publié le 11/01/2019

Un atout majeur de la liste du PCF conduite par Ian Brossat

Comment, dans le contexte politique actuel, nos concitoyennes et concitoyens distingueront-ils, entre les différentes listes de gauche en présence, celle qui sera la plus apte à porter, lors du scrutin du 26 mai prochain - et, durablement, après les élections - les exigences légitimes que le mouvement des "Gilets jaunes" a imposées dans le débat public ? Car, soyons-en sûrs, chaque parti affichera une grande ambition sociale contre la dérive libérale et un parti-pris résolu en faveur de la démocratie citoyenne contre l'hyper-centralisation des pouvoirs ! Tous affirmeront enfin vouloir faire leur la stratégie gagnante de l'exceptionnel mouvement social que nous venons de vivre : la recherche permanente de convergences d'intérêts et le rassemblement le plus large dans l'action.

Sera-ce à celui qui criera le plus fort ? À celui qui caressera les électeurs dans le sens anti-européen du poil ? À celui à qui les sondages promettront le plus de voix ? Toute l'expérience des grands moments d'effervescence politique nous met en garde contre ces pièges à désillusions. Mieux vaut évaluer la portée des engagements affichés par les uns et les autres à partir de leur action effective dans la durée.

Or, sans chercher à "tirer la couverture" à nous - le pluralisme à gauche est une réalité dans notre société -, nous pouvons montrer que sur tous les terrains évoqués plus haut, la légitimité du Parti communiste est particulièrement forte. Et si l'on se place sur le plan de la bataille européenne proprement dite, on peut même aller plus loin : aucune force de gauche en France n'a, autant que lui, fait ses preuves à cet égard. Il est, par exemple, le seul, parmi toutes les grandes formations politiques de gauche, à n'avoir jamais voté en faveur d'un traité européen ; et s'il existe un groupe clairement orienté sur les priorités sociales et solidaires au Parlement européen - où, rappelons-le, se votent les directives - ou si nous disposons, pour envisager des actions communes, d'un Parti de la gauche européenne réunissant plus de 30 partis progressistes européens, le PCF y est pour beaucoup.

“Aucune force de gauche en France n'a autant fait ses preuves”

Mais, la référence incontournable en matière d'ADN des communistes sur les enjeux européens, est en France-même : c'est la campagne de 2005 pour le "NON de gauche" au projet de traité constitutionnel - qui est, à ce jour, l'expérience de démocratie citoyenne la plus achevée qu'ait connue notre pays et même l'Union européenne dans son ensemble.

En effet, si - fort heureusement ! - cette mobilisation nationale "pour l'Europe sociale, contre l'Europe libérale" a peu à peu attiré des forces progressistes de plus en plus variées (jusqu'à des dirigeants socialistes se découvrant subitement une âme de contestataires invétérés de "l'Europe" officielle), l'initiateur - dès septembre 2003 ! - et le principal animateur de cette gigantesque manifestation sociale et politique pour "changer l'Europe" fut le PCF. Si la victoire alors remportée nous fut scandaleusement volée, les leçons de cette page d'histoire de la France – "la belle, la rebelle" - demeurent. Et, dans la bataille européenne de 2019, c'est la liste du PCF conduite par Ian Brossat qui en est l'héritière.

Francis Wurtz
article paru dans Communistes du 9 janvier 2019

Notre site utilise des cookies qui nous permettent d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques de visites. En utilisant www.pcf.fr, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus