International publié le 02/10/2020

Construisons une France et un monde en commun

Rencontre des partis communistes et ouvriers dans les conditions de la pandémie et de la crise du capitalisme, pour sauvegarder la santé et les droits des couches populaires, dans la lutte pour changer la société pour le socialisme

Contribution du PCF issue de La France en Commun (www.lafranceencommun.fr) publié en juin 2020

CONSTRUISONS UNE FRANCE & UN MONDE EN COMMUN

Depuis quelques mois, le monde entier est frappé par une pandémie qui, tout en provoquant une crise sanitaire majeure – plus d’un million de décès et près de 30 millions de personnes d’ores et déjà été infectées par le virus –, s’inscrit également dans la crise structurelle d’un capitalisme ravageur dont les politiques d’exploitation et de prédation au plan économique, social et environnemental ont aggravé considérablement les injustices et les inégalités à l'échelle mondiale comme aux échelles nationales et régionales.

La crise financière de 2007-2008, marquée par l’intervention massive des États au service du seul capital, a marqué un moment important de cette offensive des puissances capitalistes dominantes pour imposer leurs dogmes ravageurs: rentabilité maximum pour le capital au détriment d’un travail de plus en plus réduit et contraint; diminution constante de la dépense publique et des services publics soumis aux privatisations, de la protection sociale; baisse des salaires, développement des inégalités entre les femmes et les hommes inscrites dans un ordre patriarcal renforcé.

Ainsi la crise systémique a-t-elle jeté les bases d’une accélération des facteurs qui ont engendré la crise sanitaire actuelle sans s’y réduire exclusivement.

En France, la crise sanitaire a souligné les lacunes d’un système sanitaire déficient dues au démantèlement des services publics et du droit à un travail digne et bien rémunéré, mettant ainsi en péril les principaux acquis de notre peuple hérités de la Résistance: la Sécurité sociale et le système des retraites.

Dans le même temps, une autre des caractéristiques de la crise du système actuel provient de l’aiguisement des contradictions entre les puissances impérialistes sous l’égide des États-Unis avec une fuite en avant provoquant de nouvelles guerres d’agression, la multiplication des foyers de tensions, la remise en cause des principes de la charte de Nations unies et du droit international, ce qui rend d’autant plus urgent de donner une nouvel élan à notre lutte pour un multilatéralisme fondé sur des coopérations solidaires entre les peuples et sur la paix.

Comment agir pour une autre mondialisation qui mette au premier plan la souveraineté des États et des peuples, les droits des travailleurs, les avancées sociales et démocratiques, le nécessaire changement de modes de production et développement pour une transition écologique, et des coopérations solidaires entre les peuples aujourd’hui battues en brèche par l’intervention des puissances impérialistes assurant la toute puissance des marchés financiers?

Pour ce qui nous concerne, cette souveraineté économique et démocratique des États et peuples est indispensable pour favoriser l’engagement de notre pays en faveur d’un nouvel ordre du monde fondé sur des coopérations solidaires et adossé à des institutions vraiment démocratiques et multilatérales.

Notre programme «Construisons la France en commun» décline un certain nombre de propositions immédiates et de moyen terme qui s’inscrivent dans notre volonté de donner à notre pays une voix forte, indépendante pour un internationalisme de notre temps:

Agir pour la mise en place de politiques publiques de santé, coordonnées et appuyées par l’OMS avec comme premier enjeu la « démarchandisation » du secteur du médicament, de la santé et de la protection sociale afin de conquérir le droit universel à une couverture de santé.

Prendre une initiative forte en faveur de la réduction massive des budgets militaires et l'élimination totale des armes nucléaires et de destruction massive; mettre fin à la course folle aux armements; dégager des moyens considérables pour la santé, l’éducation, l’emploi; la France doit signer le traité d’interdiction des armes nucléaires (TIAN); elle doit quitter l’OTAN, alliance politico-militaire soumise à la volonté des États-Unis, et contribuer à promouvoir la création de cadres communs de coopération et de sécurité humaine collective, et de traités de maîtrise des échanges pour le développement des infrastructures, des biens communs et des services publics en lieu et place des actuels accords de libre-échange qui appauvrissent les peuples et saccagent la planète.

Convoquer une COP pour la justice sociale et fiscale sous l’égide de Nations unies: face aux ravages causés par les injustices et le pillage des ressources de la planète, cette conférence permettra de coordonner efficacement la lutte contre les paradis fiscaux, l’évasion et l’optimisation fiscales.

Promouvoir une autre construction européenne: le pacte d’austérité budgétaire comme le pacte dit «stabilité et de croissance» doivent être définitivement abrogés. Il est impératif de remplacer les traités européens actuels par un nouveau pacte social et démocratique jetant les bases d’une Union des peuples et de nations libres, souverains et associés.

L’offensive du capital et des forces impérialistes a mis en difficulté l’expression des luttes et des résistances dans chacun de nos pays et à l’échelle internationale.

Pourtant, celles-ci se poursuivent dans leur diversité contre toutes les formes d’exploitation et de discrimination.

En témoigne aujourd’hui l’admirable mouvement de «Black Lives Matter» qui par sa dimension émancipatrice a une signification et des répercussions qui vont bien au-delà des États-Unis.

En témoignent les luttes des femmes pour se libérer de l’oppression patriarcale sous toutes ses formes que le capitalisme a largement favorisé et structuré.

En témoignent les luttes de libération nationale: kurdes, Sahraouis… l’héroïque résistance du peuple palestinien pour la défense de ses droits à un État souverain dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est pour capitale.

En témoignent les luttes des peuples latino-américains et des caraïbes contre la nouvelle offensive impérialiste qui met en cause leur souveraineté et leurs conquêtes sociales et démocratiques.

En témoignent les luttes des peuples d’Afrique pour se libérer des séquelles d’un néocolonialisme prédateur et oppresseur, et contre les pouvoirs despotiques complices de cette prédation à grande échelle.

En témoigne le mouvement populaire planétaire pour des politiques publiques offensives de lutte contre le réchauffement climatique, les atteintes à la biodiversité et aux écosystèmes conjuguant avancées socio-économiques, humaines et démocratiques et développement et transition écologique, et qui porte l'aspiration à un monde de paix et de solidarités.

En témoignent les mouvements de lutte contre les inégalités économiques et sociales, la corruption, l’autoritarisme qui, amorcées en 2019, se poursuivent du Chili au Liban en passant par l’Algérie.

Il nous faut trouver les formes d’action pour nous unir contre la politique impérialiste exacerbée de Trump dont la politique qui bafoue toutes les résolutions basées sur le droit international, et qui veut en finir avec le multilatéralisme en exacerbant les stratégies de blocus, de sanctions et d’isolement – aujourd’hui contre la Chine – et qui provoque une surmilitarisation déchaînée des relations internationales, et une nouvelle course aux armements.

Nous ne nous résoudrons pas à ce que la France continue à soutenir ces politiques et participer notamment à la course aux armements et aux opérations guerrières sous l’égide de l’OTAN.

La crise du capitalisme, l’offensive impérialiste et ses effets ravageurs nécessitent de renforcer les liens des solidarités internationalistes et de contribuer à la coopération, à l’unité d’action de forces progressistes au sein desquelles les communistes devraient aspirer à avoir un rôle majeur.

La nécessaire confluence des luttes et des expériences différenciées est fondamentale. Elle peut s’exprimer dans des formes de coopération et d’unité d’action communes au niveau multilatéral: fronts de luttes ou de Forums régionaux auxquels, pour notre part, nous participons.

Nous pensons que nos rencontres des partis communistes et ouvriers peuvent y contribuer si nous trouvons les formes d’échanges approfondis respectant les différences et stimulant les solidarités nécessaires contre l’ennemi commun et contribuer à relever les défis auxquels l’humanité est aujourd’hui confrontée.

2020 marquait l’année du Centenaire du PCF – nous voulions célébrer cet anniversaire le regard porté sur l'avenir. C'est, les «deux pieds ancrés dans le réel» que tout au long des mois, y compris des semaines de confinement, nos militants et militants ont développé de nombreuses et quotidiennes actions et initiatives de solidarité pour lutter contre les inégalités que la crise multidimensionnelle a aggravé: distribution de masques, de denrées alimentaires, journées à la mer; nos parlementaires ont porté à l’Assemblée nationale et au Sénat les exigences des travailleurs et de la population dont les conditions de travail et de vie ont été lourdement affectées par la crise, soutenant les revendications et aujourd’hui les luttes contre les suppressions d’emplois dont les annonces se multiplient; et que nous portons dans le pays, à travers une campagne nationale pour une sécurité d'emploi et de formation une perspective de transformation immédiate et de long terme pour dépasser l'ordre existant.

Nous avons décidé de prolonger en 2021 les initiatives de notre Centenaire alors que l'année sera marquée par une désastreuse situation sociale et économique, de nouvelles échéances électorales et, pour ce qui nous concerne, la tenue de notre 39e Congrès, tout juste un an avant la nouvelle élection présidentielle et élections législatives prévues en 2022. Le rassemblement des forces de gauche s'avère incontournable pour déjouer le piège d'une élection présidentielle dont elles seront exclues si elles ne convergent pas. Et nous considérons qu'il est indispensable que ce rassemblement porte une perspective de changement véritable et de rupture avec les décennies de politiques néo-libérales et d'austérité pour mobiliser les citoyens, qui ont intérêt à ces changements de fond, mais qui, aujourd'hui, sont de plus en plus nombreux à s'abstenir aux élections et se voient confisqués le pouvoir par les forces néo-conservatrices, hypernationalistes et néolibérales.

A l'ensemble des participants de la Rencontre internationale, nous adressons notre salut fraternel.