International publié le 12/07/2022

Le peuple du Sri Lanka a pris sa Bastille

visuel_srilanka-gohome-gota.jpg

Le samedi 9 juillet 2022 restera peut-être comme une date importante dans l’histoire du Sri Lanka. Après avoir engagé, depuis mars, des mouvements de protestation, le peuple a pris d’assaut le palais présidentiel occupé par le chef du clan Rajapaksa.

Depuis deux décennies, cette famille despotique a mis en coupe réglée le pays provoquant une crise sociale et politique sans précédent. Des projets d’infrastructures inutiles, sur lesquels la dynastie des Rajapaksa prélevait des commissions illégales ont endetté le Sri Lanka. Pour endiguer l’effondrement, les dirigeants ont prohibé les importations de biens essentiels privant la population de carburant, de gaz, de nourriture, de médicaments. Sous couvert d’une agriculture 100% biologique, les intrants chimiques ont été interdits suscitant une baisse catastrophique des rendements. Les attentats de 2019 et la pandémie de Covid ont ravagé l’économie touristique suscitant un effondrement des réserves de change, un défaut de paiement et une inflation galopante. Si bien qu’aujourd’hui, le Sri Lanka se retrouve dans les fourches caudines du FMI.

Le rejet de la corruption et de la prédation du clan au pouvoir, l’absence de perspectives économiques et sociales et l’autoritarisme sont à la base de cette insurrection qui a mobilisé de larges secteurs de la société, transcendant les particularismes identitaires. Cependant, la chute de ceux qui représentent le régime ne signifie pas la chute du régime car le clan Rajapaksa, protégé par l’armée, n’a pas encore dit son dernier mot. L’absence de projet politique alternatif, d’organisations structurées et la défiance généralisée à l’égard des formations politiques traditionnelles, par ailleurs divisées, font craindre le chaos dans les jours à venir.

Pour autant, le peuple du Sri Lanka vient de remporter une grande victoire qui s’inscrit dans un processus long de transformation.

Les communistes expriment leur solidarité complète avec ce profond mouvement populaire radical et pacifique.

Parti communiste français
Paris, 12 juillet 2022