Publié le 27/04/2022 par PCF

Un 1er Mai combatif

 

Le 1er Mai est une date clé dans l’histoire du mouvement ouvrier. Son adoption remonte à 1889, lors du Congrès fondateur de la IIe Internationale socialiste à Paris. Cette date a été choisie en référence aux grèves commencées le 1er mai 1886 aux États-Unis pour obtenir la journée de huit heures.


Après un 1er tour de l’élection présidentielle marqué par une forte abstention et par une progression inquiétante de l’extrême droite, plus proche que jamais d’être à la tête du pays, nous devons organiser un 1er Mai combatif mais également plein d’espoir.


À travers nos traditionnelles ventes de muguet dans toute la France et dans les manifestations, nous devons montrer aux Français·es qu’un autre projet politique est possible et surtout souhaitable. Nous avons porté tout au long de notre campagne des Jours heureux cet espoir d’une société libérée du capitalisme et de la course effrénée au profit et nous devons continuer à le porter. Notre projet ne s’éteint pas au soir du second tour. Quel que soit le résultat, il sera au contraire toujours plus urgent de le construire et de le faire connaître. 

Léna Mons

 

Un 1er Mai convivial et politique à Montpellier


Après deux années marquées par les restrictions dues à la pandémie, les communistes de Montpellier renouent avec leur traditionnelle paella du 1er Mai. Organisée à et par la cellule de Villeneuve-lès-Maguelone, cette journée est permise par la dynamique retrouvée du Parti et de la JC durant la campagne dans la métropole héraultaise.
Faisant suite à la manifestation organisée par l’intersyndicale, le repas sera un moment important pour construire à gauche, pour travailler l’indispensable lien avec les luttes contre les mauvais coups de Macron, l’imposture de Le Pen. Les discussions et le débat nécessaire ne manqueront pas de débuter sur la manifestation montpelliéraine autour de notre point de vente du muguet.


La vente du muguet du PCF lors des manifestations du 1er Mai est une tradition militante. Ce jour-là tout le monde a le droit de vendre des brins de muguet. Il suffit pour cela d’être à 40 mètres d’un fleuriste.
La journée du 1er Mai est d'abord une journée de grève et de mobilisation pour les droits sociaux et politiques des travailleuses et travailleurs, pour la limitation de la durée du travail et un meilleur partage des richesses. En France, mystifié en « Fête du Travail » par Pétain, le 1er Mai est redevenu le jour férié de défense des droits des travailleurs en 1947, alors que le ministre du Travail était le communiste Ambroise Croizat, initiateur de la Sécurité sociale et du système de retraite par répartition.
Symbole de l’arrivée du printemps et de la lutte des travailleurs, faisons en sorte que la vente des brins de muguet par les militants communistes contribue à la venue « des jours heureux ».

Frédéric Giraud, secrétaire fédéral du PCF Deux-Sèvres