International publié le 11/01/2022

Maroc : En interdisant la tenue du congrès du parti La Voie démocratique, le Makhzen place le pays sous une chape de plomb

visuel_voiedemocratique.jpg

Les autorités marocaines viennent une nouvelle fois de montrer leur mépris de toute expression démocratique en interdisant à la formation progressiste La voie démocratique de tenir son congrès. L’objectif est de faire taire toutes celles et tous ceux qui contestent la tyrannie de Mohammed VI.

Le monarque impose une véritable chape de plomb sur le pays alors que celui-ci est plongé dans la récession et la pandémie, et qu'il est gangrené par la corruption, la prédation néolibérale et l’autoritarisme de la classe dirigeante. Les inégalités se creusent alors que les services publics, en particulier d’éducation et de santé, sont en ruines. Le seul espoir d’une partie de la jeunesse marocaine est de tenter de migrer dans des conditions de plus en plus périlleuses.

Conforté par l’appui inconditionnel de Paris, Washington et Tel-Aviv, le pouvoir marocain mène en outre une politique toujours plus agressive contre le peuple sahraoui et se livre désormais à un cynique chantage aux migrants.

Le piétinement des principes démocratiques, la surveillance constante des opposants – notamment au moyen du logiciel espion Pegasus – ainsi que l’instabilité régionale que Rabat alimente avec d’autres témoignent de la nature de ce régime.

Le Parti communiste français (PCF) exprime toute sa solidarité avec les membres et la direction de La voie démocratique ainsi qu'à l'ensemble des forces démocratiques et de gauche marocaines. Le PCF appelle instamment la France à cesser de cautionner la politique de Mohammed VI à l’échelle européenne et dans les instances internationales.

Parti communiste français,
Paris, le 11 janvier 2022