Publié le 26/12/2020 par PCF

TURQUIE : LE DEPUTE SELAHATTIN DEMIRTAS DOIT ETRE LIBERE IMMEDIATEMENT (PCF)

Après l’arrêt de la Cour constitutionnelle de Turquie en 2019, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) vient d’infliger un terrible camouflet au président turc R.T. Erdogan en exigeant la libération immédiate de Selahattin Demirtas.
Député, co-président du Parti démocratique des peuples de Turquie (HDP), deux fois candidat à l’élection présidentielle, Selahattin Demirtas est emprisonné, au côté de milliers de détenu-e-s, depuis novembre 2017, et risque 142 ans de prison.

Les attendus sans équivoque de la CEDH dénoncent de multiples violations à la Convention européenne des Droits de l’homme sur la liberté d’expression, le droit à la sûreté, ainsi que l’impossibilité d’organiser des élections libres, l’absence de pluralisme aujourd’hui en Turquie.
La CEDH souligne surtout l’inconsistance des accusations pour « terrorisme » portée, malgré l’inexistence totale de preuves, par le pouvoir contre les opposants à la politique d’Erdogan.
Selahattin Demirtas n’est coupable que d’avoir choisi le camp de la démocratie, de la paix et du respect absolu des droits culturels et politiques de tous les peuples de Turquie à commencer par les kurdes et les alévis. Les criminels sont ceux qui emprisonnent les dizaines de milliers d’élu-e-s, militant-e-s, journalistes, universitaires, femmes et hommes qui résistent à la haine et l’oppression.
Depuis l’arrivée au pouvoir de R.T. Erdogan, les démocrates de Turquie subissent une répression violente et implacable qui veut réduire à néant toutes les voix discordantes.
Le Parti communiste français (PCF) qui s’est associé, avec une multitude d’organisations et d’associations, à la campagne initiée par l’association France-Kurdistan #FreeDemirtas se félicite de la décision de la CEDH.
C’est un encouragement à amplifier la mobilisation et le rassemblement pour obtenir la libération de Selahattin Demirtas et de toutes celles et tous ceux qui paient de leur liberté leur engagement pour la paix, la justice sociale, les droits