Publié le 25/05/2022 par PCF

La jeunesse n’est toujours pas une priorité pour le gouvernement !

Les promesses d’Emmanuel Macron de renouveler sa politique et son gouvernement n’auront pas tenu très longtemps. La nomination d’Élisabeth Borne à Matignon et l’annonce des nouveaux ministres ne présagent aucun changement de cap dans la politique de l’exécutif.

En annonçant vouloir reculer l’âge de départ à la retraite, le nouveau gouvernement montre sa volonté de continuer la casse de notre modèle social. Alors que la jeunesse a montré à de multiples reprises sa volonté de mettre un terme aux politiques libérales, le premier gouvernement d’Élisabeth Borne fait sans surprise le choix de la continuité.

Bien que nous nous félicitions du départ de Jean-Michel Blanquer du ministère de l’Éducation nationale, l’absence de ministre de la Jeunesse est particulièrement alarmante. Parcoursup, réforme du bac, baisse des APL, emplois précaires, le gouvernement précédent n’a fait que dégrader nos conditions de vie. L’absence de projet politique pour la jeunesse n’arrangera pas les choses.

La jeunesse est dans une situation catastrophique : chômage, précarité, inégalités, mise en concurrence, affectée dans des filières par défaut, détresse psychologique, baisse des pratiques sportives et artistiques… Ce ne sont pas les sujets qui manquent et pourtant les nouvelles générations ont été les grands oubliés du quinquennat précédent.

En réaction à cette situation, Emmanuel Macron a annoncé vouloir faire de la jeunesse une priorité du quinquennat. Résultat  ? Toujours pas de ministère dédié à la jeunesse. Nous devrons encore une fois nous contenter d’une délégation affiliée au ministère de l’Éducation nationale.

Emmanuel Macron aura mis encore moins de temps qu’il y a 5 ans pour faire son premier retournement de veste. Le soir du second tour, il s’était pourtant dit redevable aux électeurs de gauche ayant voté en sa faveur pour faire barrage à l’extrême droite. Une nouvelle fois, le Président ne semble pas avoir tenu sa promesse.

Nous pouvons encore déjouer le projet funeste d’Emmanuel Macron. Gagner la retraite à 60 ans, l’augmentation des salaires, un réinvestissement dans les services publics et une véritable politique à destination des jeunes est encore possible. Aux élections législatives, votons pour les candidats de la Nouvelle union populaire écologique et sociale.

Le capitalisme et le libéralisme ont prouvé depuis des années qu’ils n’étaient pas capables de répondre aux besoins et aspirations de la jeunesse. La main invisible censée organiser l’économie et la société n’a été capable que d’amplifier les inégalités et broyer des projets de vie.

Face à ce nouveau gouvernement libéral, l’heure est à l’engagement. Le MJCF s’oppose à toute régression de nos droits, et se battra pour en conquérir de nouveaux.

Léon Deffontaines