Publié le 14/09/2020 par PCF

Vente d’armes à la Grèce : « Cette escalade militaire est une mauvaise réponse » (Fabien Roussel - PCF)

Dans le contexte de tensions et d'agressivité du dirigeant turc Recep Tayyip Erdogan en Méditerranée orientale, Emmanuel Macron choisit... de vendre des armes à la Grèce ! Un contrat pour 18 Rafales, 4 hélicoptères, des missiles et des torpilles francais vient dêtre signé, comme une forme de réponse aux provocations du président turc dans les eaux grecques. Cette escalade militaire est une mauvaise réponse.

Après avoir mobilisé deux chasseurs Rafale et deux navires de guerre, la France avait déjà procédé, le mois passé, à un exercice militaire conjoint avec la Grèce, l'Italie et Chypre, au sud et au sud-ouest de Chypre.


La ministre française des Armées, Florence Parly, s'est aussitôt réjouie de ce qu'elle voit comme le renforcement du « lien entre les forces armées grecques et françaises » considérant, selon elle, qu'il s'agit d'un pas « en faveur d'une Europe de la défense plus forte, plus autonome et unie ». Quel aveuglement ! Paris nourrit l'escalade militaire dans l'une des zones les plus sur-militarisées du monde, où le risque nucléaire est présent, et participe à une surenchère agressive entre membres de l'OTAN. On voit mal une « défense européenne » déjà arrimée à l'OTAN – et dont la Turquie est la 2e armée en matière d'effectifs – fonder une cohérence dans ses orientations et sortir « renforcée » de l'amplification de la crise interne de l'alliance politico-militaire qui est placée au service des intérêts stratégiques nords-américains depuis sa fondation.


Pour le Parti communiste français, il est indispensable de mettre un coup d'arrêt net aux évolutions dramatiques qui se dessinent, qu'il s'agisse des visées expansionnistes du dirigeant turc que d'un sur-armement de la Grèce. De plus, le peuple grec devra payer ces achats d’armement par de nouvelles politiques d’austérité.


Dans une région où, déjà, peuples grec et turc ont vécu les plus effroyables conflits, la France et l'ensemble des pays de la région doivent construire un chemin diplomatique pour sortir de crise qui contrait la Turquie à respecter le droit international, les accords internationaux existants, le droit de la mer, et découragent les visées militaristes des protagonistes.


Le PCF, préoccupé et inquiet de l'escalade belliciste en Méditerranée, appelle au rassemblement et à la mobilisation des forces de la paix en France et en Europe pour peser en ce sens.

Notre site utilise des cookies qui nous permettent d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques de visites. En utilisant www.pcf.fr, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus