (GU), Les Alternatifs, Parti communiste des ouvriers de France (PCOF), Parti commu- niste français (PCF), Parti de gauche (PG), République et socialisme (RetS)), Mouvement des jeunes communistes de France (MJCF), Mouvement des jeunes socialistes (MJS), Nouveau parti anticapitaliste (NPA), Parti radical de gauche (PRG).

Vote des résidents étrangers. « Annuler sans attendre cette anomalie démocratique »

le 17 septembre 2012

Vote des résidents étrangers. « Annuler sans attendre cette anomalie démocratique »

Communiqué de presse

Alors que le 8 décembre dernier, la majorité de gauche au Sénat s'était prononcée en faveur du droit de vote des résidents étrangers non communautaires et malgré l'engagement ferme du candidat Hollande sur son exécution, Manuel Valls pourtant ministre du gouvernement de gauche, tente de faire machine arrière.

Voilà plus de 30 ans que cette promesse faite par la gauche attend d'être tenue. 30 ans durant lesquels le PCF et ses élu-e-s se sont battu-e-s pour annuler cette anomalie démocratique.

Ils sont 5 millions à vivre, travailler, et payer leurs impôts en France. 5 millions qui attendent qu'enfin un gouvernement de gauche leur accorde ce droit légitime qui leur permettrait d'avoir un droit de regard sur les grands choix de société et la façon dont leurs impôts sont utilisés.

Manuel Valls, en décrétant dans le Monde daté de demain, que le droit de vote des résidents étrangers n'est pas « une revendication forte dans la société française », contredit le peuple français pourtant favorable à 70% à ce droit.

Le PCF exige que cette question soit mise sans attendre à l'ordre du jour du calendrier parlementaire. Il exige qu'il soit mis fin à cette discrimination injuste.

Parti communiste français,
Paris, le 17 septembre 2012.