International Publié le 25/11/2021 par PCF

Interpol : La France, « pays des droits humains », laisse élire le général émirati Al-Raisi, accusé d'actes de torture, à la tête de l'organisation

Interrogé lors du point de presse de ce 24 novembre (à la veille de l'élection à la présidence d'Interpol) sur le vote de la France concernant le candidat émirati, le général Nasser Ahmed Nasser Al-Raisi, accusé de tortures par des plaignants britanniques et une ONG, le Quai d'Orsay s'est contenté de botter en touche en répondant notamment que « La France reste fortement mobilisée, dans le cadre des travaux en cours à Interpol, pour renforcer la gouvernance et la transparence de l'Organisation. »

Le problème est que cette position n'est guère tenable. Et que l'argument renforce la conviction que la responsabilité de la France était de s'opposer à la candidature d'une personnalité aussi douteuse.

D'abord parce que le crédit et la légitimité des institutions (internationales comme nationales ou régionales) reposent aussi bien sur la qualité de leurs instances et modes de fonctionnement que sur la probité des personnes qui les incarnent et y occupent des responsabilités, même (et peut-être, surtout) honorifiques. Et la France se contredit en disant veiller à la bonne gouvernance d'Interpol sans publiquement s'opposer à une telle candidature à sa présidence.

Ensuite, parce que les autorités françaises ne peuvent passer leur temps à donner à tous des leçons de respect des droits humains au prétexte que notre pays en serait le berceau et manquer de cran à ce point à l'heure des choix. On imagine d'ailleurs sans difficulté que la France aurait parlé autrement si le candidat avait été un-e ressortissant-e russe ou chinois par exemple. Car la sélectivité de la diplomatie française en la matière n'est guère une nouveauté mais sa persistance contribue à affaiblir le rôle de la 6e puissance mondiale et membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU ; et ce faisant, elle fragilise le crédit outre d'Interpol mais de l'ONU elle-même.

Il n'est pas digne de notre pays que ni le président de la République, ni le ministre des Affaires étrangères, ni le ministre de l'Intérieur n'ait répondu favorablement à l'appel de parlementaires, parmi lesquels Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, à rejeter la candidature d'Al-Raisi.

Enfin, pourquoi avoir, comme le fait le ministère, précisé d'emblée dans sa réponse que le vote se « tient à bulletin secret » ? Faut-il comprendre que la France est restée libre de son vote et ne l'a pas accordé au général émirati ? Pourquoi alors le cacher ? Cela non plus n'est pas digne d'une puissance mondialisée qui s'apprête à prendre la présidence de l'Union européenne en janvier.

Mais cela confirme, s'il en était besoin, que les droits humains demeurent, dans la conception française aujourd'hui au pouvoir, l'objet d'instrumentalisations, et non d'un combat émancipateur comme ils doivent l'être. Cela, aussi, doit changer.

Lydia Samarbakhsh
responsable des relations internationales du PCF