Publié le 23/11/2020 par PCF

Revue de Presse du week end du 21 novembre avec Fabien Roussel

Fabien Roussel était l'invité de La montagne, Nice Matin et l'Opinion.

L’opinion

 

https://www.lopinion.fr/edition/politique/fabien-roussel-il-faut-pcf-fort-redonner-l-espoir-monde-travail-229460



Fabien Roussel : « Il faut un Parti communiste français fort pour redonner de l’espoir au monde du travail »


Fabien Roussel est député du Nord et secrétaire national du Parti communiste français (PCF) depuis 2018. Il est le onzième dirigeant de la formation politique, qui fêtera fin décembre les cent ans de sa fondation à l’issue du fameux congrès de Tours en 1920 et la scission de la Section française de l’internationale ouvrière (SFIO).
La majorité des militants vote alors l’adhésion à l’Internationale communiste fondée par Lénine. C’est la naissance de la Section française de l’Internationale communiste (SFIC) qui deviendra le Parti communiste. Un siècle plus tard, c’est à la tête d’une formation affaiblie mais toujours présente à gauche que Fabien Roussel ouvrira les festivités.


Le PCF fête ses cent ans à la fin de l’année. Comment expliquez-vous sa longévité ? La lutte des classes existe toujours. Tant que ce rapport de force persistera, il subsistera un fond communiste pour porter ce combat. Au début des années 2000, le milliardaire américain Warren Buffett disait : « Il y a une lutte des classes, évidemment, mais c’est ma classe, la classe des riches qui mène la lutte. Et nous sommes en train de gagner ». C’est lui qui a exprimé le mieux cette réalité ! Ensuite, le PCF est né au lendemain de la Première guerre mondiale pour porter le combat pour la paix.
Il a continué à le faire tout au long de son existence, à travers les luttes internationalistes pour la décolonisation, la liberté des peuples et leur indépendance. Il a aussi mené en France des combats importants pour défendre le monde du travail, en 1936, en 1968, en 1981 et même en 2005 avec la victoire du « non » au référendum sur la constitution européenne.
Entre-temps, il y a eu la résistance pendant la Seconde guerre mondiale puis la participation en 1945 au gouvernement provisoire du général de Gaulle. C’est la création de la sécurité sociale, du système de retraites par répartition et du droit de vote des femmes grâce à l’amendement défendu en 1944 par le communiste Fernand Grenier… Ces dates import antes trouvent encore leurs prolongements aujourd’hui et c’est sans doute cela qui explique notre enracinement dans l’histoire du pays.


L’histoire du PCF épouse celle de la France au XXe siècle, avec ses « moments de dogmatisme et d’aveuglement » comme vous l’écrivez dans la préface. Lesquels ? Nous avons fait une analyse lucide du stalinisme que nous avons dénoncé, tout en restant communistes mais sans remettre en cause le PCF et ses combats. Nous avons cependant su garder un esprit critique sur ce qu’il se passait dans d’autres pays au nom du communisme.
A son époque, Georges Marchais avait pris ses distances avec la manière dont le Parti communiste de l’Union soviétique gérait le pays, notamment sur la question des Droits de l’Homme. Nous avons eu notre originalité sans jamais renier nos fondamentaux, ce que n’ont pas fait d’autres partis. Je pense en particulier à la droite, qui a une histoire forte dans notre pays mais qui, face aux soubresauts de l’histoire mais aussi face à ses erreurs, a fait le choix de changer d’étiquette et même de voie. Nous avons décidé de garder la même maison et ses fondations.


Le PCF s’est longtemps démarqué par son anticolonialisme, quelles traces a-t-il laissées dans l’histoire ? Nous avons souffert d’attaques et de persécutions pour cela. Plus récemment, nous avons été en France à la pointe du combat contre l’apartheid et pour la libération de Nelson Mandela. J’ai moi-même été formé comme cela, j’ai adhéré aux jeunesses communistes pour lutter contre l’apartheid.
Je me suis fait tabasser à des manifs, j’ai fini plusieurs fois au commissariat et ai même été molesté, laissé nu au poste à 17 ans pour m’humilier. Nous étions minoritaires mais quand Nelson Mandela est mort vingt ans plus tard, le monde était à son chevet… Tout ça appartient désormais au passé, mais le combat contre le colonialisme, l’indépendance des peuples et le respect de leurs choix est fortement actuel.
Les enfants de la troisième et de la quatrième génération ont besoin d’avoir accès à cette mémoire et de connaître les combats qui ont aussi été menés en France à cette époque. Des militants communistes ont perdu la vie, fait de la prison et été persécutés parce qu’ils avaient fait le choix de l’indépendance de l’Algérie. Le mettre en avant serait une source d’apaisement, tout comme il faudrait trouver les mots et exprimer des regrets pour dire que les choix faits par les dirigeants d’alors n’étaient pas justes.


L’histoire du PCF, c’est aussi celle de l’union des gauches. Aujourd’hui, où en est-on ? Les débats qui ont émaillé le congrès fondateur de Tours en 1920 perdurent. Entre la social-démocratie qui ne remet pas en cause le capitalisme et la gauche communiste qui souhaite mettre en place un autre système économique plus juste et plus humain, le combat idéologique persiste. C’est aux citoyens de le trancher. L’originalité du PCF par rapport à d’autres forces de gauche, c’est d’avoir toujours été un parti de rassemblement prêt à s’unir dans l’intérêt de la nation et du monde du travail.
C’est le choix que nous avons fait en 1936 avec Léon Blum et les radicaux, qui n’était pas évident, mais aussi en 1945 avec de Gaulle, ce qui était encore moins évident. Enfin en 1973 quand nous choisissons de soutenir François Mitterrand à l’élection présidentielle. Ce sont à chaque fois des mouvements populaires pour l’intérêt général. C’est ce qui doit nous guider, contrairement à ceux qui aujourd’hui à gauche mettent des préalables au rassemblement.


Quelle place occupe la victoire du « non » au référendum de 2005 sur la constitution européenne dans l’histoire du parti ? C’est un moment très important pour deux raisons. Premièrement, c’était une victoire populaire qui a fait la démonstration que le peuple pouvait être lucide et faire un choix en conscience sur cette construction européenne ultralibérale. Les Français ont dit non et le grand malheur de notre pays, c’est qu’il n’a pas été respecté. Par Nicolas Sarkozy d’abord puis par François Hollande. Deuxièmement, la leçon de cette victoire est qu’elle a été rendue possible parce que le PCF a tendu la main aux autres forces de gauche pour mener une campagne commune.
Nous avons fait des tribunes communes avec des dirigeants socialistes, écologistes, des associatifs et des syndicalistes. Marie-George Buffet, alors secrétaire nationale, avait fait le choix de partager le temps d’antenne qui lui était dévolu avec d’autres formations. Ce rassemblement a permis de donner un contenu progressiste au vote pour le « non », à la différence de celui de l’extrême droite qui était nationaliste.
« Dire que les partis sont dépassés et qu’ils ne servent à rien, c’est se raccrocher à l’homme ou à la femme providentielle, à des mouvements éphémères ».


Le parti a compté à son apogée des centaines de milliers de membres avec un sentiment d’appartenance très fort. Que reste-t-il de cet âge d’or ? Je ne suis pas nostalgique. Le PCF, ce sont aujourd’hui 90 000 sympathisants dont 50 000 cotisants. Nous devons être l’un des premiers partis de France en la matière. En plus de notre réseau d’élus, des 630 mairies communistes et de nos deux groupes à l’Assemblée et au Sénat.
Nous avons toujours des réunions locales dans les villages, les villes et les quartiers où on se retrouve ensemble pour faire de la politique mais aussi pour des moments de fraternité et de convivialité. J’ai justement envoyé un message à tous les adhérents pour les appeler à faire vivre cet esprit de camaraderie pendant le confinement, prendre soin de la famille communiste mais aussi du voisin, du collègue, etc.
Mais il est vrai que l’engagement politique diminue fortement, toutes forces confondues, et c’est grave pour la démocratie. Les gens courent le risque de devenir des consommateurs de la politique. Ils ne votent plus et nous devenons de plus en plus dépendants de forces extérieures. Dire que les partis sont dépassés et qu’ils ne servent à rien, c’est se raccrocher à l’homme ou la femme providentielle, à des mouvements éphémères.


Vous avez été élu sur un discours critique de la période récente, sans candidats du parti à la présidentielle. Est-ce toujours le cas ? La situation politique que nous vivons en ce moment démontre qu’il est nécessaire d’offrir un espoir aux Français. Ils doivent savoir qu’on peut sortir de ce système économique qui privilégie l’argent, la concurrence et la compétitivité. Qui oppose les Français et les divise. Il est important qu’il y ait un PCF qui redonne de l’espoir au monde du travail, c’est tout l’enjeu de notre congrès de l’année prochaine et du choix que nous aurons à faire pour l’élection présidentielle de 2022.


 

 

La Montagne

 

https://www.lamontagne.fr/paris-75000/actualites/fabien-roussel-pcf-la-dignite-humaine-est-au-cur-de-tous-nos-choix_13881081/

 

https://www.leberry.fr/paris-75000/actualites/fabien-roussel-pcf-la-dignite-humaine-est-au-cur-de-tous-nos-choix_13881081/

 

Fabien Roussel (PCF) : « La dignité humaine est au cœur de tous nos choix »

Publié le 22/11/2020 à 08h00

 

Le député et secrétaire national du Parti communiste préface « 100 ans de parti communiste français » (Cherche Midi) et parle d’un « idéal » que l’actualité ravive.

 

Est-ce qu’à 100 ans, on a encore l’avenir devant soi ? Oui ! Un parti qui a réussi à vivre et à participer à la grande histoire de France pendant 100 ans est un parti qui a 100 ans d’avenir. D’autant plus que l’actualité l’exige. La crise sanitaire et économique que nous vivons est en même temps une véritable crise de civilisation. Nous devons complètement repenser nos modes de vie, nos modes de production et l’utilisation que nous faisons de nos richesses, de l’argent.

En cela, nous communistes, avons une vision de la société qui met l’humain, son bonheur, la dignité humaine, au cœur de tous les choix. C’est l’argent qui doit être mis au service de l’être humain et non pas l’inverse. Notre idéal est un combat d’avenir pour notre pays.


La France ne serait pas ce qu’elle est si le PCF n’avait pas existé, dites-vous. Que lui doit-elle, si on devait résumer ? En quelques dates, c’est 36 avec les congés payés, c’est la Résistance, c’est 45 avec de Gaulle, la reconstruction de la France, la Sécurité sociale…, c’est 68, c’est 81 avec la victoire de Mitterrand et de la gauche et c’est enfin 2005 avec la victoire du non au référendum sur le traité constitutionnel européen. Nous avons contribué à tout cela.


Entre-temps, le PCF a enchaîné les défaites, passant à 2 % du corps électoral. Comment l’expliquez-vous ? Si on avait la réponse unique à cette question, on saurait inverser la tendance. Certainement, nos adversaires, à savoir les financiers, les actionnaires qui ont des moyens démesurés, ont été meilleurs que nous. Ils ont gagné quelques batailles, mais ils n’ont pas gagné la guerre. Nous, communistes français, avons peut-être aussi fait des choix mal compris par le monde du travail, notamment en participant à des gouvernements de gauche qui ont tourné le dos à leurs engagements. Peut-être aussi que le choix de ne pas être présents lors de grands rendez-vous électoraux, comme les deux dernières élections présidentielles, a pu laisser entendre que nous n’étions plus là, alors que nous avons fait le choix de soutenir un candidat au nom du rassemblement. Notre absence a pu être mal comprise.


Ce qui vous pousserait donc à présenter un candidat en 2022… La décision n’est pas prise.

Nous nous préparons et posons les deux options sur la table : ne pas participer à cette élection ou y participer et y être prêt, avec un projet, un candidat ou une candidate, un budget, les parrainages. Nous espérons prendre cette décision au printemps. Ce sont les communistes qui décideront.

Nous sommes une force politique qui compte avec 48.000 adhérents, 620 maires, deux groupes parlementaires, 150 conseillers départementaux. En 2017, parce que nous n’étions pas prêts, nous avions fait un choix un peu par défaut, le choix de ne pas y aller.


Vous aviez surtout fait le choix de soutenir Jean-Luc Mélenchon, non ? Oui, bien sûr. La question qui se pose en 2022 est celle d’un changement de société, l’envie de rompre avec le système actuel. Nous disons qu’il est possible d’éradiquer le chômage et la pauvreté. Il est inadmissible qu’il y ait 300.000 SDF dans un pays aussi riche. Il y a l’argent nécessaire pour engager la transition écologique, urgentissime. Ces deux priorités, sociale et écologique, doivent être intimement liées. Il faut sortir des logiques libérales.


Vous dites aussi que les « 500 signatures de M. Mélenchon, c’est son problème »... Puisque nous avions fait le choix de le soutenir en 2017, nous lui avions apporté beaucoup de signatures. Mais si nous présentons un candidat, nous n’allons pas nous occuper des parrainages de Jean-Luc Mélenchon, mais des nôtres.


La France insoumise a-t-elle quelque part participé à marginaliser le PCF ? Non, je ne dis pas ça. Quand on est marginalisé, il est trop facile de dire que c’est de la faute des autres. Il faut faire notre bilan.



Cette gauche en ordre dispersé se donne-t-elle une chance ? Le problème de la gauche n’est pas qu’elle soit représentée par différents courants, cela a toujours existé. Il est lié à la faiblesse de son propos. La gauche n’a plus fait rêver. La gauche a trahi. La gauche a déçu. Tant que les forces de gauche ne le diront pas aussi clairement que je le dis et qu’elles ne renoueront pas avec cette aspiration à défendre le peuple et le monde du travail, comme nous voulons le faire, elle sera toujours au ras des pâquerettes. La gauche, même additionnée, n’a jamais été aussi faible.

Je veux qu’on puisse dire, dans notre pays, que si la gauche arrive au pouvoir, le Smic va augmenter de 300 euros, les retraites vont augmenter, qu’on pourra partir plus tôt à la retraite, parce que c’est possible. On veut vivre mieux. Les discours de responsables de gauche, qui disent quand ils sont dans l’opposition qu’ils vont casser la baraque puis, une fois au pouvoir, que c’est compliqué, font du mal à la gauche.



Il faut aller chercher des voix chez les abstentionnistes ? Oui, c’est mon combat. L’objectif est de convaincre ceux qui sont en colère ou déçus. Je leur dis « Retrouvez goût à voter car sans vous, on ne rependra pas le pouvoir ». Ceux qui se détournent des urnes laissent le pouvoir à la finance. Il faut qu’ils reviennent dans la bataille.



Ça vous tente l’aventure présidentielle ? On ne se pose pas cette question… Je me bats ces derniers temps pour les salariés de Vallourec, Bridgestone, Airbus… Par un autre candidat ou par nous-mêmes, ces idées doivent être portées aux législatives et à la présidentielle. Je suis passionné, indigné. Je veux que cette question de la dignité humaine soit au cœur d’un projet de société. Voilà ce qui m’anime quand je me lève le matin. 



Propos recueillis par Florence Chédotal

 

Nice Matin

 

https://www.nicematin.com/politique/fabien-roussel-secretaire-national-du-pcf-evoque-une-candidature-de-son-parti-a-la-presidentielle-604674

 

Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, évoque une candidature de son parti à la présidentielle

Le Parti communiste, qui fête cette année ses cent ans, devrait présenter un candidat à la présidentielle en 2022, après deux impasses en 2012 et 2017 où il s'est rangé derrière Jean-Luc Mélenchon. C’est ce que laisse entrevoir son secrétaire national...

Le Parti communiste français fêtera ses cent ans en décembre. À cette occasion, vient de sortir aux éditions du Cherche-Midi un ouvrage collectif qui retrace et analyse ce siècle d’existence, préfacé par Fabien Roussel, député du Nord et secrétaire national du PCF depuis fin 2018. Ce dernier martèle la vitalité de son parti.


Que reste-t-il, aujourd’hui, de l’idéal communiste de 1920? Un engagement toujours aussi fort, aussi combatif et aussi dur. Le capitalisme est toujours là, avec son cortège de pauvreté, de chômeurs et d’inégalités. Face à cela, les communistes, et d’autres, proposent un autre modèle de société, qui privilégie l’être humain et la planète.


Comment analysez-vous la perte d’influence du PCF à partir des années quatre-vingt? Si l’on faisait 16 % à l’élection présidentielle comme en 1981 [Georges Marchais, 15,35% au premier tour, ndlr], je signerais dès demain! La perte d’influence qui a suivi s’est traduite par des pertes pour le monde du travail. Elle a résulté des déceptions engendrées par la gauche, et nous avons participé à ces gouvernements de gauche qui ont pris le tournant de la rigueur à partir de 1983-1984. Le PS a tourné le dos à ses engagements et nous avons payé, avec lui, le prix de ces reniements. Nous avons, par ailleurs, fait le choix de ne pas être présents aux deux dernières présidentielles et cela a pu contribuer à ce que les Français pensent que nous n’étions plus présents dans le paysage politique. Nous avons pourtant de nombreux élus, des groupes à l’Assemblée et au Sénat. Être absent des échéances présidentielles a donné le sentiment que nous n’avions plus rien à dire. Or, nous avons des choses à dire.
"En 1981, c'est grâce au PCF que la gauche a gagné au second tour"


Par son côté pagnolesque, en étant parfois caricatural, Georges Marchais a-t-il fait plus de mal que de bien au PCF? Les Français conservent beaucoup de tendresse pour Georges Marchais. Ils l’appréciaient parce qu’il était sincère et leur ressemblait. C’était un homme du peuple, un ouvrier et il parlait comme eux. Je ne crois donc pas que son image ait affaibli le parti. En 1981, c’est grâce au PCF que la gauche a gagné au second tour.


Le PCF a-t-il payé une trop grande indulgence vis-à-vis du système soviétique? C’est vieux, ça. Ce n’est plus le sujet ! Georges Marchais est d’ailleurs le secrétaire national qui a mis de la distance avec Moscou. Et depuis, nous avons toujours défendu un communisme à la française, adapté aux réalités de notre pays. Dans ses combats internationaux, le PCF est le parti qui a combattu l’apartheid. Moi, j’ai adhéré pour libérer Nelson Mandela, quand personne ne s’en souciait encore vraiment. Le PCF s’est aussi battu contre la colonisation, la liberté et l’indépendance des peuples. Peu de partis ont cette histoire dans notre pays et nous en sommes fiers.
"Nous voulons avoir un candidat qui défende les premiers de corvée"


Comment expliquez-vous le déclin parallèle ces dernières années du PS et du PCF, alors que le premier s’est recentré et que le second est resté proche des classes populaires? Il faut relativiser notre baisse. Nous avons certes enregistré un score faible aux européennes [2,5 %, ndlr], mais il n’est pas significatif de notre influence. Celle-ci ne se mesure pas qu’à ces résultats-là. Nous avons 620 maires et près de 50.000 adhérents qui cotisent. Quel autre parti a encore cette implantation?


Comment expliquer alors que le PCF ait été cannibalisé par Jean-Luc Mélenchon ? Sans doute parce que nous avons fait le choix de nous effacer derrière sa candidature aux deux dernières présidentielles.


Et qu’allez-vous faire en 2022? Nous engageons le débat au sein du parti sur la possibilité de présenter un candidat à la présidentielle pour porter justement les espoirs du monde de travail, des premiers de corvée. Nous voulons avoir un candidat qui les défende, pour lutter contre les délocalisations et restaurer les services publics. Nous avons un processus démocratique de décision et celle-ci sera prise au printemps.
"Porter de pair l'urgence sociale et l'urgence climatique"


L’évolution du monde a-t-elle fait évoluer votre logiciel? Nous avons décidé de faire nôtre un slogan: l’humain et la planète d’abord. Nous voulons porter de pair l’urgence sociale et l’urgence climatique, mettre l’humain et la planète au cœur de notre projet de société. Ce sont les deux jambes sur lesquelles nous voulons marcher. L’une n’ira pas sans l’autre.


Vous avez manifesté contre le projet de loi de sécurité globale. Vous le jugez liberticide? Nous allons voir comment se déroule le débat, notamment les amendements à l’article qui vise à empêcher de diffuser des images de policiers. Si, comme le dit le ministre, il ne sera pas interdit de les filmer, alors il n’y aura pas de problème. Nous sommes aussi soucieux de protéger les policiers quand ils font l’objet d’appels au meurtre ou à la vengeance. Mais la presse, comme n’importe quel citoyen, doit pouvoir filmer.

Thierry Prudhon