International CommunisteS Publié le 17/06/2020 par PCF

Le 20 juin, journée internationale des réfugiés: Montrons une France accueillante et fraternelle

La crise mondiale du coronavirus a de nouveau aggravé les conditions de vie et d’accès aux droits aux réfugiés et aux demandeurs d’asile.

Depuis de longues semaines, les frontières du monde se sont fermées, le virus les a pourtant largement franchies, mais les réfugiés, eux, sont souvent laissés sans défense face au virus, avec une impossibilité totale d’appliquer les gestes «barrières».

Le virus ne peut pas être un argument pour refuser l’accès aux droits les plus essentiels aux réfugiés et demandeurs d’asile, pour de nouveau bafouer le droit international. Dans la plupart des pays européens, les demandes d’asile ont été suspendues et ont bien souvent relégué les demandeurs à vivre dans des conditions inhumaines.

En effet, le bureau européen d’appui en matière d’asile (EASO) a annoncé cette semaine une baisse de 86% des demandes d’asile en avril par rapport à février. Pour montrer de nouveau les mensonges et les manipulations de l’extrême droite et parfois de la droite, il est intéressant de rappeler qu’en Europe, d’après les données de l’EASO, il y a eu 8 730 demandes d’asile en avril et 61 421 en février sur une population de 446 millions d’habitants en Union européenne. Depuis le début de l’année, ces demandes viennent principalement de Syrie, d’Afghanistan, du Venezuela et de Colombie. Ce rapport signale, lui aussi, que la crise sanitaire a été utilisée pour continuer à durcir les conditions d’accueil des migrants. L’Union européenne a bloqué les routes de migration terrestre et fourni à la Libye et la Turquie une aide pour empêcher les traversées maritimes. L’Italie et Malte n’ont pas assuré de missions de sauvetage et la Grèce a continué à durcir les conditions d’accueil en appliquant un enfermement aux réfugiés de la mer Egée dans des conditions indignes de surpopulation et d’insalubrité.

«Participer à toutes les initiatives pour un accueil digne des réfugiés, pour une autre politique migratoire»

L’Union européenne et la France ont de nouveau montré leur absence de solidarité pour un accueil digne des réfugiés. Cette attitude de l’UE est responsable d’un nouveau naufrage en Méditerranée en ce début juin, qui a fait plus de cinquante morts. Les mouvements de population actuels laissent penser que de nouvelles embarcations de personnes venant d’Afrique subsaharienne, passant par la Libye, vont prendre des risques considérables pour rejoindre l’Europe au départ de la Tunisie. L’Union européenne ne doit pas négocier la fermeture des frontières de la Tunisie mais bien des accès légaux et sécurisés à des humains qui cherchent un lieu de vie plus sûr.

Le 20 juin, journée internationale des réfugiés, le Parti communiste français appelle à participer à toutes les initiatives pour un accueil digne des réfugiés, pour une autre politique migratoire, pour demander la régularisation des personnes étrangères vivant en France.

Cécile DUMAS
responsable adjointe du secteur international
chargée des enjeux migratoires

Notre site utilise des cookies qui nous permettent d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques de visites. En utilisant www.pcf.fr, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus