Publié le 06/10/2021 par PCF

Trois priorités pour déployer notre campagne présidentielle – Retour sur la 2e assemblée des fédérations

Jeudi dernier, nous tenions notre 2e assemblée des fédérations, en présence d’une cinquantaine de secrétaires départementaux.ales.

La situation politique, marquée par les hausses des tarifs de l’énergie, l’entrée en vigueur de la réforme de l’assurance chômage ou encore la volonté de prolonger l’état d’urgence et le passe sanitaire appellent une riposte des communistes dans les luttes et par le projet que nous portons pour les échéances présidentielle et législatives de 2022. Mener cette bataille politique est d’autant plus important que les thèses de l’extrême droite saturent le débat public avec la percée dans les sondages d’Éric Zemmour et la politisation de l’identité nationale.

Dans ce climat nauséabond, nous avons malgré tout des points d’appui. Les demandes qui montent de la société peuvent résonner puissamment avec un projet de gauche à condition d’être à la hauteur de l’affrontement avec le capital. En témoigne, par exemple, la demande très forte d’une réponse sur le pouvoir d’achat face aux hausses des factures, notamment les hausses très fortes des prix de l’énergie, et en lien avec cet enjeu celui des salaires et de l’emploi.

L’heure est à nous déployer pour remplacer la question identitaire par la question de classe et faire des intérêts du monde du travail et de la création, du besoin de justice sociale et d’égalité, la matrice de la France des Jours heureux que nous appelons à construire avec nos concitoyen·ne·s !

Nous pouvons nous fixer trois priorités pour y parvenir : 1. Créer le maximum de comités des Jours heureux dans la proximité (un kit de création des comités est disponible pour les secrétaires de section) ; 2. Réussir la semaine de mobilisation pour l’emploi du 9 au 16 octobre et l’initiative nationale emploi du dimanche 21 novembre ; 3. Prolonger localement les « Rencontres des Jours heureux » que nous organisons nationalement pour mettre en débat nos propositions sur de grands enjeux pour le pays.

Au cours de la discussion, des camarades notent un climat positif sur notre candidature, de communistes encore hésitants désormais convaincus à un intérêt affirmé pour les propositions du candidat par une part grandissante de nos concitoyen·ne·s.

Beaucoup insistent sur l’importance de la mise en mouvement des communistes pour déployer notre campagne présidentielle dans un contexte de défiance populaire et de faiblesse du mouvement social. Un camarade propose notamment l’élaboration d’un guide militant pour aider à l’action du plus grand nombre d’adhérent·e·s. D’autres insistent en complément sur le besoin d’entraide au niveau régional. Un autre camarade souligne la nécessité de concevoir des plans de campagne départementaux et locaux pour organiser la mobilisation, sur l’importance de la bataille pour le renforcement du Parti avec l’objectif de 10 000 adhésions, et de la bataille financière avec le lancement de la souscription dans toutes les fédérations.

Concernant nos initiatives pour l’emploi, la semaine d’action du 9 au 16 octobre se prépare dans nombre de départements avec l’objectif d’un maximum d’initiatives de sections. Plusieurs fédérations indiquent avoir déjà ciblées des entreprises ou des services publics et prévoient des conférences de presse. Un camarade pointe l’importance d’agir face aux GAFA comme Amazon avec des actions coordonnées sur les différents sites français ; un autre appelle à des actions contre la privatisation des lignes ferroviaires. De nombreuses fédérations pensent pourvoir dépasser les objectifs de participation à l’initiative nationale, malgré son report au dimanche 21 novembre. La réussite de ces initiatives sera un point d’appui important pour l’identification de notre candidature.

Igor Zamichiei

 

(étape 1 ici : https://www.fabienroussel2022.fr/agriculture_ruralite_alimentation)