Publié le 08/09/2021 par PCF

Fête de l’Humanité 2021 – Redonnons espoir en la politique

La Fête de l’Humanité est de retour. Comme à chaque édition, cette fête va rassembler des milliers de jeunes le temps d’un week-end. Cette année, la Fête revêt un caractère particulier. Après avoir été privé de culture, de fêtes, de concerts pendant de trop longs mois, la Fête de l’Humanité est l'événement à ne pas louper à cette rentrée. Les jeunes qu’on croise ici et là, qu’ils soient des habitués de la Fête ou que ce soit leur première, sont tous impatients de pouvoir se retrouver sur la Fête.

Puis, cette Fête se tient dans un contexte particulier pour la jeunesse. À cette rentrée, nous dénombrons un jeune actif sur cinq au chômage, plus d’un étudiant sur six en situation de décrochage. En tout c’est 1,6 million de jeunes qui se retrouvent sans emploi ni formation à cette rentrée. La moitié des pauvres en France est âgée de moins de 30 ans. Alors Emmanuel Macron peut bien dépenser des millions d’euros dans une campagne de communication, il ne sera pas le président des jeunes. Comment le pourrait-il ? Malgré le décrochage scolaire, il continue avec la sélection à l’entrée de l’université. Pire, en pleine crise éducative, il fait le choix de supprimer plus de 1 800 postes dans le secondaire. Que dire des jeunes en recherche d’emploi ? Emmanuel Macron leur fait la promesse d’une garantie jeune, un contrat d'engagement. Il propose d’accompagner la misère à hauteur de 500 € par mois. Quelle indignité ! Face à cette situation, trop peu de réponses politiques sont apportées à notre situation. Las d’une situation qui nous semble inéluctable, les jeunes se tournent en premier lieu vers l’abstention. Nous devons redonner espoir en la politique aux nouvelles générations. Pour ce faire nous devons porter un projet politique partant des besoins et des aspirations des jeunes, leur montrer que la politique, l’engagement politique même permettent de changer leur quotidien.

C’est un des objectifs, si ce n’est l’objectif principal que se donnent les jeunes communistes sur cette fête. Tout au long des trois jours de Fête, nous arpentons les allées pour discuter et échanger avec les jeunes et leur proposer de s'engager à nos côtés. Nous nous donnons l’ambition qu’aucun jeune ne soit sorti de la Fête sans s’être arrêté quelques minutes pour discuter avec un jeune communiste.

Pendant un week-end entier, nous démontrerons avec force que la politique peut être autre chose que des débats stériles déconnectés des réalités sur les plateaux de CNEWS.

Pour répondre à ces beaux objectifs, les jeunes communistes auront comme à leur habitude un stand national donnant sur la grande scène où se mêleront débats et pots fraternels. Nous aurons également des pôles militants permanents dans les carrefours de la Fête avec notre nouveau tract de rentrée pour pouvoir aller directement à la rencontre des jeunes.

Enfin, nous aurons l’occasion de participer à de nombreux débats tout au long de ces trois jours. La jeunesse est un sujet central de cette rentrée et la Fête ne s’y est pas trompée. Retrouvez-nous :

- Le samedi à 14 h 30, “Avoir 20 ans en l’an 2021”, sur le stand du PCF Paris avec Léon Deffontaines, Marie-George Buffet, Hélène Bidard, le président de la Fage et le président de l'association cop1.

- Le samedi à 15 h, un débat sur la situation des étudiants et de l’enseignement supérieur, sur le stand du PCF 91 avec Jeanne Péchon, Marine Roussillon, organisé par le réseau école du PCF.

- Le samedi aux alentours de 14 h sur le stand du PCF de Vanves, pour un débat sur l'accessibilité et la gratuité des transports en commun pour les jeunes, avec Assan Lakehoul et Jacques Baudrier.

- Le dimanche à 14 h sur l’Agora, un échange sur la nécessité de faire de la jeunesse une priorité de 2022, auquel participeront Fabien Roussel et Léon Deffontaines.

Et tous les jours de 11 h à 17 h sur les différents pôles militants du MJCF, ou bien sur le stand national du MJCF sur la grande scène !

L’inauguration du stand national des jeunes communistes se fera le jeudi 9 septembre à 18 h 30.

Léon Deffontaines