Publié le 06/10/2021 par PCF

Législatives 2022 – Le PCF lance la campagne en lien avec la présidentielle

Le Conseil national a lancé la campagne des législatives en ouvrant, le 26 septembre, un appel à candidatures aux adhérent·e·s dans chaque circonscription, avec un premier rendez-vous de désignation des candidat·e·s soutenu·e·s par le PCF lors du Conseil national du 12 décembre prochain.

C’est une campagne commune qui est proposée entre la présidentielle et les législatives, avec notre choix de donner toute sa place au Parlement.

Fabien Roussel porte des propositions que nos candidat·e·s aux législatives déclineront dans les territoires, au plus près des habitants, avec le projet de notre parti pour La France en commun et le défi des Jours heureux.

Cette décision de la direction du PCF de lancer la campagne des législatives se fait dans la suite de la proposition des communistes, lors du vote des 30 000 militants pour la candidature de Fabien Roussel à la présidentielle. C’est la proposition d’un pacte d’engagements communs aux législatives. Pacte qui doit se traduire en lien avec notre travail sur le programme à la présidentielle par 10 à 15 grandes mesures portées par nos candidats et mis en débat à gauche pour travailler à une possible majorité, mais en s’adressant largement à la population dans les circonscriptions.

Nous mettons en débat des axes d’une possible majorité parlementaire de gauche au-delà des hypothèses sur les résultats de la présidentielle. Nous portons des projets différents, mais nul ne peut gouverner seul à gauche. Nous voulons au plus vite avoir des chefs de file dans les 577 circonscriptions et engager le débat sur des engagements clairs.

Le Conseil national qui investira les candidat·e·s à partir des propositions des conseils départementaux validera une investiture nationale à parité femme/homme.

Nous avons un objectif à mettre en œuvre, comme lors des sénatoriales de 2020 : progresser en nombre d’élu·e·s et nous doter de la capacité de constituer un groupe communiste avec a minima 15 élu·e·s PCF ou apparenté·e·s. Quitte à ce que ce groupe s’élargisse. Mais nous voulons la capacité autonome de constituer un groupe, ce que nous ne pouvons plus faire depuis 2007. Nous voulons faire élire nos sortants, mais notre ambition c’est de faire élire le plus de députés communistes dans de nouvelles circonscriptions et avoir des candidat·e·s dans le plus grand nombre de circonscriptions pour permettre la meilleure symbiose entre présidentielle et législatives, avec des candidat·e·s sur le terrain qui aident à la réussite de notre candidature à la présidentielle et donc qui aident aux bons résultats aux législatives.

Plus d’élu·e·s et des candidat·e·s dans le plus grand nombre de circonscriptions, c’est l’ambition que nous portons depuis 2018. L’ambition de stopper la baisse de notre influence et de poursuivre notre réimplantation territoriale pour nos fédérations, comme nous avons su le faire aux municipales et aux départementales et régionales. Cette ambition est possible, nous l’avons réalisée aux sénatoriales après les municipales. Et pour les législatives, au vu des bons résultats aux départementales, nous devons mesurer les possibilités de victoires. Avec 577 circonscriptions et actuellement 60 circonscriptions PS, FI ou PCF, et aucun député EELV, nous avons des marges pour l’ensemble de ces objectifs.

Nous devons concevoir les législatives en lien avec le candidat soutenu par le PCF à la présidentielle et sa campagne des Jours heureux. Il faut une complémentarité et mesurer que dans la dernière ligne droite de la campagne présidentielle, nos candidat·e·s aux législatives y soient totalement impliqué·e·s avec les communistes, les comités ou collectifs des Jours heureux, les soutiens à Fabien Roussel dont les élu·e·s qui le parrainent. Nous sommes, dans la très grande majorité de nos circonscriptions, en situation favorable à l’issue des départementales et régionales, et la perspective de victoire est réelle dans 5 à 10 circonscriptions. Si l’abstention peut rester haute et empêcher le nombre de triangulaires au second tour, nous devons tout faire pour mobiliser l’électorat du monde du travail, celui des quartiers populaires et les jeunes, en refusant les scénarios mis en place de montée des extrêmes droites et de victoire des droites. Bien sûr le résultat de la présidentielle aura une influence. Mais aujourd’hui, aux côtés de Fabien Roussel nous pouvons très vite, avec nos candidats, donner corps à notre conception de la République sociale que nous souhaitons et sa non présidentialisation.

Valoriser le rôle du Parlement, le débat sur des contenus participe aussi, lors de la campagne des législatives, du projet original porté par notre candidat à la présidentielle. Pour préparer les législatives avec les fédérations, nous mettons en place un groupe de travail en lien avec le groupe à l’Assemblée et regroupant les suivis régionaux, plus les secrétaires départementaux·ales ayant un·e ou des député·e·s, plus une dizaine de départements. Très vite un kit militant sera adressé aux adhérents et nous mettrons en avant le bilan de mandat que préparent nos député·e·s.

Pierre Lacaze

membre du CEN