Publié le 20/05/2021 par PCF

Plus d’ambition pour le sport en France (Nicolas Bonnet Ouladj - PCF)

Le président de la République a annoncé le lancement du « Pass-Sport », dispositif d’aide de 50€ à la prise de licence sportive à destination des 6-18 ans. Si la démarche est louable, elle n’est absolument pas suffisante.

D’abord, parce que les licences sportives sont onéreuses et qu’une aide plafonnée à 50€ ne sera pas suffisante. Ensuite, parce que cette aide ne concerne que les moins de 18 ans sur critère sociaux. Pour que le sport soit accessible à toutes et tous, les associations doivent être en mesure d’accueillir toutes celles et ceux qui souhaitent pratiquer. Ce dont le sport a besoin c’est un plan d'urgence, avec un budget dédié à la hauteur. Or le gouvernement a adopté, il y a un mois, la loi sport qui ne permet aucun plan de relance des pratiques et de soutien aux clubs, malgré le contexte si particulier que nous connaissons.

L’après-confinement doit conduire à un changement de cap dans la politique sportive nationale. Nous proposons de rebâtir le service public du sport autour de deux priorités, l’éducation physique et sportive à l’école et les associations sportives, les deux pierres angulaires du droit d’accès au sport.

Nous proposons le doublement immédiat des crédits dédiés au sport et sa progression sur les 5 prochaines années pour atteindre 1 % du budget de la nation, en 2024. Cela permettrait à la fois une aide de l’Etat universelle à la prise de licence pour toutes et tous à hauteur de 50 % du prix de la licence, sur critère sociaux, tel que le permettait le dispositif des coupons sport. Cela permettrait également un plan de rattrapage des équipements sportifs avec accompagnement financier pour les collectivités.

Enfin, la priorité doit être donnée à l’Education physique et sportive, de la maternelle à l’université, avec le respect des 3h à 5h, le doublement des recrutements pendant au moins 5 ans des professeurs d’EPS, le retour des épreuve d’EPS aux examens (DNB, CAP, Bac) avec un coefficient revalorisé et une section sportive scolaire ou une option dans chaque établissement scolaire avec l’augmentation de la subvention de l’État pour le sport scolaire.

 

Dans moins de 3 ans, nous accueillerons les Jeux olympiques et paralympiques. Si nous voulons saisir cette opportunité et faire de la France une nation sportive, nous devons nous en donner les moyens.

 

Nicolas Bonnet-Ouladj, responsable de la commission Sport au PCF,