International publié le 15/07/2022

Evolution démographique : augmentation ralentie et vieillissement

visuel_édito-terre.jpg

Il y a quelques jours, l’ONU a rendu son rapport sur l’évolution de la population mondiale. Celui-ci a fait peu de bruit, c'est à se demander si les responsables politiques s’intéressent encore à la démographie et aux réalités.

Ce rapport soulève pourtant quelques bouleversements mondiaux.

Le premier constat est que la population continue à croître. Nous devrions arriver aux 8 milliards d’habitants d’ici 2022 mais le nombre d’habitants sur terre devra cesser de croître plus tôt que prévu. L’équilibre démographique devrait être atteint vers 2080 avec 10,4 milliards de personnes. Dès 2023, l’Inde devrait devenir le pays le plus peuplé au monde.

Un deuxième constat est que la pandémie de covid-19 a provoqué une surmortalité de 14,9 millions d’individus en 2020 et 2021 mais elle est restée sans conséquence sur le taux de fécondité mondial.

Un troisième constat est le vieillissement de la population. Le groupe d’âge qui enregistre la croissance la plus rapide est constitué des personnes de 65 ans et plus. Le nombre de personnes âgées dans le monde dépassera d’ici 2050 celui des adolescents et des jeunes de 15/24 ans. Il est évident que ce constat va avoir des conséquences très importantes et devra être pris en compte dans les choix politiques de santé et de protection sociale.

Le quatrième constat est au sujet des déplacements de population. Les personnes vivant en dehors de leur pays d’origine étaient au nombre de 272 millions de personnes en 2019, ce qui représentait 3,5% de la population mondiale et il est bon de rappeler que c’est l’Asie qui abrite le plus grand nombre de migrants (personnes vivant en dehors de leur pays d’origine) mais aussi que l’Afrique est le continent qui a connu la plus forte hausse de migrants internationaux accueillis. Ce constat, en y ajoutant le vieillissement de la population, en particulier en Europe, rend totalement délirant les politiques d’Europe forteresse comme l’a dit lors d’une interview Souleymane Boel, un scénariste vivant à Trappes « Si la terre à des frontières, les rêves des migrants n’en auront jamais ».

Le cinquième constat est que la population vivant en ville continue d’augmenter. À l’heure actuelle, environ 55% de la population mondiale vit en ville et ce taux approchera certainement 70% en 2050. Cette urbanisation est particulièrement vraie en Asie et en Afrique. Cette forte croissance de l’urbanisation crée un problème mondial concernant le logement, les infrastructures d’assainissements et de transports. Rappelons le déséquilibre énorme que cela crée, les villes occupent moins de 2% du territoire mondial mais produisent 80% du produit intérieur brut mondial.

Si la politique c’est prévoir et bien voilà des constats qui doivent clairement nous amener à réfléchir, prendre des décisions de développement durable, de respect de la dignité humaine, de leur choix, de culture de paix sans avoir peur de l’avenir et des déplacements de population.

Cécile Dumas
responsable-adjointe du secteur international
responsable de l'Amérique latine et des questions migratoires