Publié le 09/03/2022 par PCF

À un mois du 1er tour, engageons toutes nos forces avec Fabien Roussel !

En réunion des secrétaires départementaux jeudi dernier puis ce lundi en Comité exécutif national, nous avons fait le point sur notre campagne présidentielle à désormais un mois seulement du premier tour du scrutin. 

Avec le déclenchement de la guerre en Ukraine et la déclaration de candidature d’Emmanuel Macron, la campagne rentre dans une nouvelle phase. D’immenses défis sont devant nous. 

Le premier défi est de porter une voix singulière pour la paix, comme l’a fait magistralement Fabien Roussel à l’Assemblée nationale. Affirmons notre solidarité avec le peuple ukrainien, la condamnation du choix de la guerre par V. Poutine et notre action déterminée pour le cessez-le-feu, le retrait des troupes russes d’Ukraine et - contrairement à de nombreux va-t-en-guerre - l’exigence d’un non-élargissement du conflit à l’Otan, la désescalade et la paix durable ! C’est le sens de notre proposition de conférence paneuropéenne engagée par les Nations unies réunissant l’ensemble des pays européens avec l’Ukraine et la Russie. Faisons connaître largement notre position qui est appréciée des Français, notre candidat étant dans une récente enquête identifié comme le candidat de gauche qui a le plus de hauteur de vue sur la situation.

Le deuxième défi est que le débat politique de fond sur l’avenir de la France, sur l’ensemble des questions de cette élection présidentielle, ne soit pas escamoté. Tout est fait par Emmanuel Macron pour banaliser sa candidature et ne pas affronter son bilan catastrophique, car il est convaincu que c’est en apparaissant à la tâche en tant que président et non en tant que candidat qu’il a le plus de points à marquer.

Avec la paix, agissons pour placer les autres grands enjeux de cette élection présidentielle au cœur du débat public, l’avenir de la jeunesse, le travail, l’emploi et les salaires, la transformation de notre mode de production, les services publics ou encore la République sociale, laïque et démocratique.

Les positions originales que Fabien Roussel a portées ces dernières semaines sont plus que jamais d’actualité pour protéger les Français contre la spéculation créée par les profiteurs de guerre. Je pense par exemple à nos propositions pour l’augmentation des salaires, la baisse des prix de l’énergie et des carburants en faisant contribuer le capital, la conquête de notre souveraineté alimentaire et industrielle par un plan de développement de l’agriculture française et la relocalisation de notre industrie. Nos positions sont aussi saluées dans des domaines clés comme l’égalité femmes-hommes, comme l’a montré le décryptage de notre programme par les associations féministes et le bon accueil de nos propositions dans les manifestations du 8 mars.

Le dernier défi, c’est de libérer le vote pour Fabien Roussel de la pression d’un prétendu « vote utile » pour tel ou tel autre candidat de gauche. Montrons la cohérence de notre projet et la force de notre proposition, et faisons la démonstration que le vote pour Fabien Roussel est le vote pour que le monde du travail soit respecté, le vote pour répondre aux préoccupations quotidiennes, le vote pour une gauche populaire, républicaine, une gauche sincère, un vote d’avenir pour que la gauche pèse davantage et obtienne des avancées. Et mettons à profit chacun des 32 jours qui nous séparent du premier tour par les gestes militants les plus efficaces pour conforter dans le vote celles et ceux que nous avons déjà rencontrés, cibler celles et ceux qui pourraient voter pour nous et collecter de nouveaux appels à voter, ou encore afficher l’élargissement de notre candidature par la publication d’une grande diversité de soutiens locaux.

Ensemble, faisons gagner la France des jours heureux !