Publié le 23/03/2022 par PCF

C’est maintenant que tout se joue !

Le rapport d’Igor Zamichiei au conseil national des 18 et 19 mars porte sur quatre enjeux : 1. La guerre en Ukraine (voir la résolution jointe) ; 2. La définition du moment politique ; 3. L’impact de la situation sur les consciences et notre campagne présidentielle (voir l’extrait ci-dessous) ; 4.L’enjeu des élections législatives.

« Arrêtons-nous sur les points d’ores et déjà marqués dans notre campagne. Tout au long de la campagne, nous avons réussi à faire progresser la notoriété de Fabien, développer notre influence dans le débat public et susciter toujours plus d’intérêt pour notre campagne, cela malgré le mauvais coup qu’ont constitué les articles de Médiapart. Nous avons réussi à franchir l’étape des parrainages pour l’officialisation de notre candidature. Je veux saluer ici l’important travail coordonné par Cécile Cukierman pour franchir la barre des 500 parrainages. Au total, nous en avons récoltés 626 ! Nous avons su ces dernières semaines identifier notre candidature à des marqueurs forts : la révolution du travail, la République sociale, laïque, démocratique, une voix indépendante de la France en Europe et dans le monde. Et des propositions fortes : sur l’augmentation des salaires et le pouvoir d’achat, la sécurité avec le renforcement du service public, l’énergie avec le choix assumé du nucléaire et du renouvelable, la jeunesse avec la gratuité du permis de conduire. La force de notre projet de révolution féministe a été également très remarquée par des milliers de femmes et d’hommes engagés pour les droits des femmes. L’enjeu des dernières semaines qui s’ouvrent est de conforter celles et ceux qui ont commencé à porter de l’intérêt à notre candidature.

C’est maintenant que tout va se jouer ! Réussir notre fin de campagne implique à mon sens trois choses :

Premièrement, s’appuyer sur nos points forts, en amplifiant les messages, les propositions qui ont eu le plus d’écho dans notre campagne. Notre priorité doit être d’installer Fabien Roussel comme le candidat du pouvoir d’achat, avec la baisse des factures d’énergie et des carburants, la hausse des salaires, le respect du monde du travail, le développement de l’emploi et des pouvoirs dans l’entreprise. Le candidat du désormais fameux « roussellement » contre le Président-candidat du prétendu « ruissellement » !

Deuxièmement, libérer les électeurs de la pression d’un prétendu vote utile pour Jean-Luc Mélenchon en éclairant les raisons les plus justes et rassembleuses de voter pour Fabien Roussel. Ces raisons sont des raisons offensives, positives. Voter pour Fabien Roussel, c’est se donner la garantie de placer au cœur du débat politique un projet nouveau et utile pour le pays. C’est la garantie de placer sa voix au service d’un projet qui fait le choix du travail, des salaires, du pouvoir d’achat contre la finance, le choix de la République sociale et laïque contre la casse sociale et le délitement de la République, le choix de la souveraineté énergétique, alimentaire, industrielle de la France et de la souveraineté du peuple, des travailleurs, pour tous les choix essentiels, le choix de l’indépendance de la France en Europe et dans le monde. Voter pour Fabien Roussel, c’est faire le choix d’un projet pour la France qui désigne clairement son adversaire, le capital. C’est porter une candidature qui pèsera pour faire contribuer davantage les hauts revenus et les revenus du capital et baisser les impôts de ceux qui ne vivent que de leur travail. Voter pour Fabien Roussel, c’est refuser la reconduction de ce qui n’a débouché sur rien ces dernières années, c’est voter pour une candidature qui est un vote d’avenir pour la gauche. C’est donner de la force à une gauche populaire qui porte un projet clair. C’est donner de la force à une gauche qui rassemble parce qu’elle respecte la diversité des forces qui la composent, sans volonté hégémonique, comme en témoignent les nombreuses forces et personnalités qui nous rejoignent.

Comme Fabien l’a annoncé, nous allons mettre en place dans les prochains jours un Conseil national de la République. Ce conseil, Fabien propose qu’il rassemble des dirigeants du Parti, des dirigeants des forces politiques qui nous ont rejoints, des personnalités syndicales et associatives, des intellectuels, autour d’un appel à construire la France des Jours heureux.

Troisièmement, organiser notre activité autour des gestes militants les plus ciblés et les plus efficaces pour convaincre dans cette dernière ligne droite. Et aller jusqu’au bout de l’effort de financement de notre campagne !

De grandes initiatives en présence de Fabien Roussel sont prévues pour les trois dernières semaines. Je pense notamment aux meetings le 21 mars à Nantes, le 27 mars à Toulouse, le 2 avril à Lyon et le 7 avril à Lille. Nous pourrions également retenir l’idée d’organiser le week-end prochain et dans la semaine qui suit des temps d’initiatives aux entrées des stations essences pour faire connaître nos propositions aux automobilistes pour la baisse des prix des carburants, la hausse des salaires, la souveraineté énergétique.

Si ces initiatives vont compter pour être visibles, faire passer notre message, faire de nouvelles annonces et faire une démonstration de force dans la dernière ligne droite, ce ne sont pas elles qui vont nous rapporter le plus de voix. L’essentiel, c’est d’aller au contact sur les marchés, au porte-à-porte, de la manière la plus ciblée possible, de faire des envois de mails et de passer des coups de téléphone en direction de tous les contacts collectés au long de la campagne, de faire connaître les forces qui nous ont rejoints, les personnalités locales et nationales qui appellent à voter pour notre candidat.

Des appels sectoriels qui ont été réalisés, notamment grâce au travail de la commission Entreprises, peuvent être utiles en direction des secteurs de l’industrie, de l’énergie, des ports et docks, de personnels de la santé ou de l’éducation, des cheminots, des postiers, des territoriaux... Des tracts thématiques également ont été mis à disposition tout au long de la campagne, le dernier concerne le sport. Et un dernier tract tiré à 5 millions d’exemplaires vous sera livré au plus tard au tout début de la semaine du 28 mars.

Mettons en mouvement le plus de communistes, de citoyens et de citoyennes engagés à nos côtés pour convaincre ! Soyons mobilisés à fond dans ces derniers jours, fixons-nous chacune et chacun l’objectif de convaincre 3, 4, 5 personnes de notre entourage, pas encore convaincues à cette heure, de voter Fabien Roussel. Et n’hésitons pas à proposer l’adhésion au Parti chaque fois que nous arrivons à convaincre !

Enfin, nous devons aller au bout de la mobilisation financière pour la réussite de notre campagne. Comme vous le savez, nous avons atteint l’objectif sur les prêts et nous sommes désormais à 70 % de notre objectif sur la souscription avec plus de 770 000 euros collectés. Il nous reste donc un peu plus de 350 000 euros à collecter, la plus grande partie concernant des fédérations qui ont déjà commencé à verser mais qui n’ont pas encore atteint leur objectif, et une partie significative concernant 11 fédérations qui n’ont encore rien versé à la souscription nationale et dont l’engagement est impératif dans ces dernières semaines.