position Publié le 24/10/2018 par PCF

Pour une France hospitalière et fraternelle, une Europe solidaire

Les questions migratoires sont au cœur de notre époque et représentent un véritable défi mondial, pour répondre d’une manière humaine et hospitalière à ces hommes et ces femmes venus chercher protection et espoir de mieux vivre, au risque de leur vie.

Pour une autre politique migratoire

Aucun pays n’échappe aujourd’hui à ces questions. Il s’agit donc pour les institutions internationales, États et citoyens de travailler à définir des solutions communes dans une démarche d’accueil et de devoir d’humanité.

Si le droit à la mobilité est reconnu par la déclaration des droits de l’Homme, les migrations forcées ne cessent d’augmenter. On le doit à l’état du monde actuel. Un monde profondément divisé par les inégalités qui ne cessent de croître. Un monde où une poignée d’individus possède autant de richesses que des centaines de millions de personnes. Un monde où la pau- vreté et des conflits sans fin jettent sur les routes de l’exil des femmes, des hommes et des enfants désemparés et d’autres, victimes de persécutions religieuses, ethniques, politiques, sexuelles.

S’y ajoutent les dérèglements climatiques, la montée des eaux, l’appauvrissement des terres.

Pour l’essentiel, ces hommes et ces femmes cherchent refuge dans les pays les plus proches. D’autres s’aventurent vers des terres lointaines, comme l’Europe.

S’il faut renforcer les efforts pour s’attaquer aux causes profondes de ces migrations forcées et des tragédies qu’elles entraînent, comment peut-on s’imaginer que la seule réponse serait de construire des murs que l’on voudrait infranchissables... illusion meurtrière !

Notre responsabilité est d’accueillir les migrants avec dignité et dans le respect de leurs droits, fixés par des conventions et des traités internationaux trop souvent oubliés ou détournés par les mêmes États qui les ont ratifiés.

Force est de constater qu’une majorité d’États refusent d’assumer leurs responsabilités. On assiste à la mise en place de politiques répressives de dissuasion migratoire, d’expulsions massives, de renvoi de responsabilité aux pays d’origine, de collusion avec des régimes et des groupes criminels nourris- sant le racisme, la xénophobie.

Il faut en finir avec cela.

Le Manifeste proposé par le Parti communiste français a pour objectif de replacer ces questions migratoires dans le contexte de cette mondialisation capitaliste, libérale et militarisée et d’ouvrir des chemins nouveaux pour élaborer ensemble des réponses humaines.

Telle est la démarche qui anime le PCF aux côtés des citoyens, des organisations et des associations, avec qui nous partageons les mêmes exigences d’humanité et qui mènent avec ténacité leurs propres actions de solidarité.

Notre pays, la France, a une responsabilité particulière dans l’élaboration et la mise en œuvre d’une politique hospitalière à l’égard des migrants et des réfugiés.

Patrie des droits de l’Homme, elle conserve, malgré tout, une image de terre d’accueil et de refuge. Mais la réalité des politiques menées ces dernières années a terni cette image. C’est aujourd’hui une politique en perte d’humanité qui se met en place sous l’impulsion du président de la République, qui se plaît à opposer les migrants entre eux. Agissant ainsi, il encourage les pré-supposés, les peurs, les préjugés d’une partie des Français. Pour nous et pour beaucoup d’autres de nos conci- toyens, ce tri entre migrants victimes ensemble de violence et de misère est inacceptable.

L’apport des migrants à notre société est avéré. Mais leur intégration se heurte aux politiques d’austérité qui conduisent à des régressions dans les domaines essentiels de l’emploi, du logement, de la santé, de l’école frappant indistinctement Français et migrants, devenus des boucs émissaires.

Ce sont ces politiques qu’il faut changer : celle qui donne aux plus riches en prenant à tous les autres, celle qui ferme les portes de notre pays à ceux et celles qui fuient guerre et misère, et enfin celle qui continue de piller les richesses d’anciennes colonies au détriment de leurs peuples, avec souvent la complicité de leurs propres gouvernements.

Oui, toutes ces questions relèvent de choix politiques réfléchis, délibérés qu’il s’agit de combattre et auxquels il est nécessaire de proposer des alternatives.

Nous sommes en France, en Europe et dans le monde, des mil- lions à refuser cette situation, à agir et à rechercher d’autres solutions.

Aucune société ne peut exister longtemps sous peine de se déshumaniser et de nourrir les haines en rejetant l’Autre qui appelle à l’aide. Les dirigeants actuels de ces grands États feraient bien d’y réfléchir... agir pour un monde plus juste et pacifique passe aussi par construire un monde accueillant, ouvert et solidaire.

Tel est le choix des communistes français.

Nous sommes à un moment où doivent se mettre en place, en France comme au plan mondial, européen, des politiques qui puissent assurer la mise en œuvre de nouvelles mesures en faveur des migrants et des réfugiés. Il faut élargir notamment la notion de droit d’asile.

À quelques mois de l’adoption du Pacte mondial pour les migrations sûres, ordonnées et régulières, initié par l’ONU, face aux politiques répressives menées en Europe et en France, le PCF appelle les Français à prendre la parole pour imposer d’autres choix et apporter les réponses nouvelles.

Ce Manifeste veut y contribuer par une série de propositions d’urgence et d’avenir, visant à faire converger les efforts, les exigences et apports de chacun en faveur d’une France soli- daire et hospitalière pour celles et ceux qui demandent aide et protection pour que enfin « la migration ne soit plus synonyme de souffrance ».

 

À télécharger :

Le manifeste pour une France hospitalière et fraternelle, une Europe solidaire

 

x
Notre site utilise des cookies qui nous permettent d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques de visites. En utilisant www.pcf.fr, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus