Publié le 16/03/2022 par PCF

Meeting de Paris - Redonner de la force à la gauche populaire et républicaine

Nous étions nombreux jeudi dernier au Cirque d’Hiver. Une salle pleine, au point qu’avant même 19 h il n’a plus été possible d’y entrer, et un parvis accueillant plus de monde encore. La magnifique salle constituait un écrin parfait pour le meeting, tandis que le parvis, avec ses barnums accueillant des buvettes et son écran géant prenait des airs de fête de l’Huma. 5 000 participants ont été annoncés. Cela n’est pas étonnant car le nombre d’inscriptions au meeting était déjà important quelques jours avant.

L’examen attentif de la liste des inscrits par l’œil expert des secrétaires à l’orga de différentes sections parisiennes révèle une information importante : l’immense majorité des inscrits ne sont pas des adhérents ni même des sympathisants connus de nos fichiers. Cela montre une fois de plus que la campagne que nous menons touche bien au-delà de nos rangs. Ainsi nous avons déjà atteint un des objectifs que nous nous étions fixés en avril 2021 lors de notre conférence nationale : permettre à notre parti de participer au débat public national et amener un nombre bien plus important de citoyens à s’intéresser de près à notre discours. 

Une autre réussite de ce meeting aura été l’élargissement du rassemblement autour de Fabien Roussel. En effet, ce n’est pas moins de 4 forces de gauche, la Gauche républicaine et socialiste, les Radicaux de gauche, le Mouvement républicain et citoyen et la Nouvelle Gauche socialiste, qui ont pris la parole pour dire leur choix d’appeler à voter Fabien Roussel et de participer à la campagne.

Ainsi Fabien Roussel est le seul candidat de gauche à rassembler au-delà de ses rangs. Les prises de parole des différents représentants de ces organisations étaient éloquentes et pleines de valeur. Tout d’abord parce qu’elles venaient de responsables politiques qui, pour certains, ont mené par le passé des combats politiques à l’opposé des nôtres, comme Paul Dhaille ou Jean-Luc Laurent, mais aussi que les orateurs sont revenus sur un des sens de notre campagne : redonner de la force à une gauche populaire et républicaine. Marie-Noëlle Lienemann, malgré une voix enrouée, portait ainsi avec enthousiasme la nécessité du vote Fabien Roussel.

Et le discours du candidat communiste était le moment le plus attendu. Notons que Fabien Roussel a eu la bonne idée de faire une partie de son discours dehors sur une estrade improvisée devant la foule qui n’avait pas pu rentrer. Dans le contexte international si difficile que nous connaissons, alors que certains biens de consommation essentiels comme les carburants connaissent une inflation rapide, Fabien Roussel a tenu un discours que l’on pourrait résumer au mot d’ordre du Front populaire : le pain, la paix, la liberté. Il a ainsi développé nos propositions pour le pouvoir d’achat, rappelé le refus de toute escalade guerrière tout en condamnant sans réserve Poutine, et insisté sur la nécessité de reprendre le pouvoir sur les richesses qui circulent d’un pays à l’autre et dans notre pays pour que la souveraineté populaire puisse s’exercer.

Nous avons vécu un meeting enthousiasmant qui nous donne la force, dans les dernières semaines de campagne, de démultiplier nos efforts et d’aller chercher les voix une à une.

Adrien Tiberti, membre du CN