Publié le 17/03/2021 par PCF

Présidentielle 2022 – Reconstruire l’espoir

Réunis samedi en conseil national, les communistes ont ouvert le débat sur leurs choix pour la présidentielle et les législatives pour “reconstruire l’espoir”. Le CN s’est notamment prononcé majoritairement en faveur d’une candidature communiste à l’élection présidentielle. Résumé. Extraits. Lire le texte intégral.

Le texte, dense (27 000 signes), s’ouvre sur l’ambition communiste pour la France, l’originalité de la démarche du PCF puis il insiste sur le caractère contradictoire de la situation politique, où « rien n’est joué », marquée à la fois par de « très grands dangers et des forces disponibles à l’action ». 

Des transformations révolutionnaires sont nécessaires pour sortir de la crise. Le document énumère alors les principales propositions que le PCF va mettre en débat : Une grande ambition de services publics, de protection et de promotion de biens communs ;  sécuriser tous les âges de la vie, pour ouvrir une nouvelle page de progrès humain ; une révolution du travail et de l’emploi ; une grande politique pour la jeunesse ; un mode de production et de consommation écologique et social ; renouer partout, pour toutes et tous, avec les principes de la République ; une grande politique de la culture et de l’éducation ; pour une planète durable, solidaire et en paix redonner à la France une capacité d’initiative indépendante ; agir pour une construction européenne rompant avec les règles néolibérales et austéritaires de l’UE. Deux moyens sont nécessaires pour y parvenir : prendre le pouvoir sur le capital et refonder la démocratie.

Rompre avec les logiques capitalistes

Le PCF « agit pour le rassemblement majoritaire de notre peuple », dit le chapitre suivant. « Ce ne sont pas seulement les divisions qui engendrent la fragilité de la perspective progressiste, c’est la faiblesse des idées et des choix portés par une large partie de la gauche qui nourrit l’abstention et ne permet pas de faire reculer le vote en faveur de l’extrême droite. D’importants débats, dont le peuple doit s’emparer, restent donc indispensables pour unir les forces populaires, dépasser les divisions des forces de gauche et écologistes en créant un socle d’idées suffisamment partagées, initier une construction politique nouvelle pour conduire au changement radical de politique qu’attend le pays. Nous entendons agir pour y parvenir, progresser dans cette direction en amplifiant les luttes, en poussant les idées anticapitalistes qui montent dans la société, en faisant gagner en influence les idées et propositions transformatrices portées par le Parti communiste français. Tout au long de l’année à venir, le PCF prendra des initiatives à même de réunir les conditions d’une alternative politique autour d’un pacte d’engagements législatifs communs. »

Une candidature communiste à la présidentielle

Le texte affirme qu’une « candidature communiste à la présidentielle (est) utile pour transformer la France et reconstruire la gauche » et il lance un appel : « Au monde du travail et de la création, à la jeunesse, à toutes les femmes et à tous les hommes de gauche, à celles et ceux qui sont en colère ou qui attendent des réponses à leurs aspirations, nous disons : ensemble, donnons-nous les moyens d’en finir réellement avec la pandémie et d’engager une rupture avec les logiques capitalistes qui ont mené notre pays et le monde à une impasse. L’heure est à nous unir pour conquérir une vie digne et émancipée, donner un nouveau sens au travail, à l’entreprise et à la vie sociale, réussir la transition sociale et écologique. L’heure est à construire ensemble et à faire progresser des idées révolutionnaires pour le pays. L’heure est à hisser la gauche à la hauteur des besoins communs et à construire l’alternative au pouvoir d’Emmanuel Macron.

La résolution énumère les luttes en cours : « Pour que cela débouche sur des changements concrets pour nos concitoyen·ne·s, nous décidons de proposer à notre peuple une candidature communiste. À travers cette candidature, il s’agit de porter un projet partagé pour la France et les grandes propositions qui en découlent, d’œuvrer à la remobilisation du monde du travail et de la création, de la jeunesse, des forces vives du pays, sans lesquels aucun changement majoritaire ne sera possible. Il s’agit également de proposer une nouvelle offre politique, d’enclencher une véritable dynamique de changement à partir de l’élection présidentielle, de favoriser ce faisant le rassemblement autour d’une perspective de transformation de la société, de construire les conditions d’une nouvelle majorité politique de gauche.

Un pacte d’engagements législatifs

Le document enfin montre que l’élection présidentielle et les élections législatives sont étroitement liées. « L’élection de député·e·s communistes et d’une majorité de gauche sera un important point d’appui pour la mise en œuvre d’une politique de réelle transformation sociale. Avec leur candidature à la présidentielle, les communistes entendent changer la donne, faire prévaloir à gauche des solutions transformatrices, renforcer l’influence communiste et donc celle de la gauche tout entière, initier une dynamique au service d’une nouvelle majorité politique, riche de sa diversité. Elles et ils proposent dès lors que se construise, avec toutes les forces de gauche et écologistes, en lien avec le mouvement populaire, et sur la base de mesures remettant en cause les logiques capitalistes, un pacte d’engagements législatifs communs pour une majorité de gauche à l’Assemblée nationale. Non un contrat de sommet, mais une réponse véritable aux attentes du pays. Dans chaque circonscription, nous voulons libérer les immenses aspirations au changement, prendre appui sur la richesse de chaque territoire. »

 

OPTION ALTERNATIVE

Une option alternative à la proposition adoptée par le Conseil national défend une autre orientation pour les échéances présidentielles et législatives de 2022 en remplacement des deux dernières parties du texte.

2022 risque fort de ressembler à 2017, mais en pire, dit ce texte qui fait « le choix d'une démarche d'alliance et de coalition, dans la clarté d'un projet de rupture. Pour y parvenir, nous nous proposons d'interpeller et de rencontrer forces de gauche et acteurs du mouvement social pour construire une stratégie partagée. » Il aligne « 10 mesures majeures ». Pour appuyer cette démarche nous prendrons toutes les dispositions pour la populariser, ajoute cette option. « Au terme de ce processus, au second semestre 2021, les communistes se réuniront à nouveau en conférence nationale, pour s'exprimer sur les résultats de notre démarche et sur la proposition stratégique ainsi élaborée. » 

Notre site utilise des cookies qui nous permettent d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques de visites. En utilisant www.pcf.fr, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus