International CommunisteS Publié le 07/04/2021 par PCF

Haïti : Seule la solidarité internationale avec la mobilisation populaire haïtienne fera tomber Jovenel Moïse

Dans l'indifférence générale des chancelleries occidentales et médias européens, le peuple haïtien affronte depuis deux mois l'une des phases les plus dramatiques de son histoire

En Haïti, l'État de droit n'est plus. Mais aucun des hérauts contemporains de la « démocratie et des droits humains » de notre siècle ne s'en émeut. Au contraire.

Depuis que, début février, le président Jovenel Moïse a passé outre manu militari la fin de son mandat constatée par le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, en vertu de la Constitution en vigueur, il a su pouvoir compter sur le soutien actif de sa marraine, l'Administration étatsunienne, le consentement de l'Union européenne, et même de l'ONU, en la personne de sa représentante spéciale en Haïti, Helen Meagher La Lime qui fut, par ailleurs, ambassadrice des États-Unis en Angola...

Interpellé publiquement, Antonio Guterres, secrétaire général d'une ONU qui se fourvoie dans un appui à une « légalité électorale » des plus douteuses, devra bien répondre un jour à la question posée par le Mouvement Matris Liberasyon : « Pourquoi l’ONU, qui a toujours prôné la paix, la lutte contre la pauvreté et le respect des droits humains, encourage-t-elle l’implémentation d’une politique discriminatoire de déni systématique envers le peuple haïtien, en soutenant un gouvernement totalement illégal et illégitime ? »

D'autant que, puisque la Constitution lui donne tort, Jovenel Moïse a décidé d'en changer, par référendum, le 27 juin prochain. Ceci en vue d'une élection présidentielle, dès lors taillée sur mesure, prévue en septembre prochain et ardemment souhaitée dans une récente déclaration commune par les 15 membres du Conseil de sécurité de l'ONU, « profondément préoccupés par la situation actuelle en Haïti ».

Des semaines de mobilisations et manifestations ne sont donc pas parvenues à briser cette épaisse muraille de black-out qui protège le pouvoir dictatorial en cours d'installation. Ce 3 avril encore, des centaines de femmes d'Haïti sont descendues dans la rue à l'occasion de la Journée nationale des droits des femmes, pour dire « Non à la dictature et à l’insécurité », non aux violences continuelles dont elles sont les cibles et « pour dénoncer le référendum et le soutien de la communauté internationale au président Jovenel Moïse ».

Tous les jours, la répression se renforce, les enlèvements crapuleux ou politiques se multiplient, et Jovenel Moïse maintient en prison sans jugement tout opposant à son pouvoir, soit des centaines de personnes parmi lesquelles des agents de la Fonction publique qui refusent d'appliquer ses ordres criminels. Le pays, déjà l'un des plus inégalitaires au monde, s'enfonce dans une crise sociale et économique. À cette date, aucun vaccin contre le coronavirus n'a touché même le territoire haïtien dont l'absence de politique de santé publique et la faiblesse des structures sanitaires empêchent toute mesure rigoureuse de l'évolution de la pandémie qui n'aurait fait officiellement que 252 morts.

Le peuple haïtien ressent un cruel besoin de solidarité et d'internationalisme – seul facteur capable d'enrayer le scénario décidé à Washington, New York et Bruxelles qui assurerait à Jovenel Moïse une mainmise pérenne et une soumission sans faille aux exigences étatsuniennes et occidentales.

Le Parti communiste français appelle les forces démocratiques et d'émancipation humaine de France et d'Europe, en liaison avec celles d'Amérique latine et des Caraïbes, à manifester leur pleine solidarité et leur soutien aux mouvements citoyens, syndicaux, politiques et à tous les secteurs de la société haïtienne – car ils sont nombreux – en lutte pour les droits sociaux et fondamentaux, la justice sociale, les libertés et la démocratie en Haïti. Il est grand temps d'imposer au gouvernement français lui-même un changement net d'orientation en se dégageant de celle imposée par les États-Unis guidés par leurs seuls intérêts géostratégiques et ceux de leurs firmes. En ne le faisant pas, la France prendrait une tragique responsabilité dans le cours des événements en Haïti et se disqualifierait pour longtemps encore aux yeux de nombreux peuples du monde dont les exigences sont piétinées par un ordre mondial insupportable.

Lydia Samarbakhsh
membre du CEN,
chargée de l'International

Notre site utilise des cookies qui nous permettent d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques de visites. En utilisant www.pcf.fr, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus