International publié le 26/03/2020

Pandémie du Covid-19 et guerres au Moyen-Orient

Alors que la pandémie se répand à l'échelle planétaire, le Moyen-Orient est frappé à son tour par le Covid-19. La contamination, à l'exception de l'Iran, n'a pas encore atteint l'échelle de la Chine, de l'Europe ou de l'Amérique du nord au moment où ces lignes sont écrites.

Pour autant, les conflits qui frappent la Syrie, la Libye, le Yémen ou l'Afghanistan ne sont pas interrompus. Les attentats, les massacres, les bombardements, les affrontements et l'exode des populations se poursuivent et se réactivent même.

La conjonction de la guerre, de l'absence ou de la défaillance de structures et de personnels sanitaires, de la pauvreté, des pénuries de médicaments ou d'alimentation en électricité constitue un terrain favorable à l'extension dramatique du coronavirus. La situation est particulièrement tragique dans les zones de guerre du Yémen, d'Idlib, dans les camps d'internement des djihadistes et de leurs familles mais aussi à Gaza en raison du blocus israélien ou en Cisjordanie.

A n'en pas douter, la pandémie aggravera les conflits car les groupes armés y voient un effet d'aubaine et exacerbera la situation humanitaire déjà apocalyptique.

Les ravages du virus ont déjà diminué la capacité et la volonté des États et du système international à se vouer à la résolution et à la prévention des surenchères militaires. Ces conflits sont désormais imperceptibles et inaudibles.

En dépit des difficultés à maintenir l'attention sur ces guerres et ce malgré les efforts de l'ONU, la persistance des foyers de guerre, l'émergence de nouveaux foyers de contamination auront des conséquences à l'échelle planétaire. La région a besoin de notre solidarité sur les plans humains, matériels et politiques. Cela passe par exemple par l'imposition de cessez-le-feu immédiats, la prise en charge des réfugiés et des malades, le rapatriement des familles de djihadistes internés au Rojava, la levée immédiate des sanctions contre l'Iran ou du blocus contre la bande de Gaza.

Pascal TORRE
responsable-adjoint du secteur International
chargé du Maghreb et du Moyen-Orient

Notre site utilise des cookies qui nous permettent d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques de visites. En utilisant www.pcf.fr, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus