Soutenez le PCF et ses luttes : Souscrivez !

Publié le 11/12/2019 par PCF

Mobilisation contre la réforme des retraites vue par le MJCF

La contestation contre la réforme des retraites a rassemblé pas moins de 1,5 million de personnes dans les rues. Parmi eux, de nombreux jeunes étaient présents dans les manifestations.

Les jeunes dans les cortèges

Qui a dit que les retraites n’étaient pas une affaire de jeunes ? Jeudi dernier, des milliers de jeunes sont descendus dans les rues, partout en France, pour dénoncer la réforme des retraites. Les jeunes ont très bien compris que cette réforme allait particulièrement les toucher. Alors que, dans le système actuel, les 25 meilleures années sont prises en compte pour calculer le montant de la pension de retraite, désormais l’ensemble des années vont être prises en compte. Il ajoute ainsi dans le calcul de la retraite des années d'exploitation à temps partiel, postes particulièrement occupés par les jeunes. Le gouvernement cherchait et cherche encore à diviser les générations entre elles, en évoquant la possibilité que seuls les plus jeunes pourraient être concernés par la réforme. Les jeunes ont fait la meilleure réponse possible au gouvernement en se mobilisant et en clamant leur refus de la mise en place d’une telle réforme.

Les jeunes communistes ont répondu à l’appel de l’intersyndicale et étaient à la tête de l’ensemble des cortèges jeunes des manifestations. Ainsi, de Lille à Toulouse, en passant par Paris, Orléans, Rennes, Le Havre, Rouen, Bordeaux et de nombreuses autres villes, les jeunes communistes étaient massivement présents et ont organisé les jeunes lors de ces manifestations. En plus de dénoncer la réforme, les jeunes ont scandé leur volonté d’une nouvelle réforme. Les cortèges jeunes ont ainsi revendiqué l’arrêt des exonérations de cotisations qui représentent un manque à gagner colossal pour les caisses de la Sécurité sociale. Cet argent doit permettre aussi bien aux anciennes qu’aux nouvelles générations de partir à la retraite à 60 ans à taux plein, et permettre à la Sécurité sociale de financer un revenu étudiant pour faire en sorte que chaque jeune sorte de la précarité et se forme dans de bonnes conditions.

Le gouvernement (comme à son habitude) a choisi la répression plutôt que le dialogue

Alors que de nombreux jeunes, notamment lycéens, faisaient leurs premières expériences démocratiques, le gouvernement a encore une fois fait le choix de la répression pour empêcher les jeunes de s’exprimer.

Ainsi, de nombreuses universités, où des assemblées générales étudiantes devaient se tenir, ont été fermées pour empêcher les étudiants de s’organiser et de débattre de la réforme des retraites. Pire encore nous avons vu, tout au long de la semaine dernière, les mobilisations de jeunes se faire violemment réprimer par les forces de l’ordre. Certaines images choquantes de jeunes lycéens se faisant tirer dessus au flashball ou se faisant charger par les forces de l’ordre aux abords des lycées ont fait le tour des réseaux sociaux. Le message du gouvernement est clair : il veut mater la mobilisation des jeunes et les empêcher de s'exprimer. Cette forte répression représente un énorme déni de démocratie de la part du gouvernement. Alors que les médias nous rebattent les oreilles en nous disant que les jeunes ne s’intéressent plus à la politique, nous avons là l'exemple concret que cela est faux, et même que c’est le gouvernement qui cherche à museler toute contestation de ses politiques qui viendrait de la jeunesse.

Léon Deffontaines, secrétaire général du MJCF.

Notre site utilise des cookies qui nous permettent d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques de visites. En utilisant www.pcf.fr, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus