International publié le 15/04/2021

CNPJDPI - Communiqués avril 2021

visuel_logo-CNPJDPI.jpg

70 ans dont 37 passées dans les geôles françaises :

Libérez Georges Ibrahim Abdallah !

Condamné à perpétuité en 1986, Georges Ibrahim Abdallah, militant politique et citoyen libanais, est toujours injustement incarcéré en France. A ce jour, des interrogations sérieuses sur son procès restent encore sans réponse. Le jour même de sa condamnation son avocat a reconnu être un agent des services secrets français. Quelques années plus tard, l’ancien directeur de la DST qui l’avait arrêté, Yves Bonnet, a déclaré que le maintien en détention de Georges Ibrahim Abdallah relevait de la « vengeance d’État ». C’est le caractère éminemment politique de son maintien en détention qui est ainsi dévoilé.

Georges Ibrahim Abdallah est libérable depuis 1999. Les autorités pénitentiaires n’ont rien à lui reprocher. La justice française a prononcé sa libération à plusieurs reprises, en 2012 et 2013. Si cette libération n’a pas eu lieu, c’est parce que le gouvernement français obéit à ceux des États-Unis et d’Israël qui ont fait de Georges Ibrahim Abdallah un symbole. En 2013, c’est Manuel Valls qui a refusé de signer un avis d’expulsion, techniquement indispensable pour sa libération.

Dans son pays, le Liban, il y a unanimité pour demander sa libération et son retour dans son pays. La demande a été faite officiellement et Georges Ibrahim Abdallah a reçu la visite de l’ambassadeur et de la ministre de la Justice du Liban à la prison de Lannemezan.

Georges Ibrahim Abdallah continue, depuis sa prison, à suivre les luttes dans le monde entier. Fort de ses convictions politiques auxquelles il tient à rester fidèle, il envoie des déclarations de soutien aux luttes, et fait des grèves de la faim de solidarité avec les prisonniers politiques palestiniens.

Georges Ibrahim Abdallah a eu 70 ans le 2 avril 2021 dont 37 passées en prison. La France qui se vante d’être le pays des droits de l’homme, viole vis à vis de lui les droits les plus élémentaires. La détention éternelle est bannie du droit français. Georges Ibrahim Abdallah est le détenu politique le plus ancien d’Europe.

Le CNPJDPI dénonce la perpétuation d'une situation totalement contraire à l'état de Droit. Il dénonce également les ingérences étrangères répétées dans le cours normal de la Justice française.

Le CNPJDPI exige que le gouvernement de la France cesse, enfin, de se plier à ces ingérences et signe l’arrêté d’expulsion permettant à la Justice, comme elle l’avait fait en 2012 et 2013, de prononcer la libération de Georges Ibrahim Abdallah, en réunissant cette fois les conditions pour que cette décision puisse être appliquée.

Le CNPJDPI exige que Georges Ibrahim Abdallah soit libéré immédiatement et expulsé vers le Liban afin qu'il puisse, enfin, retrouver sa famille.

Paris, le 12 avril 2021

Membres du Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens signataires :
Agir Contre le Colonialisme Aujourd’hui (ACCA) – AFD International – AILES Femmes du Maroc - Alternative Libertaire (AL) - Américains contre la guerre (AAW) - Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF) - Association des Tunisiens en France (ATF) - Association France Palestine Solidarité (AFPS) - Association Nationale des Elus Communistes et Républicains (ANECR) - Association pour la Taxation des Transactions financières et pour l’Action Citoyenne (ATTAC) - Association pour les Jumelages entre les camps de réfugiés Palestiniens et les villes Françaises (AJPF) - Association Républicaine des Anciens Combattants (ARAC) - Association Universitaire pour le Respect du Droit International en Palestine (AURDIP) - Cedetim / IPAM - Collectif des Musulmans de France (CMF) - Collectif Faty Koumba : Association des Libertés, Droits de l'Homme et non-violence - Collectif interuniversitaire pour la coopération avec les Universités Palestiniennes (CICUP) - Collectif Judéo-Arabe et Citoyen pour la Palestine (CJACP) - Collectif Paix Palestine Israël (CPPI Saint-Denis) -Comité de Vigilance pour une Paix Réelle au Proche-Orient (CVPR PO) - Comité Justice et Paix en Palestine et au Proche-Orient du 5e arrt (CJPP5) - Droit-Solidarité – Ensemble ! – Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR) – Forum Palestine Citoyenneté - Génération Palestine - La Courneuve-Palestine - le Mouvement de la Paix - les Femmes en noir - Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté, section française de la Women’s International League for Peace and Freedom (WILPF) (LIFPL) - Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) - Mouvement Jeunes Communistes de France (MJCF) - Organisation de Femmes Egalité - Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF) - Parti Communiste Français (PCF) - Parti de Gauche (PG) - Parti de l'émancipation du peuple - Participation et Spiritualité Musulmanes (PSM) – Socialistes pour la Paix – Sortir du colonialisme - Une Autre Voix Juive (UAVJ) - Union Juive Française pour la Paix (UJFP) - Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens (UTIT) - Union Nationale des Etudiants de France (UNEF) - Union syndicale Solidaires

 

---------------------------------------------------------

Halte à la criminalisation du mouvement de solidarité avec la Palestine

Le député Patrice Perrot, de La République En Marche, a adressé une question écrite à Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, afin de demander la dissolution du Collectif Palestine Vaincra de Toulouse.

Cette demande est un copier / coller d’une demande de dissolution de ce collectif adressée notamment au ministre de l’Intérieur et au ministre de la Justice, émanant de NGO Monitor, officine de l’État d’Israël.

Cette demande sans fondement fait écho au fait qu'Israël vient de déclarer "terroriste" le réseau Samidoun (dont fait partie le Collectif Palestine Vaincra), organisation internationale qui lutte pour la libération des milliers de prisonniers politiques palestiniens.

Cette démarche est directement inspirée par la stratégie et les propos du gouvernement israélien et de ses relais en France. Elle s'inscrit dans le cadre des ingérences répétées et scandaleuses d'Israël dans les affaires de la France. Un autre exemple récent en est le courrier envoyé par l'ambassadeur d'Israël à la Maire de Strasbourg qui vient, courageusement, avec son Conseil municipal, de refuser d'adopter la définition IHRA de l'antisémitisme qui vise à empêcher la critique de la politique israélienne et les actions de solidarité avec le peuple palestinien.

Le CNPJDPI (Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens) dénonce cette attaque indigne contre la liberté d'expression et d'association et demande au gouvernement français de ne pas y donner suite.

Il dénonce les ingérences inadmissibles d'Israël, qui viole régulièrement le droit international et qui veut dicter sa loi en France. Trop souvent, des députés français se font les relais de ces ingérences. Le CNPJDPI demande qu'il soit mis fin à ces pratiques.

Le CNPJDPI rappelle que l'impunité d’Israël et les complicités dont il bénéficie trop souvent sont les principaux appuis d'une occupation et d'une colonisation qui s'aggravent depuis des décennies.

Paris, le 2 avril 2021

Membres du Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens signataires :
Agir Contre le Colonialisme Aujourd’hui (ACCA) – AFD International – AILES Femmes du Maroc - Alternative Libertaire (AL) - Américains contre la guerre (AAW) - Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF) - Association des Tunisiens en France (ATF) - Association France Palestine Solidarité (AFPS) - Association Nationale des Elus Communistes et Républicains (ANECR) - Association pour la Taxation des Transactions financières et pour l’Action Citoyenne (ATTAC) - Association pour les Jumelages entre les camps de réfugiés Palestiniens et les villes Françaises (AJPF) - Association Républicaine des Anciens Combattants (ARAC) - Association Universitaire pour le Respect du Droit International en Palestine (AURDIP) - Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien (CCIPPP) – Confédération Générale du Travail (CGT) - Cedetim / IPAM - Collectif des Musulmans de France (CMF) - Collectif Faty Koumba : Association des Libertés, Droits de l'Homme et non-violence - Collectif interuniversitaire pour la coopération avec les Universités Palestiniennes (CICUP) - Collectif Judéo-Arabe et Citoyen pour la Palestine (CJACP) - Collectif Paix Palestine Israël (CPPI Saint-Denis) - Comité de Vigilance pour une Paix Réelle au Proche Orient (CVPR PO) - Comité Justice et Paix en Palestine et au Proche-Orient du 5e arrt (CJPP5) - Droit Solidarité – Ensemble ! - Europe Ecologie les Verts (EELV) – Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR) - Fédération Syndicale Unitaire (FSU) – Forum Palestine Citoyenneté - Génération Palestine - La Courneuve-Palestine - le Mouvement de la Paix - les Femmes en noir - Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté, section française de la Women’s International League for Peace and Freedom (WILPF) (LIFPL) - Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) - Mouvement Jeunes Communistes de France (MJCF) -Organisation de Femmes Egalité – Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) - Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF) - Parti Communiste Français (PCF) - Parti de Gauche (PG) - Parti de l'émancipation du peuple - Participation et Spiritualité Musulmanes (PSM) – Socialistes pour la Paix – Sortir du colonialisme - Syndicat National des Enseignements de Second degré (SNES/FSU) - Une Autre Voix Juive (UAVJ) - Union Juive Française pour la Paix (UJFP) - Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens (UTIT) - Union Nationale des Etudiants de France (UNEF) - Union syndicale Solidaires

 

---------------------------------------------------------

Contre l’apartheid sanitaire d’Israël !

Signez la pétition européenne

Dans la période actuelle de pandémie, l’État d'Israël est présenté comme exemplaire en termes de vaccination. Or, il laisse sans soins et sans vaccins la population palestinienne en Cisjordanie et à Gaza, à l’exception de celle nécessaire à son économie. Dans le même temps il apporte ses services aux habitants des colonies illégales au regard du droit international.

La situation sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19 est dramatique en Cisjordanie occupée et à Gaza sous blocus. Les hôpitaux ont dépassé 100% de leur capacité. Des malades ne peuvent être pris en charge. Le matériel médical manque, le nombre de personnes gravement atteintes du virus et ayant besoin de respirateurs est en constante évolution.

Au 28 mars, on y comptait plus de 260.000 cas confirmés depuis mars 2020 et 2834 décès pour une population d'environ 5 millions.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait prévu d'exporter ses vaccins excédentaires dans certains pays amis, alors que l’article 56 de la quatrième Convention de Genève prévoit expressément que l’occupant a le devoir de veiller à la santé publique dans le territoire occupé, « notamment en adoptant et en appliquant les mesures prophylactiques et préventives nécessaires pour combattre la propagation des maladies contagieuses et des épidémies ».

Ce devoir comprend la fourniture de tout le matériel nécessaire, l’achat et la distribution de vaccins à la population palestinienne au même niveau que la population israélienne. Au contraire, Israël empêche l’acheminement de matériels vers les territoires occupés, et même détruit des structures de soins comme à Hébron en juillet 2020.

Nous, organisations membres du CNPJDPI, n'acceptons pas cette situation d'apartheid sanitaire, comme nous refusons la politique de colonisation, d'occupation, de blocus et d'apartheid qu'Israël fait subir au peuple palestinien.

Une résolution intitulée « Situation des droits de l'homme dans le Territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, et obligation de garantir les principes de responsabilité et de justice » vient d'être adoptée par le Conseil des droits de l'homme des Nations-Unies, en faveur de laquelle la France a voté.

Cette résolution, malheureusement non coercitive, « engage Israël, Puissance occupante, à respecter immédiatement les obligations qui lui incombent au regard du droit international à l'égard de [la] population occupée protégée et à garantir l'accès aux vaccins contre la maladie à coronavirus (COVID-19) dans le Territoire palestinien occupé » Retrouvez la résolution

Le collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens, réuni le 25 mars dernier à Paris, a décidé de relayer la pétition « Covid-19 en Israël et Palestine : non à l'apartheid sanitaire », lancée par l’Association France Palestine Solidarité et la Coordination européenne des comités et associations pour la Palestine.

Le lien pour signature est le suivant : https://secure.avaaz.org/community_petitions/fr/m_josep_borrell_hautrepresentant_de_lunion_europee_covid19_en_israel_et_palestine_non_a_lapartheid_sanitaire/

Nous demandons à l'Union européenne et plus particulièrement à la France de rappeler fermement à Israël ses obligations de puissance occupante selon le droit international, en matière de santé, et de suspendre l’accord d’Association Union européenne-Israël, tant que ces obligations ne seront pas remplies.

Paris, le 1er avril 2021

Membres du Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens signataires :
Agir Contre le Colonialisme Aujourd’hui (ACCA) – AFD International – AILES Femmes du Maroc - Alternative Libertaire (AL) - Américains contre la guerre (AAW) - Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF) - Association des Tunisiens en France (ATF) - Association France Palestine Solidarité (AFPS) - Association Nationale des Elus Communistes et Républicains (ANECR) - Association pour la Taxation des Transactions financières et pour l’Action Citoyenne (ATTAC) - Association pour les Jumelages entre les camps de réfugiés Palestiniens et les villes Françaises (AJPF) - Association Républicaine des Anciens Combattants (ARAC) - Association Universitaire pour le Respect du Droit International en Palestine (AURDIP) - Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien (CCIPPP) – Confédération Générale du Travail (CGT) - Cedetim / IPAM - Collectif des Musulmans de France (CMF) - Collectif Faty Koumba : Association des Libertés, Droits de l'Homme et non-violence - Collectif interuniversitaire pour la coopération avec les Universités Palestiniennes (CICUP) - Collectif Judéo-Arabe et Citoyen pour la Palestine (CJACP) - Collectif Paix Palestine Israël (CPPI Saint-Denis) - Comité de Vigilance pour une Paix Réelle au Proche Orient (CVPR PO) - Comité Justice et Paix en Palestine et au Proche-Orient du 5e arrt (CJPP5) - Droit Solidarité – Ensemble ! - Europe Ecologie les Verts (EELV) – Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR) - Fédération Syndicale Unitaire (FSU) – Forum Palestine Citoyenneté - Génération Palestine - La Courneuve-Palestine - le Mouvement de la Paix - les Femmes en noir - Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté, section française de la Women’s International League for Peace and Freedom (WILPF) (LIFPL) - Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) - Mouvement Jeunes Communistes de France (MJCF) - Organisation de Femmes Egalité – Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) - Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF) - Parti Communiste Français (PCF) - Parti de Gauche (PG) - Parti de l'émancipation du peuple - Participation et Spiritualité Musulmanes (PSM) – Socialistes pour la Paix – Sortir du colonialisme - Syndicat National des Enseignements de Second degré (SNES/FSU) - Une Autre Voix Juive (UAVJ) - Union Juive Française pour la Paix (UJFP) - Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens (UTIT) - Union Nationale des Etudiants de France (UNEF) - Union syndicale Solidaires