Publié le 14/09/2022 par PCF

Léon Deffontaines a débattu avec la secrétaire d’État à la Jeunesse

Samedi midi, Sarah El Haïry venait apporter la contradiction au secrétaire général du MJCF à la Fête de l’Humanité.

Alors que Léon Deffontaines présentait son livre  Pour que jeunesse se fasse  !, la secrétaire d’État a insisté d’emblée sur la diversité des jeunesses. S’ils tombent d’accord sur ce point, ils n’ont pas les mêmes raisons.

Là où le MJCF montre l’antagonisme de classes dans la jeunesse, Sarah El Haïry semble nier la réalité commune d’entrée précaire dans la vie active et les droits sociaux au rabais en raison de l’âge ; elle semble justifier une politique jeunesse faite de dispositifs ciblés bancals et refuser l’exigence de droits collectifs.

Dès le constat, deux visions se sont opposées : pour le gouvernement, des mesures d’urgence suffisaient à pallier la situation des jeunes pendant la crise sanitaire, là où le MJCF affirme que le parcours de vie des jeunes était semé d’embûches depuis bien longtemps ; d’un côté la jeunesse est un problème à régler, de l’autre elle est vue comme la solution aux défis sociaux.

Sur les solutions, Sarah El Haïry semblait s’en remettre à la solidarité associative, comme si elle n’était pas membre du gouvernement, quand Léon Deffontaines défendait des changements profonds de société : fin des contrats précaires et des dispositifs spécifiques, égalité des droits, revenu étudiant… La secrétaire d’État a osé justifier l’exclusion des moins de 25 ans du droit au RSA, en arguant que le contrat d’engagement jeunes offre davantage de droits, alors qu’il préfigure le RSA conditionné au travail.

Sur l’engagement politique des jeunes, Sarah El Haïry faisait la promotion du Service national universel, alors que le secrétaire général du MJCF dénonçait la répression des mobilisations des jeunes sous Macron. Le SNU est-il un outil pour la mixité ? Léon en doute fortement quand l’Éducation nationale n’arrive pas à remplir ce rôle, qu’elle est mise à mal et que l’accès à des études supérieures est entravé.

Finalement, le débat a eu le mérite d’être de très bonne tenue et d’éclairer les combats à venir !

Amado Lebaube