Publié le 01/06/2022 par PCF

Un député communiste pour le Pas-de-Calais, c'est possible !

Le 13 mai, Jean-Marc Tellier, candidat titulaire, et Donata Hochart, candidate remplaçante sur la troisième circonscription du Pas-de-Calais, ont annoncé leurs candidatures devant une salle comble qui débordait sur les trottoirs de Lens.

Cette candidature est soutenue par 12 des 13 maires de la circonscription, par le président du Conseil départemental, par le président de la communauté d’agglomération de Lens-Liévin, de l’ensemble des conseillers départementaux de la circonscription et de toutes les forces de gauche rassemblées sous la bannière de la Nouvelle union populaire écologique et sociale.

Ces dernières années, Jean-Marc Tellier a été à l’initiative de multiples combats pour les services publics, les transports, le droit à la santé pour tous, la lutte contre le mal-logement, le droit des enfants, le droit de bien se nourrir, la lutte contre les expulsions, la lutte contre les augmentations du coût de l’énergie et contre les coupures de gaz et d’électricité, et pour la paix et l’amitié entre les peuples.

La campagne bat son plein sur l’ensemble de la circonscription. Les militants des quatre forces politiques et les sympathisants s’attellent au porte-à-porte pour présenter le candidat, ses propositions, et aussi faire connaître le NON-bilan du député RN sortant. En effet, que ce soit pour la circonscription de Lens ou à l’Assemblée nationale, le bilan du député sortant est proche du néant.

La caravane aux couleurs de la campagne de Jean-Marc Tellier sillonne le territoire et fait étape sur les marchés. L’accueil réservé aux candidats et aux militants est bon et encourage à redoubler d’efforts. Sylvain Robert, maire de Lens et président de l’agglomération, a accepté de présider avec Cathy Apourceau-Poly, sénatrice, le comité de soutien.

Le bassin minier est un territoire qui est laissé à l’abandon depuis trop longtemps. Les élus locaux, malgré leur dévouement, ont besoin d’un homme sur qui s’appuyer afin de faire entendre et mesurer les réalités de notre quotidien.

Le bassin minier mérite autant d’attention de la part de l’État que les grandes métropoles. Et les ouvriers autant que les classes sociales les plus nanties. Cette candidature a pour objectifs d’être utile, donner plus de force aux luttes et plus de moyens de développement au bassin minier, participer à l’émergence de nouvelles politiques profondément ancrées à gauche, participer à mettre en œuvre des réformes pour stopper la hausse des prix, à commencer par celle des carburants et de l’alimentation, porter tout de suite le SMIC à 1 500 euros net, revaloriser les retraites et mettre en place une garantie d’autonomie jeune...

La gauche rassemblée au sein de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) a toutes les chances de réussir le premier tour et de chasser le député RN au second. À l’instar des élections départementales de 2021, où l’union intelligente dès le premier tour a permis de gagner 4 cantons sur le RN (dont trois ont des communes sur la circonscription) et ainsi diviser par deux leur nombre d’élus au conseil départemental.

Alors, oui, il est possible de battre l’extrême droite et d’élire un député engagé pour la justice sociale, engagé pour être utile aux habitants et au territoire !

Nicolas Chevet