Publié le 18/11/2020 par PCF

« Notre temps est arrivé, les femmes »

Ce 25 novembre 2020, Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, a lieu en pleine crise sanitaire, pendant un deuxième confinement, tout aussi risqué que le premier pour les femmes et les enfants dans les foyers où la violence règne. Cela est bien connu, les violences à l’âge adulte prospèrent sur le terreau de celles connues dans l’enfance, du côté des victimes comme des agresseurs d’ailleurs. Pour briser ce cycle infernal, il est fondamental de détecter, écouter, prendre en charge et réparer dès les premières violences.

Nous sommes dans un contexte à la fois enthousiasmant et difficile. Enthousiasmant du fait de la nouvelle vague féministe, aux ramifications multiples, qui déferle depuis octobre 2017, depuis l’émergence de #Metoo. Abaissement du niveau de tolérance aux violences, prise de parole, prise de conscience du caractère massif des violences faites aux femmes et aux enfants : une fenêtre mondiale s’est ouverte pour des conquêtes majeures. Le contexte est néanmoins difficile parce que la Covid, le confinement, le couvre-feu et autres mesures qui peut-être sont devant nous, mais surtout la crise économique qui en découle, ont des conséquences catastrophiques pour l’emploi et le pouvoir d’achat des femmes. Elles ont déjà gravement renforcé les inégalités domestiques et d’accès aux droits, le nombre de mammographies a baissé de 50 % par rapport à d’habitude, ce qui laisse présager des détections tardives et toutes les conséquences qu’on peut imaginer sur la prise en charge du cancer du sein. La question se pose également pour les IVG, sans parler du débat qui a secoué la semaine dernière l’Assemblée nationale concernant l’allongement du délai.

Les premières de corvée, sur le pont des métiers « essentiels », féminisés et précaires, seront les premières victimes de cette crise. Depuis notre échelle jusqu’à l’ONU, les études fleurissent sur les conséquences genrées de la crise et tout confirme que nous sommes face à un énorme défi pour éviter les régressions pour les droits des femmes.

Nous sommes féministes : Notre sexe, notre genre nous conduit à devoir être dès la naissance des infatigables militantes pour l’égalité. En 2020, en France, 6e puissance économique mondiale, des êtres humains se font assassiner parce que ce sont des femmes : ce sont des féminicides. Une femme tous les 2 jours est tuée par son conjoint ou son ex conjoint ! Les violences faites aux femmes sont le bras armé du patriarcat. Elles sont partout. Elles sont diverses : emprise, injure, harcèlement, coup, viol… À chaque fois, les violences sexistes et sexuelles constituent un cinglant rappel à l’ordre patriarcal et capitaliste. Elles ne relèvent pas du domaine privé, mais d’une problématique publique et politique. Elles peuvent être arrêtées par des politiques publiques, volontaristes et financées. C’est pourquoi nous exigeons que le gouvernement arrête les tours de passe-passe : le milliard promis pendant le Grenelle est un milliard dû aux femmes victimes de violences et à leurs enfants !

Parce que nous sommes communistes, nous portons un féminisme-lutte des classes. La casse des services publics et le démantèlement des solidarités héritées du Conseil national de la Résistance, notamment les retraites et la Sécurité sociale, aggravent encore la situation économique des femmes. La Covid et le confinement, les fermetures des écoles, ont épuisé particulièrement les femmes au travail comme à la maison ! Appauvries et précarisées, elles sont encore plus vulnérables face aux violences. Pourtant, le confinement a révélé au grand jour le rôle primordial des femmes, premières de corvée dans les secteurs les plus indispensables à la société.

Les femmes et leurs alliés se lèvent pour dénoncer le système patriarcal qui les domine. Le mouvement social massif des femmes se lève, nous en sommes pleinement : #Metoo, #Balancetonporc, #Iwas, en mobilisation le 8 mars 2020 contre la nomination de G. Darmanin, elles expriment clairement et massivement leur refus de continuer à subir ce système injuste !

Les violences faites aux femmes sont systémiques. Il est illusoire de vouloir les éradiquer avec des textes parcellaires et des mesures parcimonieuses. Le PCF demande immédiatement 1 milliard pour lutter contre les violences faites aux femmes ; le PCF demande l’adoption d’une loi-cadre sur les violences qui rassemblerait l’ensemble des problématiques dont le travail éducatif de prévention et d’accompagnement.

À toutes les femmes qui ont révélé leurs souffrances, toutes celles qui se battent pour obtenir justice et soutien, pour se protéger et protéger leurs enfants, pour se reconstruire, retrouver la sérénité et le goût d’aimer à nouveau. À ces femmes qui aiment les femmes et qui subissent la double discrimination en tant que femme et lesbienne. À ces femmes de toutes origines et de tous milieux sociaux. Nous savons et nous réaffirmons qu’une alternative féministe ne peut être dissociée du combat contre les réactionnaires et l’extrême droite, contre le racisme, tout comme contre les LGBT-phobies. À toutes celles qui n’ont pas encore parlé. À toutes celles et tous ceux qui veulent construire une société solidaire et sororale, tou·te·s les bénévoles, les militant·e·s politiques et associatifs, ces agent·e·s du service public, ces professionnel·le·s de santé, ces voisin·e·s, ces élu·e·s locales, qui savent que « le privé est politique » et accompagnent les femmes vers la sortie des violences, tous ces gens qui pallient l’indifférence de l’État et sauvent des vies avec des bouts de ficelle. Aux hommes alliés des femmes, qui se questionnent sur leurs idées et leurs pratiques, et qui écoutent et soutiennent les femmes, par humanité, par solidarité.

Nous voulons dire qu’il est possible d’en finir avec les violences faites aux femmes et aux enfants.

Les militant·e·s et les élu·e·s communistes et féministes revendiqueront le 21 novembre avec « Nous toutes » et le 25 novembre 2020, Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, comme le reste de l’année, dans tout le pays, contre les traitements indignes et contre toutes les violences faites aux femmes et aux enfants.

Le temps de la colère, les femmesNotre temps, est arrivéConnaissons notre force, les femmesDécouvrons-nous des milliers !

« Nous pouvons gagner ce milliard historique ! »

Hélène Bidard, responsable nationale de la commission, féministe/droits des femmes du PCF.

Notre site utilise des cookies qui nous permettent d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques de visites. En utilisant www.pcf.fr, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus