International publié le 15/07/2022

BRICS, le droit au développement

visuel_brics.jpg

Au mois de mai 2022 s’est tenue une réunion importante des ministres des Affaires étrangères des BRICS, plateforme qui regroupe cinq pays : Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud. Sur le plan mondial ils représentent 40 % de la population, 25 % du PIB, 18 % du commerce, et 50 % de la croissance économique, le cœur du développement mondial.

Prenant acte des profonds changements intervenus au plan international - fracturation du marché mondial, entraves au développement et aux échanges internationaux – ils se fixaient des objectifs communs et notamment :

  • Accueillir de nouveau membres. Conformément au principe de non-ingérence dans la politique intérieure d’un État, l’élargissement n’est nullement fonction d’affinités politiques et encore moins idéologiques. Les BRICS veulent incorporer en premier les pays émergents les plus influents afin de mieux défendre les questions centrales des pays du Sud : développement, coopération et pour une gouvernance mondiale multipolaire. Contrairement aux États-Unis et le bloc occidental qui multiplient sanctions, directes et indirectes, et boycott pour imposer leur hégémonie quitte à déstabiliser l’économie mondiale pour former des blocs politico-militaires.

  • Réduire la dépendance au système financier dominé par les États-Unis (dollar, SWIFT), développer un système de règlements en monnaies nationales. En outre le dollar, monnaie internationale de réserve et de règlements est d’abord une monnaie nationale gérée en fonction des intérêts des États-Unis. Interdiction d’utiliser le dollar dans les transactions avec les entités sanctionnées. Les pays endettés du Sud sont en difficulté avec la hausse des taux de la Fed. La confiance dans le dollar, outil de domination et non de développement, est ébranlée. Détenir des actifs en dollars est risqué en cas d’opposition avec les États-Unis : 7 milliards volés à l’Afghanistan, gel d’actifs de 300 milliards de dollars de la Russie.

Le 23 juin 2022 s’ouvrait à Pékin le 14e sommet annuel des BRICS. Les travaux prolongent les objectifs abordés en mai. Le média chinois Global Times en présentait les enjeux ; « un système de gouvernance mondiale égalitaire au lieu de celui dominé par l'hégémonie des États-Unis, une nouvelle approche de la réforme financière visant à mettre la finance au service de l'entité économique au lieu de l'utiliser comme une arme, et la réparation de la chaîne d'approvisionnement mondiale mise à mal par les États-Unis qui ont vanté le découplage ».

Le lendemain une vingtaine de pays étaient invités à participer à un « dialogue de haut niveau sur le développement global » : Algérie, Argentine, Égypte, Indonésie, Kazakhstan, Nigeria, Émirats arabes unis, Arabie saoudite, Sénégal, Thaïlande, Iran, Ouzbékistan...

L’Iran et l’Argentine ont demandé à adhérer aux BRICS, d’autres pays suivront.

Assiste-t-on à travers cette mobilisation à l’émergence d’un nouveau pays hégémonique ?

D’abord il n’y a pas un leader incontesté chez les BRICS comme le sont les États-Unis. On voit mal l’Inde ou la Russie se soumettre au leadership chinois bien qu’il s’agisse de la seconde puissance économique mondiale et bientôt la première. Les circonstances historiques qui ont produit l’hégémonie US ne sont pas reproductibles. A la sortie de la deuxième guerre mondiale les États-Unis étaient la première puissance économique, financière, militaire, culturelle… Ils contrôlaient les institutions financières et internationales. Intervenant partout dans le monde ils « protégeaient » les régimes qui se soumettaient et s’attaquaient aux autres. Après l’effondrement de l’URSS l’hégémonie des États-Unis s’est renforcée. C’était disait-on la fin de l’Histoire. Mais les échecs militaires se succédèrent. Les sanctions directes ou secondaires, l’application de la réglementation extraterritoriale des États-Unis, ne purent faire plier ni Cuba, ni l’Iran, ni le Venezuela…

Le déclin relatif des États-Unis n’est pas le produit de la seule montée de la Chine. On voit bien l’échec de l’alliance contre la Russie sur les plans militaire, économique ou diplomatique.

En outre les BRICS ne constituent pas une alliance militaire et ne cherchent ni ne peuvent l’être.

En mars 2022, Joe Biden s’exprimait dans un discours devant un parterre d’oligarques étasuniens :

« Je pense que cela [la situation en Ukraine] nous offre des opportunités significatives pour apporter de vrais changements. …- il va y avoir un nouvel ordre mondial, et nous devons le diriger. Et nous devons unir le reste du monde libre pour le faire. »1

Ne sous-estimons pas le danger représenté par les États-Unis, rentiers et parasitaires, ni l’acharnement, voué à l’échec, à maintenir leur hégémonie.


Robert Kissous,
adhérent PCF Montpellier
Montpellier, le 13 juillet 2022

 

1 https://www.whitehouse.gov/briefing-room/speeches-remarks/2022/03/21/remarks-by-president-biden-before-business-roundtables-ceo-quarterly-meeting/