Publié le 22/04/2020 par PCF

Malgré le confinement, le MJCF organise sa semaine des prisonniers politiques

Chaque année le Mouvement jeunes communistes de France organise une semaine d’action en solidarité aux prisonniers politiques. Celle-ci se déroule du 13 au 19 avril, couvrant ainsi la journée du 17 avril, journée internationale des prisonniers palestiniens instituée en 1975, et la journée du 15 avril, date d’anniversaire de l’emprisonnement de Marwan Barghouti.

L’objectif de la semaine des prisonniers politiques est de faire connaître la situation des prisonniers politiques et convaincre de l’importance de travailler à leur libération. Ils sont des milliers de combattants pour la paix, la liberté, les droits des femmes ou contre le fascisme enfermés pour avoir défendu leurs idées.

Cette édition a été l’occasion de mettre particulièrement en avant les prisonniers et prisonnières politiques palestiniens. Selon l’association Addameer, ils sont plus de 5 000 actuellement en prison à subir l’injustice de la politique d’enfermement massif utilisée par Israël. Une stratégie visant à briser toute résistance. Leurs conditions de détention sont désastreuses. Les prisonniers sont entassés dans des cellules trop petites, souvent torturés. Parmi eux on compte de nombreux enfants. Avec l’arrivée du coronavirus leur situation s’est détériorée. Aujourd’hui, aucune mesure n’a été prise pour endiguer la propagation du virus dans les prisons. Les visites d’avocats sont interdites, les enfants emprisonnés n’ont plus de contact avec leur famille.   

Cette semaine a également pour objectif de mettre en avant la figure de Marwan Barghouti. Le député palestinien est devenu un symbole : celui d’un peuple entier qu’on enferme, mais aussi celui de la lutte contre la colonisation. Il représente l’espoir d’une paix juste et durable. Le leader palestinien, emprisonné depuis 2002, a été condamné à la perpétuité cinq fois. En popularisant le combat de Marwan Barghouti, ce sont les conditions inhumaines des prisonniers politiques palestiniens qui sont mises en lumière. En exigeant sa libération, c’est celle de tout le peuple palestinien qui est revendiquée.

Malgré un contexte compliqué à cause du confinement, le MJCF a tout de même fait le choix de tenir cette semaine d’action, notamment en communiquant largement sur les réseaux sociaux. Il s’est donné pour objectif de rendre visible sa campagne sur la Palestine et, à travers elle, sa revendication : la libération de Marwan Barghouti et de l’ensemble des prisonniers politiques palestiniens. L’objectif est d’interpeller le gouvernement français afin qu’il intervienne auprès d’Israël pour exiger la libération des prisonniers politiques palestiniens.

La semaine d’action pendant le confinement

À l’heure du confinement il est nécessaire de réinventer de nouvelles formes d’actions. Lors de cette semaine, le MJCF a décidé d’occuper l’espace militant qui reste, à savoir celui des réseaux sociaux.

Toute la semaine, les réseaux sociaux ont été inondés par les visuels et les communiqués mettant en avant la situation des prisonniers politiques en Palestine. Chaque jour un visuel sur un prisonnier politique a été produit. Cette communication a permis de mettre en lumière la figure de Marwan Barghouti, mais aussi celle d’autres prisonniers moins connus comme celle de Khalida Jarrar, députée palestinienne et membre de l’association “Addameer” enfermée depuis 2017, ou encore celle de Bassim Khandaqji, écrivain et journaliste palestinien, membre du Parti du peuple palestinien enfermé depuis 2004 et condamné à trois peines de prison à perpétuité.

En plus de ces visuels, l’Avant-Garde a mis en avant, au travers d’articles, la situation des prisonniers politiques en Palestine. Parmi eux un entretien avec le député franco-palestinien et ancien prisonnier politique Salah Hamouri, qui a été publié le 17 avril, journée de solidarité avec les prisonniers politiques palestiniens.

Les fédérations du MJCF ont également été mises à contribution. De nombreuses conférences et des “cinés-débats” se sont tenus sur la situation en Palestine tout au long de la semaine. En plus de ces conférence, le 15 avril, date anniversaire de l’incarcération de Marwan Barghouti, l’ensemble des camarades du mouvement ont été invités à se prendre en photo avec une pancarte demandant la libération de Marwan Barghouti, en interpellant le gouvernement français pour qu’il intervienne auprès d’Israël pour exiger sa libération ainsi que celle de l’ensemble des prisonniers politiques.   

Léon Deffontaines, secrétaire général du MJCF.

Notre site utilise des cookies qui nous permettent d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques de visites. En utilisant www.pcf.fr, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus