Publié le 02/12/2020 par PCF

4e forum européen : Les enjeux pour la gauche en Europe

Le 4e forum européen des forces de gauche, progressistes et écologistes s’est achevé le samedi 28 novembre par la publication d’une déclaration finale que l’on peut consulter sur le site dédié au forum

(DECLARATION FINALE 2020 – European Forum).  https://europeanforum.eu/2020/11/26/final-declaration-2020/

Les trois semaines de débats et d’ateliers ont réuni 1 500 participants de 57 pays différents. 160 intervenants politiques, syndicaux, associatifs, à parité (83 femmes et 77 hommes) ont échangé sur les urgences sociales, écologiques, démocratiques, féministes pour les peuples d’Europe confrontés à un véritable défi de civilisation.

La question du plan européen dit de « relance » et du cadre financier pluriannuel de l’Union européenne (UE) fut au cœur des débats, car elle pose celle de la domination du capital sur les choix faits par l’UE, du cadre austéritaire des traités européens et de l’alternative nécessaire pour une coopération entre peuples et nations souveraines et associées.

La critique portée par la gauche sur les sources financières, la dimension du plan, l’utilisation de l’argent et l’absence de contrôle démocratique dans un cadre que certaines bourgeoisies européennes cherchent à utiliser pour fomenter un nouveau saut fédéraliste, est aux antipodes du blocage honteux des gouvernements cléricaux, xénophobes et corrompus de Varsovie et de Budapest. Ces gouvernements ne refusent ni la logique libérale de l’UE, ni les fonds qui en sont l’émanation. La Pologne est le premier bénéficiaire des fonds européens et la Hongrie le quatrième, tout en refusant toute coopération entre les peuples européens. Dans le cas de la Pologne, ce veto est également le fruit du lobby patronal du charbon qui refuse les objectifs contraignants de diminution d’émissions de carbone. La solidarité avec les forces de gauche, féministes, syndicales, écologistes hongroises et polonaises, qui luttent sans relâche contre la réaction, est plus que jamais nécessaire.

Pour que la gauche retrouve le chemin du peuple en Europe, il lui faut articuler trois questions : la question sociale, la question écologique et la question de la souveraineté démocratique des peuples et des nations. Le forum européen a permis de dégager des pistes de travail, en tenant compte de la diversité des forces représentées. L’ampleur de la crise exige de nourrir les luttes de propositions de transformations radicales en rupture avec le mode de gestion capitaliste.

1. Il faut tourner la page de l’austérité européenne et donc des traités européens, qui portent une lourde responsabilité dans la crise du système public de santé.

2. Des coopérations ou une association entre les peuples d’Europe (au-delà des frontières de l’UE, car l’Europe et l’UE sont deux entités différentes) doivent avoir pour principe la défense et la promotion de la « sécurité humaine », c’est-à-dire, du travail, de la protection de la planète, des droits des femmes, du respect du droit international pour les migrants. Alors que les délocalisations ravagent des régions entières, il faut opposer l’exigence d’une souveraineté économique, d’une souveraineté industrielle des peuples et des États, promouvoir des règles de coopération entre les peuples européens qui tournent le dos au dumping fiscal et au dumping social et réorienter l’argent vers les productions utiles à la société et vers un développement et une extension des services publics.

3. Un autre ordre du monde sera possible en développant des coopérations commerciales mutuellement bénéfiques pour les peuples, et un nouveau modèle productif, ainsi qu’en promouvant la sécurité collective, c’est-à-dire le fait qu’un État ou un groupe d’États ne puissent pas prendre de mesures compromettant la sécurité du voisin. La logique otanienne va clairement à l’encontre de la sécurité collective et il faut rompre avec cette logique. La participation de représentants du forum de Sao Paolo et de la gauche étatsunienne aura mis en lumière la nécessaire solidarité internationale entre les peuples.

La déclaration finale a également ratifié le soutien du forum à la campagne européenne pour un vaccin et un traitement gratuits contre la Covid-19 qui a été officiellement lancée le lundi 30 novembre. Il importe désormais de se mobiliser pour recueillir le million de signatures nécessaires au niveau européen !

Vincent Boulet, adjoint au secteur international/Europe.

 

Notre site utilise des cookies qui nous permettent d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques de visites. En utilisant www.pcf.fr, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus