Publié le 16/11/2022 par PCF

Débat – Pour sortir de la crise de l’énergie

En deux ans, le prix de l’électricité est passé de 40 € à 1 000€ le Térawatt-heure au plus fort de la crise. Nous le constatons à chaque fois que nous faisons signer notre pétition pour un pôle public de l’énergie : les gens veulent des explications ! C’est ce qui a amené plus de cent personnes au débat organisé par la fédération à Ivry le 26 octobre.

explications et propositions pour sortir de la crise, et Pascal Savoldelli, sénateur PCF, a soulevé les difficultés des collectivités, des bailleurs sociaux et des PME pour payer les factures.

Face à eux, Frédéric Descrozailles, député LREM, a dû assumer les propositions et le bilan de 5 ans de gouvernement Macron.

Un débat enrichi par la participation du public : bailleurs, salariés du public et du privé, cadres territoriaux, étudiants ou élus, qui ont porté des exigences pour les 12 millions de personnes en précarité énergétique en France.

Des constats différents : Pour F. Descrozailles, le problème c’est avant tout la guerre en Ukraine et le besoin d’un « État stratège ». Il faudrait des investissements, des mesures incitatives, et des « boucliers » pour limiter la casse, et même racheter les parts d’EDF que l’État ne possède pas... pour sauver les actionnaires, Mais pas de remise en cause de la libéralisation !

Pourtant, comme l’a expliqué V. Gonçalvès, c’est le mécanisme « Arenh » et le marché européen de l’énergie qui sont en cause.

Arenh, c’est « l’accès régulé à l’énergie nucléaire historique » qui oblige EDF à vendre à prix coûtant l’énergie nucléaire à des revendeurs privés, qui tarifent leur électricité au prix du marché, sans produire d’énergie ni entretenir les réseaux.

Le marché européen organise les prix. Si le prix du gaz augmente, le prix de l’électricité explose. Même si l’on consomme de l’énergie nucléaire décarbonnée et « bon marché ». Une aubaine pour les spéculateurs, une catastrophe pour les consommateurs.

Résultat de la volonté d’aménager des marchés juteux aux producteurs privés, le sous-investissement a mis à l’arrêt des centrales nucléaires. Nous le payons durement aujourd’hui. La crise de l’énergie est un ricochet de la crise du capitalisme et de l’incapacité des marchés à répondre aux besoins humains.

L’énergie est un droit pour tous et un besoin vital pour la société. Alors le Parti communiste a des propositions : la création d’un pôle public de l’énergie qui nationalise EDF et Engie, la sortie du marché européen, l’abrogation d’Arenh, la baisse de la TVA de 20 % à 5,5 % sur l’électricité.

Tristan Lecointre

membre de l’exécutif fédéral