Publié le 16/09/2020 par PCF

Le MJCF à l’offensive pour cette rentrée

Les jeunes ne sont pas épargnés pour cette rentrée. La crise économique fait des ravages dans les rangs de la jeunesse, le taux de chômage explose chez les moins de trente ans, la précarité grandit. Dans ce contexte, le plan d’urgence du gouvernement n’arrange rien. Entre la promotion des CDD et la création de services civiques, l’exécutif nous promet une société de petits boulots payés une misère. À cette hausse de la précarité, s’ajoutent les réformes de J.-M. Blanquer dans l’éducation qui instaurent une mise en concurrence généralisée entre les établissements et les élèves, qui détériorent la qualité des études et remettent en question une éducation gratuite, accessible à toutes et tous. Les jeunes sont de plus en plus inquiets face à leur avenir.

Face à un avenir de plus en plus compromis, les jeunes communistes s’organisent. Dès les premiers jours de la rentrée scolaire, ils étaient mobilisés partout en France. Après avoir affûté leurs arguments et s’être formés durant l’été, il leur tardait de mettre leurs revendications à l’épreuve du terrain.

Structurer au plus proche des réalités

Depuis deux semaines, les jeunes communistes sont présents, devant les lycées, sur les universités... pour organiser la riposte face aux attaques du gouvernement.

Les lycéen·ne·s sont particulièrement sensibles à la lutte pour le droit à une éducation de qualité face à la réforme Blanquer et aux inégalités qu’elle accroit. Nos solutions comme la gratuité totale du matériel scolaire, y compris les masques obligatoires, trouvent un bon écho notamment dans les lycées professionnels, où le matériel demandé peut s’élever à plusieurs milliers d’euros cette rentrée. Les revendications sur l’accès à l’enseignement supérieur pour toutes et tous ou encore la création d’un service public de l’orientation apportent des réponses concrètes aux inquiétudes des lycéennes et lycéens.

La rentrée à l’université était voulue par la ministre comme “normale”. La réalité c’est que plus encore que les autres années, les étudiant·e·s seront frappé·e·s par la précarité. Les jeunes en formation sont condamnés à des conditions d’études indignes et à un salariat dégradé pour plus de la moitié d’entre eux. Les jeunes communistes répliquent avec l’exigence d’un revenu étudiant pour que chacun·e ait la chance de réussir sans avoir à choisir entre travailler pour manger et pouvoir réviser.

Les jeunes travailleurs·euses, en première ligne face à la crise économique, ne sont pas en reste. Une évidence s’impose : face à la l’insécurité de l’emploi, pour pouvoir penser leur avenir, le CDI et la titularisation doivent devenir la norme et les salaires doivent augmenter.

Forts de ces propositions adaptées au quotidien de chaque jeune, nous sommes présent·e·s sur leurs lieux de vie, au plus près de leurs réalités : devant les lycées dès le 1er septembre et sans relâche depuis, dans les facs pour accueillir les nouveaux entrants avec un café et des revendications, aux sorties de métro pour populariser nos revendications auprès des jeunes travailleurs. L’accueil qui nous est fait est très bon. Partout les jeunes veulent pouvoir étudier et vivre dignement, ils comprennent vite l’intérêt du combat pour obtenir de nouveaux droits. Surtout ils savent que pour les obtenir il faut se battre ensemble et alors naturellement ils s’engagent avec le MJCF. Ils sont déjà plus de deux cents à nous avoir rejoints depuis la rentrée. Des centaines d’autres ont donné leur contact aux jeunes communistes pour être informés et nous rejoindront probablement bientôt.

Faire vivre la solidarité et des événements populaires

Cette rentrée a aussi été encore une fois l’occasion pour les jeunes communistes de prouver qu’ils ne savent pas seulement parler mais aussi mettre en place concrètement des propositions pour une autre société. Une société de partage, de culture, de débats pour un monde meilleur, à l’image de la Fête de l’Humanité ou de leurs fêtes locales. Ils ont été nombreux à animer les événements pour la Fête de l’Humanité autrement, notamment à Rennes, Toulouse, ou encore Prouvy et dans de nombreuses fédérations.

En attendant cette société, le MJCF organise la solidarité concrètement : en emmenant plus de quarante personnes à la mer en Seine-Maritime ou en faisant vivre les valeurs du sport et de l’internationalisme autour d’un match de foot en solidarité avec la Palestine dans la Vienne. C’est la force des jeunes communistes de savoir dénoncer et combattre mais aussi proposer et revendiquer tout en agissant concrètement. Ces deux semaines de reprises en ont été un parfait exemple. Une rentrée dynamique qui engage de très bonnes dispositions pour une année qui devrait voir encore s’agrandir et s’ancrer dans toujours plus de territoires le MJCF.

Clémentine Le Duey, coordinatrice à la vie des départements du MJCF.

Notre site utilise des cookies qui nous permettent d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques de visites. En utilisant www.pcf.fr, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus