Publié le 22/09/2021 par PCF

Organiser la solidarité concrète : l’UEC au rendez-vous

Depuis plus deux ans, les étudiants et les étudiantes sont frappés par une explosion de la précarité. Nous restons encore aujourd’hui marqués par les images de centaines d’étudiants et d’étudiantes faisant la queue devant les banques alimentaires pendant le confinement.

Face à cette situation, en plus de mobiliser les étudiants et les étudiantes pour stopper cette précarité qui met en péril nos études, l'Union des étudiant·e·s communistes a décidé d’organiser la solidarité et de recréer des liens sociaux mis à mal par le confinement et la fermeture des universités.

C’est en créant des distributions et des collectes de produits de première nécessité sur tout le territoire que l’UEC a choisi de rejoindre ce mouvement de solidarité nationale, non pas par logique de charité mais en politisant les besoins des étudiants et des étudiantes.

Grâce à ces distributions faites en partenariat avec des associations tel que COP1 sur Paris, ou au sein même des cités-universitaires, des milliers d’étudiants et étudiantes ont pu bénéficier de paniers alimentaires et d’hygiène.

Les militants et militantes de l'UEC se sont largement engagé·e·s auprès des étudiants et des étudiants afin de faire valoir le droit à une vie et une éducation de qualité tout au long de cette large campagne d’actions de solidarité et des mobilisations victorieuses cette année.

Tenant à cette solidarité, l’UEC, comme tous les ans, a choisi d'organiser son bal populaire annuel place des Abbesses. Malgré son annulation pour cause sanitaire, ce bal est dans sa construction un symbole de solidarité. Tout d’abord il permet aux jeunes et en particulier aux étudiants et étudiantes d’accéder à une programmation musicale entièrement gratuite. La culture étant aussi un droit dont beaucoup en sont éloigné du fait de leur situation financière ou géographique, le bal de l’UEC permet de créer une forme autre de solidarité.

À l’heure de la rentrée étudiante, la situation de nombre d’étudiants et d’étudiantes s’est aggravée. Entre pénurie de logement, baisse des aides financières, suppression des repas CROUS à 1€, les étudiants et étudiantes se trouvent laissés sur le bas côté par un gouvernement avare de solutions.

Face à cela, l’UEC fait de nouveau le choix de s’engager auprès des étudiant.e.s et de continuer à créer cette solidarité nécessaire au vu de l’inaction et des choix politiques du gouvernement.

Alors que Macron organise avec “Les jeunes avec Macron” son meeting jeunesse, l’UEC organise son contre événement dans l’objectif de mettre la lumière sur les aspirations des étudiantes et des étudiants.

En effet, c’est à la date du 2 octobre, lors de la Conférence nationale des étudiant.e.s communistes, que cette solidarité s'exprimera. Une action de distribution alimentaire géante, avec des centaines de bénévoles et des organisations partenaires, sera organisée en plein Paris. Dans le même temps, la nécessité de mettre en place le revenu étudiant pour mettre fin à la précarité étudiante et instaurer un réel droit à la poursuite d’étude sera mis en avant aux côtés du Parti communiste français. Alors même que le gouvernement ne parvient pas à faire disparaître les inégalités d‘accès aux études, d’accès à une alimentation saine ou à la culture, l’UEC montre que c’est possible. Il semble que le temps soit venu pour le ministère de l’Enseignement et de la Recherche de trouver des solutions concrètes pour les étudiantes et les étudiants.

Léna Raud, coordinatrice nationale de l’UEC à l’organisation.