Publié le 23/02/2022 par PCF

Débats tous azimuts

Dans le cadre de la campagne présidentielle, la fédération PCF du Lot a décidé d’organiser 6 débats thématiques.

Notre premier rendez-vous a eu lieu le samedi 5 février à Gourdon, sur le thème de la santé, devant une trentaine de personnes. Marie Pique, vice-présidente communiste à la région Occitanie, a rappelé son action menée sur la mise en place de 19 centres de santé où le personnel médical est rémunéré par la collectivité. Les politiques libérales des gouvernements successifs et la place croissante des logiques de rentabilité dans notre système de santé sont à l’origine de très lourdes difficultés d’accès aux soins : déserts médicaux, diminution d’effectifs en milieu hospitalier, fermetures d’établissement de santé et dépassements d’honoraires. L’administration a asphyxié de procédures l’hôpital public et la médecine libérale. Les ARS ont participé à la création des déserts médicaux, avec la fermeture d’établissements de proximité ayant pour conséquence une explosion des passages aux urgences.

C’est une catastrophe sanitaire qui s’amplifie. La situation actuelle des hôpitaux a pour conséquence d’accroître les souffrances des malades, des personnes en situation de handicap, et de provoquer une surmortalité. Le renoncement aux soins est hélas une réalité vécue par de nombreux concitoyens.

Le droit à la santé nécessite une assurance maladie à la hauteur des besoins. Notre pays a les moyens d’une politique ambitieuse de prévention et d’une prise en charge des soins à 100 %, dans le cadre d’un système de santé publique.

Notre deuxième débat s’est déroulé le samedi 12 février à Biars/Cère, animé par Amar Bellal. Une quarantaine de personnes y ont participé. Amar Bellal a développé les thèmes du réchauffement climatique et ses conséquences pour l’avenir de la vie sur terre, de la pollution industrielle et chimique, du transport routier, de l’énergie nucléaire actuelle et future, du traitement des déchets nucléaires, des énergies alternatives et du mix énergétique. Les gouvernements successifs sont coupables de laisser faire les grandes entreprises, les banques et le capital, plus soucieuse de garantir les revenus financiers que l’avenir de la planète.

Amar Bellal a présenté les propositions de Fabien Roussel pour répondre à l’urgence climatique : la nécessité de mettre en œuvre un pacte ambitieux pour le climat et l’emploi, de favoriser les transports écologiques et collectifs, de décarboner la production et la consommation d’énergie, d’agir pour des logements plus écologiques, d’engager une nouvelle industrialisation de la France, en réduisant notre empreinte carbone.

Notre troisième débat, en date du vendredi 18 février à Figeac, était animé par Frédéric Boccara. Il a rassemblé une soixantaine de personnes. Les participants ont débattu sur les enjeux locaux et nationaux de la réindustrialisation ainsi que de la formation. En présence de salariés de Ratier ou de la SAM. Il a été évoqué, la coquille vide de l’école de l’UIMM de Cambes, la financiarisation de Ratier Figeac par les fonds Tanner, avec l’optimisation fiscale au Luxembourg au détriment des salariés qui sont les vrais créateurs de richesses sans en avoir de retour, la trahison de Renault qui a provoqué la fermeture scandaleuse de la SAM avec la complicité du gouvernement et le vide sidéral de la formation, le sacrifice de nos savoir-faire.

Frédéric Boccara a présenté l’aspect économique du programme de Fabien Roussel, notamment la sécurité emploi formation qui apporte des solutions pour un travail et un salaire digne pour tous

La soirée s’est conclue par une collecte au profit des salariés de la SAM qui a permis de récolter plus de 230 euros.

Trois autres débats sont prévus : le mardi 8 mars à Cahors sur le thème de la jeunesse et de l’éducation, avec Sébastien Laborde et Rodolphe Portoles ; le samedi 12 mars sur le thème de l’égalité hommes-femmes avec Magali Gallais ; et le samedi 26 mars sur le thème de l’agriculture et la ruralité avec Jean Mouzat.

Jean-Christophe Vialaret, secrétaire départemental.