International publié le 01/10/2021

Sahara Occidental : Un cinglant désaveu pour le Maroc

visuel_cours-de-justice-européenne.jpg

Le tribunal de l’Union européenne vient d’annuler deux accords commerciaux entre l’Union européenne et le Maroc accordant des tarifs préférentiels aux produits agricoles et de la pêche issus des territoires occupés. Cette juridiction réitère un jugement que la commission européenne s’était empressée de violer sur l’instance de Paris.

Cette décision, conforme au droit international, rappelle que le Sahara occidental est un territoire non autonome en l’absence de règlement définitif. Pour l’ONU, seul un référendum d’autodétermination peut permettre au peuple sahraoui de déterminer son destin et de mettre un terme à la violente occupation et au pillage colonial du Maroc.

Le tribunal rappelle également que le Front Polisario est le représentant du peuple sahraoui sur le plan international.

Au regard des évolutions récentes de la politique de Rabat : chantage aux migrants, atteintes aux libertés et croissance des inégalités, trafics en tout genre, affaire d’espionnage Pegasus, rupture de la trêve avec le Front Polisario et aggravation des tensions régionales… Paris serait bien inspiré de tirer les leçons de ces impasses diplomatiques et de changer radicalement de politique.

La voie de la paix est celle du respect de la légalité internationale qui proclame le droit inaliénable, non négociable et imprescriptible du peuple sahraoui à l’autodétermination.

Dans ce combat pour la liberté et la démocratie, les communistes français sont aux côtés du peuple sahraoui et du Front Polisario.

Pascal Torre
responsable-adjoint du secteur international du PCF
chargé du Maghreb et du Moyen-Orient