Publié le 11/11/2020 par PCF

L’Union des étudiants et étudiantes communistes veut redevenir l’organisation de référence sur les universités

Développer et renforcer la branche étudiante du MJCF

Samedi 31 octobre, les étudiants et étudiantes communistes se sont rassemblé·e·s lors de la séance étudiante de l’Assemblée Nationale des Animateurs et Animatrices du Mouvement Jeunes Communistes de France. Plus de vingt secteurs étaient représentés à cette séance. Les travaux réalisés ont permis de fixer les priorités de l’Union des étudiants et des étudiantes communistes pour l’année à venir. A l’issu de ces travaux le collectif national de l’UEC a été renouvelé et à fait le choix d’élire Jeanne Péchon comme secrétaire nationale de l’UEC.

Les représentants des secteurs de France ont fixé pour ambition de re-développer et renforcer l’UEC sur tout le territoire.Ces dernières années, la branche étudiante du MJCF a trop souffert des divisions. La séance étudiante de l’ANA a fixé comme principaux objectifs d’organisation : de retrouver une cohérence nationale ; de rassembler l’ensemble des étudiantes et étudiants communistes dans l’UEC et de permettre aux communistes d’avoir une adresse spécifique sur les universités à destination des étudiantes et des étudiants.

Tout au long de la séance étudiante, les représentantes et représentants des secteurs ont échangé sur le déploiement des campagnes du Mouvement sur les campus de France. Outre leurs buts respectifs, ces campagnes doivent permettre à l’UEC de militer au plus près de la réalité des étudiants et des étudiantes, de mener la bataille de l’adhésion et d’organiser les étudiants et les étudiantes dans l’UEC.

L’UEC sera à la hauteur du contexte politique

Le contexte sanitaire dans lequel est plongé le pays impacte durablement les étudiants et les étudiantes. La fermeture des établissements durant le premier confinement a entraîné des difficultés pour poursuivre ses études et a amplifié les inégalités d’accès aux ressources. La crise économique que nous traversons a accentué la précarité dans laquelle sont déjà plongé nombre d’entre nous. A cette précarité s’ajoute la hausse du coût de la vie étudiante qui augmente pour la troisième année consécutive.

La précarité, couplée à l’augmentation du coût de la vie étudiante oblige de plus en plus d’étudiantes et d’étudiants à se salarier à côté de leurs études. Plus de 50 % des étudiantes et étudiants sont obligé de jongler entre leurs études et un travail. Le salariat étudiant est aujourd’hui la première cause d’échec à l’université. Pour y mettre fin, l’UEC va militer toute au long de l’année pour l’instauration d’un revenu étudiant supérieur au seuil de pauvreté et financé par les cotisations sociales.

Parmis cette précarité il y a la précarité du logement. Aujourd’hui, le parc locatif est en tension, il existe seulement 170 000 logements pour plus de 2,7 millions d’étudiants et d’étudiantes, forçant nombre d’entre nous à se tourner vers des solutions plus coûteuses. Permettre l’accès à toutes et tous à un loyer modéré nécessite un réinvestissement massif dans le CROUS. Le droit à un logement digne doit être garanti.

Au-delà de cette précarité qui met nos études en danger, les attaques libérales à l’encontre de l’enseignement supérieur depuis plusieurs années ont dégradé la qualité de l’enseignement et la reconnaissance de nos diplômes : sélection généralisée, mise en concurrence des élèves, mais également des universités entre elles, précarisation des enseignants et enseignantes… L’enseignement supérieur subit de plein fouet les politiques austéritaires des vingt dernières années. Afin de garantir l’égalité d’accès aux formations sur l’ensemble du territoire, nous revendiquons un cadrage national des diplômes, la fin de l’autonomie des universités et un réel engagement de l’Etat dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche.

Le combat pour la Palestine réaffirmée

En France, les communistes ont toujours été le fer de lance des luttes décoloniales et anti-impérialistes. L’UEC n’en fait pas exception. Tout au long de l’année à venir, l’Union des étudiantes et étudiants communistes ménéra la bataille opur la reconnaissance de l’Etat palestinien. L’ensemble des secteurs de France seront présents pour faire connaître auprès des étudiants et des étudiantes, la figure de Marwan Barghouti, prisonnier politique Palestinien, député du Fatah emprisonné depuis 2002 en Israël et revendiquer sa libération.

Les étudiants ont été et ont vocation à être une force vive des luttes pour la paix et l’autodétermination des peuples.

« L’Union des étudiant·e·s communistes a de beaux jours devant elle et saura être à la hauteur des enjeux »

Jeanne Péchon, secrétaire nationale de l’UEC.