International Publié le 19/01/2021 par PCF

Pour la ratification du TIAN: Rendons hors la loi l’arme nucléaire

En 2017, l’Assemblée générale de l’ONU votait, avec l’appui de 122 États, le Traité d’interdiction des armes nucléaires (TIAN). Après le bannissement des armes biologiques et chimiques, l’entrée en vigueur du TIAN, le 22 janvier 2021, constituera un fantastique espoir pour prohiber les armes de destruction massive et les rendre illégales au regard du droit international.

Le TIAN fait l’objet d’une obstruction des pays possédant l’arme nucléaire (États-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne, Israël, Pakistan, Inde et Israël). Pour autant, son entrée en vigueur est loin d’être symbolique. Le TIAN comporte des interdictions, constitue un instrument juridique contraignant et les États, soucieux de leur opinion publique, devront en tenir compte.

Trois dangers mortels guettent l’humanité : le réchauffement anthropique du climat, le capitalisme qui accroît partout l’insécurité humaine et l’apocalypse nucléaire. On assiste depuis quelques années à une relance de la course aux armements nucléaires et à une prolifération encouragée notamment par la décision des États-Unis de sortir de la plupart des traités s’y afférant.

Les risques posés par ces armes ne cessent de croître dans le climat politique international actuel. Nous en connaissons les dangers et les conséquences humaines irrémédiables. Comment défendre l’idée que l’arme nucléaire pourrait jouer un rôle de garant de la sécurité mondiale ou de protecteur de l’humanité lorsque l’on sait que son usage aurait sur la santé, l’environnement, le climat, la production alimentaire et le développement socio-économique un impact catastrophique, durable sur plusieurs générations.

« La France doit rejoindre le cercle des nations contre les armes nucléaires »

Le monde, pour faire face aux conséquences du dérèglement climatique, aux crises sanitaires et à l’explosion de la pauvreté, a besoin de moyens immenses sur le plan monétaire, industriel et scientifique. Une partie d’entre eux sont stérilisés dans des budgets consacrés à la course aux armements nucléaires et à la militarisation de l’espace. Ratifier le TIAN est un enjeu majeur qui permettrait de libérer des moyens importants, pour la recherche et les hôpitaux publics par exemple, pour la sauvegarde de l’humanité. Rien que pour la France, cela constitue près d’une centaine de milliards sur quinze ans.

Le rôle des opinions publiques sera déterminant pour sauver la planète, mobiliser les ressources en faveur du développement humain et de la paix.

L’entrée en vigueur du TIAN doit désormais conduire la France, jusqu’alors à contre-courant, à faire le choix de le signer et de le ratifier. Paris devrait être à l’initiative sur le plan international afin d’établir un processus de sortie. Un premier signe serait de geler la modernisation du parc des armes nucléaires. La France doit rejoindre le cercle des nations contre les armes nucléaires pour renforcer la sécurité internationale et libérer le monde d’armes inhumaines.

Cela correspond à une aspiration profonde puisque 76 % des Français sont favorables au désarmement nucléaire et 68 % souhaitent une ratification du traité par la France.

Le Parti communiste français, fidèle à son constant engagement en faveur de la paix, appelle à se joindre à l’initiative nationale de plusieurs organisations pacifistes, sociales, syndicales et politiques afin de rendre hors la loi les armes nucléaires.

 

Rassemblement, prises de parole, délégations devant les ambassades des pays disposant de l’arme nucléaire

jeudi 21 janvier à 15 heures

esplanade des Invalides (métro Invalides)

 

Les communistes, par leur forte mobilisation, auront à cœur de faire de ce rassemblement un succès.

Pascal Torre
responsable-adjoint du secteur international
chargé du Maghreb et du Moyen-Orient

Notre site utilise des cookies qui nous permettent d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques de visites. En utilisant www.pcf.fr, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus