International publié le 02/12/2021

Retour sur le forum européen des forces de gauche et écologistes

Le 5e forum des forces de gauche, progressistes et écologiques européennes s’est réuni à Bruxelles les 26 et 27 novembre derniers. Les séances plénières consacrées à la situation économique et sociale en Europe suite à la pandémie, à la lutte contre l’essor de l’extrême-droite et aux enjeux écologiques, ont été complétées par l’assemblée des femmes, l’assemblée des jeunes, l’assemblée des syndicalistes et l’assemblée de la culture. Ce week-end faisait suite à une série d’ateliers thématiques en ligne qui se sont étalés sur les deux semaines précédentes, sur l’utilisation de l’argent en Europe, le « plan de relance » de l’UE, la levée des brevets sur les vaccins et l’accueil des migrants.

L’objectif de ce forum annuel, initié suite au congrès du Parti de la Gauche Européenne de Berlin en 2016, est d’offrir à la gauche de transformation sociale et écologique du continent, qu’elle soit politique, syndicale ou associative, un espace commun, stratégiquement non délimité, de débats et d’initiatives face au défi de civilisation qui se pose aux peuples et aux nations européennes, face à la crise du capitalisme, à la crise sanitaire, à la crise climatique, à la crise démocratique et à la militarisation des rapports de force internationaux. Si l’état de la gauche européenne et les débats qui la traversent ne permettent pas à ce stade d’envisager la constitution d’un cadre sur le modèle du forum de Sao Paolo, le forum porte l’ambition de créer du commun à partir du partage et de la confrontation d’analyses et d’expériences.

Cette édition souligna, entre autres choses, à travers différentes interventions, l’impérieuse nécessité de mettre fin au dogme néolibéral du pacte de stabilité et de croissance pour ouvrir la voie à d’autres coopérations européennes au bénéfice des peuples, de répondre à l’échec de la COP 26 par une large mobilisation qui impose de suivre les recommandations du GIEC, de lutter sans cesse pour l’égalité femmes-hommes, de s’écarter de la logique de blocs militarisés entretenue par l’OTAN.

Les enjeux internationaux furent également présents, notamment la solidarité avec le peuple cubain face au blocus.

délégation-PCF.jpgLe PCF y fut représenté par une délégation sur place et par l’intervention de notre secrétaire national Fabien Roussel retransmise dans la session plénière sur la situation économique et sociale suite à la pandémie. Dans son intervention, Fabien Roussel a avancé quatre propositions : celle de mettre définitivement fin à l’ordre maastrichtien et au pacte de stabilité ; celle de le remplacer par un nouveau pacte pour le progrès social et la transition écologique permettant un plan d’investissement financé à hauteur de 6% du PIB européen, soit 900 milliards d’euros par an, selon les recommandations du GIEC ; celle d’agir immédiatement pour la levée des brevets sur les vaccins ; celle de lutter concrètement contre les délocalisations qui déstructurent le travail et le tissu industriel. Le PCF joue dans le forum et sa préparation un rôle concret, à travers sa vice-présidence du PGE, avec Pierre Laurent, et son rôle dans l’animation de la séance plénière sur l’environnement, avec Hervé Bramy.

Soyons clairs. Le forum européen a encore de nombreux défis à relever pour gagner en efficacité et en dynamique politiques. Il a su trouver sa place dans le calendrier de la gauche européenne voire internationale. La présence à la séance d’ouverture de Jeremy Corbyn et de Monica Valiente, secrétaire exécutive du forum de Sao Paolo, en témoignent. Mais cela ne suffit pas. Il doit aussi trouver sa place et son rôle dans les évolutions politiques de la gauche en Europe. Il doit pour cela franchir une nouvelle étape de son développement, en proposant, au-delà du rendez-vous annuel, différentes occasions d’approfondir les débats et de concevoir des actions communes, dans le respect de la diversité politique et des contextes nationaux des forces représentées.

Vincent Boulet,
membre de la Commission des relations internationales du PCF
responsables des Affaires européennes