Publié le 12/01/2022 par PCF

Amnistie

La cour d’appel de Paris examine mercredi, une nouvelle fois, la demande d’extradition de l’Italie de militants d’extrême gauche à qui la France a accordé, dans les années 1980, l’asile politique. Ce qui leur est reproché s’inscrit dans une période noire de l’histoire italienne désignée par l’expression « années de plomb ». Quarante ans après, cette vengeance sans fin pose question. Dix ans seulement après les affrontements meurtriers de la Commune de Paris qui firent des dizaines de milliers de victimes, Victor Hugo déclarait : « L’oubli seul pardonne. Il faut fermer toute la plaie. Il faut éteindre toute la haine ». Amnistie pour tout ce qui est en relation avec les années de plomb. 

Gérard Streiff