Publié le 24/03/2022 par PCF

En Ukraine comme en France, il y a urgence à renforcer la lutte contre toutes les marchandisations du corps des femmes

Depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine, la France découvre les exactions commises contre les femmes ukrainiennes, le caractère massif de la GPA et l'absolu cynisme des « clients ».Le PCF demande que des actions concrètes de diplomatie féministe, dont le gouvernement s'est tant vanté mais qui ne fait rien dans cette crise, soient mises en œuvre. Il y a urgence à agir pour l'accueil, la protection et le refuge en France des ukrainiennes victimes de violences.

En France aussi, il faut regarder en face la responsabilité de ceux qui promeuvent les actes de barbarie et de torture, de violences faites aux femmes au travers de la promotion de la prostitution. Et de ceux qui, en promouvant la GPA, se rendent complice de de l'aliénation des corps des femmes. Nous rappelons que la GPA est interdite en France et condamnée par des peines d'emprisonnement.

Les communistes, leurs élu.es, leurs parlementaires, et notre candidat Fabien Roussel à travers le programme des « Jours heureux », défendent sans réserve, l'abolition de la prostitution et de la GPA.

Notre programme présidentiel prévoit d'affecter les moyens nécessaires à l'application de la loi de 2016 pour l'abolition de la prostitution. Cela inclura le financement des parcours de sortie, l'hébergement d'urgence et la régularisation des personnes en situation dite irrégulière. Un volet spécifique, portant sur la lutte contre la prostitution des mineur·e·s, accompagnera ces dispositions, adossé à la politique de protection de l'enfance.

Comme Fabien Roussel l'a dit lors de son meeting consacré aux droits des femmes à Merignac :

« Nous refusons la marchandisation du corps et nous ferons tout pour abolir la prostitution car aujourd'hui, 95% des femmes qui se prostituent sont en fait des femmes d'origines étrangères, exploitées par rien d'autre que des esclavagistes ! Derrière cette prostitution, il y a des réseaux de pédocriminalité, une industrie du sexe, et des enfants.

Nos enfants, qui sont totalement détournés de tout ce qu'il y a de plus beau dans une relation amoureuse, faite de respect, de respect du corps, faite de découverte, faite de tendresse et d'amour ! Les Jours Heureux, c'est dire non à la prostitution ! »