Soutenez le PCF et ses luttes : Souscrivez !

International Publié le 26/06/2019 par PCF

Tensions États-Unis / Iran: La périlleuse escalade

Les attaques de deux pétroliers japonais et norvégien en mer d’Oman le 13 juin dernier, après les actes de sabotage de quatre navires en mai, marquent une nouvelle étape dans la dangereuse surenchère entre l’Iran et les États-Unis. Cet engrenage s’est accéléré depuis que Washington s’est retiré unilatéralement de l’accord sur le nucléaire et a mis en place un régime de sanctions.
L’heure est désormais à l’escalade.

Donald Trump, ses alliés israéliens et des pétromonarchies du Golfe accusent Téhéran d’avoir fomenté ces opérations, sans preuves tangibles, conduisant les pays de l’Union européenne à exprimer de la prudence dans l’attribution des responsabilités, voire de la perplexité. Quant à l’Iran, il dément toute implication. L’offensive américaine se traduit également par un renforcement de ses capacités militaires avec l’envoi d’un porte-avions, de missiles Patriot et d’un contingent supplémentaire de 1 000 soldats. La destruction d’un drone espion américain au-dessus du territoire iranien a conduit D. Trump à ordonner des frappes aériennes avant qu’il ne se rétracte. Enfin, la politique de pression maximale empêche désormais l’Iran d’exporter son pétrole, menaçant d’asphyxie une économie minée par la crise, les inégalités et la corruption. Les États-Unis agissent en violation complète du droit international et imposent leur volonté au monde par leur règle d’extra-territorialité.

L’étranglement de l’économie iranienne pousse ses dirigeants à faire le dos rond, alors que la population souffre désormais de pénuries, d’absence de perspectives et d’accentuation de la répression contre toute velléité d’expression démocratique. Les femmes sont particulièrement visées par ce déchaînement de violence. Le consensus qui s’exprime sur l’exigence de résistance pousse certaines forces à accentuer la militarisation du système et à poursuivre la politique milicienne d’interventionnisme régional. Faute de dividendes politiques et économiques, Téhéran fait aussi monter la pression en annonçant que ses réserves d’uranium enrichi dépasseront les limites prévues par l’accord sur le nucléaire dès le 27 juin.

“La politique de sanctions américaine accentue la souffrance et la pauvreté du peuple iranien”

Tandis que les provocations se multiplient, rejetées par les opinions publiques respectives, les États-Unis et l’Iran proclament ne pas vouloir d’une nouvelle guerre au Moyen-Orient et s’installent dans un statu quo propice à tous les dérapages. Pour les Iraniens, confrontés à des tensions internes et à des interrogations sur leur politique étrangère controversée, ni l’escalade régionale, ni le dialogue avec D. Trump ne constituent une alternative crédible. Quant à la stratégie de Washington, elle apparaît dans l’impasse. Le président américain n’est pas parvenu, dans sa croisade, à enrégimenter les pays signataires de l’accord sur le nucléaire. Il s’agace de son incapacité actuelle à faire fléchir l’Iran alors qu’il est engoncé dans un double discours : officiellement, il appelle à négocier sur le nucléaire, les missiles balistiques et la politique régionale, tout en souhaitant officieusement un renversement du pouvoir actuel. Mais surtout, D. Trump manifeste, comme son prédécesseur, le souhait de se retirer du Moyen-Orient tout en multipliant les foyers de conflits avec la volonté de peser sur les évènements. Enfin, dans la perspective du scrutin de 2020, D. Trump ne se contentera pas de résultats limités sur le dossier iranien afin de flatter sa base électorale.

Le Parti communiste français s’inquiète et condamne cette dangereuse escalade qui risque d’embraser à nouveau un Moyen-Orient exsangue. Il dénonce la politique de sanctions américaine qui accentue la souffrance et la pauvreté du peuple iranien et conforte ce pouvoir théocratique dans la répression des forces démocratiques. Il appelle la France et l’Union européenne à ne pas céder aux injonctions de D. Trump en n’appliquant pas les sanctions, en maintenant leur engagement en faveur de l’accord sur le nucléaire et en refusant de se laisser entraîner dans une politique agressive.

Pascal Torre
responsable-adjoint du secteur international du PCF
chargé du Maghreb et du Moyen-Orient
article publié dans CommunisteS du 26 juin 2019

Notre site utilise des cookies qui nous permettent d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques de visites. En utilisant www.pcf.fr, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus