Publié le 18/01/2023 par PCF

Echos de la Commission de transparence

La préparation du congrès a franchi une nouvelle étape le 8 janvier, avec la validation par la commission Transparence du texte alternatif au projet de base commune L’ambition communiste pour de « nouveaux jours heureux », voté par le CN du 4 décembre dernier. Il s’intitule Urgence du communisme, ensemble pour des victoires populaires. Les deux textes ont été reçus par les fédérations le 9 janvier en format numérique, les 12 et 13 janvier en format papier.

Le débat sur le choix du texte qui sera la base commune du congrès se déroule jusqu’au vote des communistes, les 27, 28, 29 janvier. Le plus important maintenant est que s’organisent dans les sections et fédérations nombre de réunions au plus près des adhérent·e·s, pour débattre des enjeux et des différences d’orientations qui séparent les deux textes. La plus grande vigilance s’impose pour que ce débat collectif ait lieu, car la somme de lecture à absorber est considérable : 51 pages ! Un défi et un vrai sujet de préoccupation, qui devra peut-être donner lieu à des évolutions, à une époque où se perd l’habitude de lire des textes longs.

Dans cette nouvelle phase de préparation du congrès, la commission Transparence est fortement et diversement sollicitée :

  •  Sur les débats locaux : quelques plaintes remontent sur le fait que des réunions de présentation des textes tardent à être annoncées ou alors sont trop tardives. Des cas rares, car l’immense majorité des sections et fédérations déploient beaucoup d’énergie pour organiser les réunions dans le délai court qui nous sépare du vote.
  • Les modalités du vote : le vote électronique peut-il être organisé ? Dans l’état actuel de nos statuts, c’est non. Le sujet mérite réflexion, compte tenu de notre culture démocratique.
  • Des animateurs du Parti sont préoccupés par la délimitation du « corps électoral » avec une notion « d’adhérent·e à jour de ses cotisations » imprécise dans nos statuts. Mais la commission n’est pas habilitée à aller au-delà des statuts, elle ne peut pas substituer son interprétation au « flou » actuel. Elle s’en remet donc à l’expérience et à la collégialité des fédérations, aux commissions départementales de vote pour en assurer l’organisation dans les meilleures conditions.
  • Nous avons été saisis du problème de handicap de dyslexie. La police des caractères des textes écrits est si petite et serrée qu’elle n’en permet pas la lecture par les personnes porteuses de ce handicap. La commission demande aux fédérations de convertir le texte en version adaptée, avec les logiciels en accès libre, et de le tirer à la demande.

Dans ce moment d’intensité particulière du débat, la commission est attentive à toutes les informations et questions qui lui sont transmises, tout en poursuivant son travail assidu de lecture des près de 350 contributions publiées à ce jour. Elle se réunira le dimanche 29 janvier à 16 heures, au siège national du Parti, pour enregistrer les votes des fédérations et proclamer les résultats du choix de la base commune.

Nous avons la responsabilité collective de réussir ce moment-clé de notre vie démocratique par un débat de fond, mené dans la sérénité et la fraternité, qui soit un point d’appui solide pour construire notre unité.

Evelyne Ternant