International publié le 15/04/2021

Autopsie d'un assassinat

visuel_Ahmad_Erekat.jpg

Le 23 juin 2020 les troupes d'occupation israéliennes ont criblé de balles et tué Ahmad Erekat, un jeune Palestinien âgé de 26 ans, au poste de contrôle appelé "Container" situé entre Bethléem et Jérusalem. Il se rendait au mariage de sa sœur.

Il a été laissé au sol pendant une heure et demi sans secours, se vidant de son sang et mourant sans qu'une ambulance israélienne se trouvant sur les lieux n'ait été sollicitée par les militaires. Il n'était pas armé ni ne menaçait les soldats - dont plusieurs étaient des jeunes du contingent.

La famille Erekat a sollicité l'aide d'une équipe d'experts en criminologie qui ont effectué une enquête minutieuse à partir des enregistrements vidéo du poste de contrôle.

Lien internet donnant accès à ce travail, avec l'exceptionnel commentaire d'Angela Davis*, à retrouver ICI.

Ahmad Erekat était un cousin de Saëb Erekat, secrétaire général de l'OLP et négociateur officiel palestinien, lui-même décédé le 10 novembre dernier, du Covid-19, à l'âge de 65 ans, à l'hôpital Hadassah de Jérusalem.

Michel Muller
membre du collectif Palestine du PCF

* Angela Davis interdite de parole dans une université américaine

Angela Davis devait animer ces jours -ci un débat organisé par des étudiants de l’université Butler d'Indianapolis dans l'Indiana, une institution privée essentiellement fréquentée par des jeunes issu-e-s de familles aisées "blanches". Les thèmes de l'événement portaient sur les questions de la suprématie blanche, de l'injustice et de l'émancipation collective. Trois jours avant la date fixée, la direction de l'Université a annulé le débat. Pour Jewish Voice for Peace (JVP) qui vient de lancer l'alerte, il n'y a aucun doute : c'est sous la pression d'étudiants activistes antipalestiniens que "l'administration de Butler a plié, imposant le silence à l'une des plus brillantes et célèbres militantes des droits civils". Et JVP souligne : "Ceci n'est qu'une tentative de plus de prétendre qu'en promouvant les droits des Palestiniens - proclamant l'humanité et la dignité palestiniennes, et en luttant pour leurs droits à la terre, au foyer et à l'eau - est d'une certaine manière nocif pour le peuple juif. Nous savons que cela n'est pas vrai. Et nous savons qu'un avenir de justice n'est possible que si les Palestiniens sont libres."