Publié le 21/09/2022 par PCF

Le retour des fêtes de rentrée dans l’Hérault

Après deux années d’interruption à cause des conditions sanitaires, les communistes de l’Hérault renouent avec leurs traditionnelles fêtes de rentrée. Mieux, ils en créent de nouvelles. Ainsi, si la fête de la Plantade du 4 septembre dernier, organisée par les sections du Biterrois, en était à sa 39e édition, les fêtes d’Aniane et Pézenas des 18 et 25 septembre sont des nouvelles venues dans le paysage politique.

À Aniane, au cœur du département, à une quarantaine de kilomètres de Montpellier, ville et canton autrefois communistes, la fête témoigne du redressement du Parti engagé lors de l’élection présidentielle. C’est d’ailleurs le Comité des jours heureux, toujours en activité, qui organise l’événement.

Si à l’heure où sont écrites ces lignes la fête n’a pas encore eu lieu, nul doute qu’elle s’annonce déjà comme un beau succès si l’on s’en réfère aux nombreuses réservations. Il faut dire que le communisme devient un besoin urgent et ce ne sont pas la centaine de participants au débat de la fête de la Plantade à Béziers qui étaient venus dire le contraire.

Dans un département comme l’Hérault, plus particulièrement dans les zones éloignées ou périphériques de la métropole de Montpellier, les questions du travail, du chômage, des services publics, des déplacements, de l’accès aux soins, des difficultés de viure al país (*) sont posées par une population qui a (re)découvert en 2022, avec Fabien Roussel, les propositions du PCF.

Réindustrialisation, avenir de l’agriculture et particulièrement de la viticulture à l’heure de la sécheresse, lutte contre la désertification médicale, place de la culture, difficultés d’usage de la voiture à l’heure de la ZFE et des hausses des coûts de l’énergie… Les enjeux sont importants et les pistes que vont lancer les communistes à l’occasion de la fête feront sans nul doute l’objet d’un travail de fond pour convaincre, persuader, mobiliser, renforcer l’organisation dans les semaines et les mois qui suivent.

En ayant au cœur de faire vivre le débat à gauche et surtout dans la population, les communistes de l’Hérault peuvent s’appuyer sur une dynamique militante qui ne s’est pas estompée depuis le printemps dernier. µ

Nicolas Cossange

membre du CN, secrétaire départemental

_____________________________________

* Viure al país : En Occitan, Vivre au pays, du nom du grand mouvement occitaniste, politique, social et culturel en Languedoc à la fin des années 1970. Les communistes y prirent part de manière significative, sous l’impulsion notamment de Maurice Verdier, secrétaire fédéral du PCF dans l’Hérault de l’époque.