Publié le 23/11/2020 par PCF

General Electric : Le gouvernement doit exiger la suspension du plan de suppressions d'emplois chez Grid Solutions (Fabien Roussel)

Une restructuration de l'entité Grid Solutions de General Electric prévoit la suppression de 674 emplois dans des activités stratégiques du transport d'électricité à très haute tension en courant continu, actuellement développées en Europe pour diminuer les pertes d'énergie et en améliorer l'efficacité énergétique. Ce plan menace également également des projets innovants et écologiques comme les transformateurs sans gaz à effet de serre ou les transformateurs optiques, développés grâce à des financements publics et actuellement au stade de l'industrialisation.

La stratégie de la direction de General Electric n'a aucun fondement industriel, mais est guidée par une recherche de rentabilité financière à court terme, puisqu'il s'agit d'abandonner les productions nécessitant des investissements dans le temps long, pour les activités de services dégageant des marges immédiates importantes, et se désengager à plus ou moins brève échéance de la branche énergie.

Dans l'unité, les salariés et leurs organisations syndicales portent des propositions crédibles pour améliorer l'efficacité de court et de moyen terme du site de Villeurbanne, sans coupes sombres dans les effectifs.

Présent à leurs côtés à Villeurbanne le 28 octobre dernier, j'ai interpellé le ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire, pour que l'Etat s'oppose à ce PSE et prenne toute mesure conservatoire à l'égard de General Electric pour retrouver la maîtrise publique de l'ancienne branche énergie d'Alstom.

Ces mobilisations que le PCF soutient, avec les communistes rhodaniens et leurs élu·e·s, doivent permettre d'imposer de nouvelles logiques avec au cœur l'emploi, les qualifications, la maîtrise publique, l'investissement pour des productions nouvelles ô combien essentielles dans le domaine énergétique. Elles doivent permettre de mettre un terme aux gâchis d'argent public, versé à ces groupes industriels (CICE, CIR, subventions régionales, plan de relance) qui suppriment des activités essentielles et licencient à tour de bras.
Loin des discours présidentiels sans lendemains sur la réindustrialisation, le PCF appelle au contraire à l'élaboration d'une politique nationale reposant sur des acteurs nationaux et des investissements dégagés des critères de profitabilité immédiate. C'est le sens qu'il donne à l'organisation d'états généraux pour une révolution de l'industrie énergétique.
C'est un enjeu majeur pour réussir la transition énergétique, pour relever le défi climatique et pour consolider une des filières industrielles stratégiques pour l'avenir de la France.


Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, député du Nord,