Publié le 12/11/2020 par PCF

Semaine internationale du désarmement du 24 au 30 octobre

Pour la paix et une sécurité humaine, la diminution des dépenses mondiales d’armement et l’élimination des armes nucléaires constituent une nécessité.

 

Visuel Fred Garcia-Sanchez

Nous sommes aujourd'hui tous confrontés à une pandémie redoutable, devenue en certains endroits hors de contrôle. Elle se traduit par un accroissement dévastateur des inégalités sociales. Partout dans le monde, des populations subissent les douloureuses conséquences d'une crise sanitaire mais aussi économique. Dans un tel contexte, comment des pays peuvent-ils faire la guerre ? Oui, le moment est venu de tomber les armes, de proclamer un cessez-le-feu général, pour se consacrer à une seule priorité : la santé des êtres humains. C'est l'appel, en forme de supplique, que nous adressons à tous les belligérants de la planète. En Arménie, en Azerbaïdjan, au Yémen, en Libye, au Moyen Orient, en Palestine, dans la région subsaharienne, en Afrique … des hommes, des femmes et des enfants continuent de subir les violences de la guerre, en plus de tous les tourments qui leur sont infligés. C'est insupportable et il faut y mettre fin de toute urgence.
Alors que vient de s’achever la semaine de l’ONU pour la diminution des dépenses d’armement, nous devons aussi imposer un autre mot d'ordre : que l'argent qui sert à financer des guerres, à moderniser des armes atomiques, soit mis au service de la lutte contre la pandémie et de la gratuité du futur vaccin. En deux décennies, le volume des dépenses militaires a doublé, pour atteindre le montant exorbitant de 1917 milliards d'euros, dont 54% pour les seuls Etats membres de l'OTAN. Ces sommes sont non seulement indécentes au regard des besoins essentiels dont sont privés des centaines de millions de personnes. Mais elles traduisent aussi une lourde menace pour la paix dans le monde. C'est la raison pour laquelle toutes les initiatives pour rompre cette spirale infernale doivent être soutenues. Il faut ainsi se féliciter de l'adhésion, le 24 octobre dernier, d'un cinquantième Etat au traité sur l'interdiction des armes nucléaires (TIAN). Une ratification qui entraînera l’entrée en vigueur de ce traité en janvier 2021, marquant ainsi une nouvelle étape pour l’élimination de ces armes de destruction massive.
Dans un tel contexte, la France doit à présent elle aussi signer et ratifier le TIAN et décréter le gel de ses programmes de « modernisation » des armes nucléaires. Le gouvernement vient encore d'inscrire 5 milliards d'euros dans le budget 2021 pour de nouvelles armes nucléaires ! C’est 15 millions par jour ! Combien d’hôpitaux, d’écoles, de médecins, d’enseignants nous pourrions construire et embaucher !
La France, enfin, devrait revoir sa politique de vente d'armes, en particulier avec les pays qui violent les droits de l'homme, bombardent des populations civiles ou soutiennent des mouvements djihadistes. Les armes ne peuvent être un élément de compétitivité comme un autre et la place de la France sur le podium mondial des exportateurs d'armements s'apparente davantage à une flétrissure de nos idéaux républicains qu'à une quelconque médaille.
Le PCF, à l'occasion de la semaine des Nations Unies pour le désarmement, réaffirme son engagement pour la paix et le désarmement. Il réitère son soutien au réseau international ICAN (1) dont il est membre et à toutes les organisations qui luttent pour ces objectifs. II appelle, en tant que membre du collectif national En Marche pour la Paix, à signer la pétition initiée par ce collectif pour que la France ratifie le traité sur l’interdiction des armes nucléaires et favorise la construction d’une culture de la paix en s’inspirant de la Charte des Nations Unies.
Attributaire du prix Nobel de la Paix 2017

Notre site utilise des cookies qui nous permettent d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques de visites. En utilisant www.pcf.fr, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus