Publié le 28/04/2021 par PCF

Départementales – Les dix priorités des communistes

Le gouvernement a décidé de tenir les élections départementales les 20 et 27 juin. Nos groupes parlementaires, notre secrétaire national sont intervenus pour que les conditions de la campagne électorale et le vote se déroulent sans risque sanitaire pour les populations et avec la plus grande exigence démocratique. La première urgence c’est de vaincre la pandémie, le gouvernement doit créer les conditions d’une vaccination massive et dégager des moyens pour nos hôpitaux et nos soignants.

La crise sanitaire souligne la gravité des choix gouvernementaux récents ou des choix politiques de ces dernières années contre l’égalité des territoires, les services publics, les collectivités départementales. Nous sommes opposés à la suppression des départements dans les zones urbaines ou rurales et attachés au couple département-commune pour des politiques de proximité. La demande d’aide alimentaire explose avec une augmentation d’environ 30 %. Les inscriptions au RSA affluent avec 15 à 25 % d’augmentation par département. La crise et les besoins de solidarité démontrent le rôle majeur des départements dans la vie de tous les jours, de la naissance à la prise en charge du vieillissement, et dans les politiques d’aménagement du territoire.

Les départements gèrent les collèges, les voiries départementales, les actions sociales, la petite enfance, la vie associative, le logement, la culture, le développement économique. Près de 80 milliards de budget que les marchés financiers aimeraient récupérer. Depuis des mois, les communistes sont pleinement mobilisés dans la préparation de ces élections, engagés dans la construction de projets de solidarité et d’égalité pour tous nos territoires, urbains, ruraux, de montagne ou du littoral.

Les élu·e·s communistes sont un atout pour les populations et les luttes ; elles et ils travaillent au rassemblement pour gagner face à la droite et l’extrême droite et être utiles. Le PCF travaille à des rassemblements avec toutes les forces de gauche à l’échelle du département quand cela est possible, sinon au rassemblement le plus large dans le plus grand nombre de cantons. Nous voulons faire face aux urgences, pour le maintien de l’emploi, la transition écologique, la lutte contre la précarité et la pauvreté, le renouveau de la démocratie. Défendre nos valeurs d’égalité et de solidarité, de laïcité, de lutte contre le racisme et l’antisémitisme et contre toutes les discriminations.

Nous sommes engagés pour présenter des candidat·e·s communistes, apparenté·e·s, de gauche représentatifs du mouvement social et des exigences qui montent pour une autre société, plus solidaire, plus respectueuse de l’humain et de la planète, plus juste, garantissant la sécurité de toutes et tous, sécurité physique, sécurité sociale ou encore sécurité d’emploi et de formation. Nous voulons rassembler le plus grand nombre de nos concitoyen·ne·s pour des projets de gauche s’opposant aux choix gouvernementaux, des droites et au projet de haine de l’extrême droite. Nous voulons plus d’élu·e·s communistes dans le plus grand nombre de départements engagés dans des majorités de gauche. Nous appelons à la mobilisation pour le succès du rassemblement que nous conduisons dans le Val-de-Marne, département dans lequel la politique mise en œuvre a montré l’originalité et l’utilité d’élu·e·s communistes engagé·e·s au quotidien auprès de la population, le maintien des départements de gauche comme dans le Pas-de-Calais et le gain de départements sur la droite comme dans l’Allier ou les Bouches-du-Rhône. Le résultat de toutes ces femmes et tous ces hommes investi·e·s dans des candidatures porteuses d’espoir et au service d’une France en commun, d’une union populaire agissante, aura une valeur nationale.

10 priorités pour l’action départementale

Nous voulons réinscrire la clause de compétence générale pour les départements. C’est une condition de la réactivité du département aux besoins des habitant·e·s. La politique gouvernementale d’austérité, la crise sociale et économique ont mis en danger les finances des départements. Les dotations de l’État aux collectivités territoriales ont été réduites de manière drastique entre 2014 et 2019 (- 12,5 milliards d’euros).

Nos priorités sont :

  • L’augmentation des moyens des départements pour des politiques de proximité ambitieuses. Nous demandons que l’État rembourse ses dettes et les surcoûts liés à la pandémie auprès des départements et augmente leurs moyens via l’augmentation des dotations. Le niveau de rémunération, le statut et l’amélioration des conditions de travail des personnels départementaux sont pour les communistes essentiels à la qualité de ces politiques.
  • La politique en direction de la jeunesse : une majorité de jeunes est confrontée à la précarité dans tous les domaines et beaucoup sont en souffrance. Nous multiplierons les mesures en direction de la jeunesse pour lui permettre de conquérir son autonomie.
  • Crise sanitaire, crise scolaire : un plan d’urgence pour les collèges ! Plan d’équipement et de rénovation des collèges en exigeant de l’État les postes nécessaires : enseignant·e·s, personnels, médecine scolaire, et la mise en place d’un fonds d’aide aux collectivités territoriales. Modulation des subventions aux établissements en fonction de la mixité sociale.
  • L’engagement pour la culture : aide à la création, soutien à la diversité culturelle des infrastructures de qualité au service d’une nouvelle phase de démocratisation.
  • Un dialogue citoyen amplifié : la démocratie doit être au cœur de l’action politique. Les femmes et les hommes de nos départements ont une expertise que nous voulons mobiliser tout au long du mandat.
  • L’action en faveur du logement décent et durable : construction de logements sociaux de haut niveau avec des logements à très bas loyers et adaptés aux différents besoins.
  • Vieillir dans la dignité : l’autonomie est un élément essentiel de dignité pour les personnes âgées. C’est pourquoi son financement doit être pris en charge à 100 % par l’Assurance-maladie. Un grand service public de l’autonomie mettrait fin à l’émiettement des structures d’accompagnement à domicile.
  • Préserver et développer l’emploi sur tous les territoires : soutien aux PME et TPE, création d’emplois et de services, soutien aux luttes contre les licenciements. Soutien à l’innovation sociale et écologique via un fonds d’investissement pour le développement de l’emploi, de la formation et de la transformation écologique, aussi bien dans les entreprises que dans l’économie sociale et solidaire. Des services publics de qualité et de proximité pour toutes et tous, dans tous les territoires.
  • L’égalité maintenant ! Promouvoir l’égalité, à commencer par l’égalité femmes-hommes en renforçant la lutte contre les violences faites aux femmes et pour l’égalité dans tous les domaines, lutter contre le racisme et l’antisémitisme et toutes les discriminations par l’établissement de plans territoriaux avec les moyens dédiés pour les associations.
  • Écologie : être plus audacieux ! Habitat durable, gestion de l’eau et des déchets, transports en commun, agriculture de qualité et bio, soutien aux productions locales, nous agirons pour la préservation de l’environnement et la transition écologique.