Publié le 01/12/2021 par PCF

Vaucluse: Création d’une cellule d’entreprise

Création de la cellule Marie-Hélène Calvetti dans une usine vauclusienne.

Le 21 novembre, une douzaine de travailleurs membres de la section Oswald-Calvetti de Pernes-les-Fontaines (Vaucluse) venus à Paris à l’occasion du grand meeting de Fabien Roussel, place de la Bataille de Stalingrad, ont souhaité faire un détour par la place du Colonel-Fabien, siège de notre parti, pour y officialiser la création de la première cellule d’entreprise privée dans une usine du secteur agro-alimentaire du département depuis des décennies. Grâce à la gentillesse et au dévouement de notre camarade parisienne Léna Mons, ce souhait a pu devenir réalité.


Cette cellule, baptisée Marie-Hélène Calvetti, en l’honneur de notre camarade, militante infatigable de la CGT et du Parti communiste, décédée au cours de l’année, composée de quatre ouvriers et ouvrières, s’est structurée après huit années de travail militant, dont les trois dernières acharnées. Cette création est le fruit non seulement de la rupture qu’a signifiée le 38e congrès, mais aussi du choix d’une candidature communiste, en l’occurrence celle de Fabien Roussel, décisions essentielles à la reconstruction des bases nécessaires au renforcement du Parti.


Ce travail n’a pas été de tout repos : notre section a dû se livrer à un travail de fond, long, complexe.


C’est par une présence et un travail réguliers que nous sommes passés pour les travailleurs de cette entreprise de la simple indifférence à la curiosité, puis à un intérêt grandissant et un accueil chaleureux lors des distributions de matériel, sans hésiter à mettre en avant des sujets de fond et des positions de classe.


Ainsi, au fil des mois, un premier travailleur, puis deux, puis trois nous ont rejoint, jusqu’au jour où il nous est apparu, avec l’arrivée d’une nouvelle camarade, la possibilité de les organiser en cellule, outil de base qui permettra leur structuration politique et d’aller vers un renforcement rapide.


Une cellule pour échanger, confronter les points de vue, se former, une tâche prioritaire, avec le soutien de l’ensemble de la section.


Cette adhésion, au sein d’une cellule d’entreprise, c’est permettre la prise de conscience pour les prolétaires qu’il leur faut un parti pour s’organiser politiquement, se structurer, afin d’agir. « Pas de théorie révolutionnaire sans mouvement révolutionnaire », écrivait Lénine. La théorie n’étant rien sans la pratique, et la pratique rien sans la théorie, c’est par la base que nous devons renforcer le Parti, seul outil capable de structurer les travailleurs en avant-garde consciente et agissante dans sa tâche historique, celle de renverser le capitalisme et construire le socialisme.


Cette création est donc le fruit conjoint d’un travail acharné des militants communistes, d’un contexte historique particulier pour les travailleurs et le Parti, mais aussi et surtout des travailleurs eux-mêmes.
Nous portons désormais la lourde responsabilité de mener à bien notre tâche en structurant, formant et donnant les moyens d’agir à cette première cellule d’entreprise privée vauclusienne.


Par cette contribution, la possibilité de faire part de cette expérience, nous souhaitions avant toute chose non pas exposer simplement et avec fierté notre travail et ses résultats, mais encourager l’ensemble des camarades au moment où des tâches immenses nous attendent. Il est vrai que parfois tout semble perdu, qu’il est difficile de mobiliser, la montée des réactionnaires pousserait même presque à abandonner. Mais une leçon que nous avons retenue des longues années de combat que notre section a vécues, ainsi que de nos aînés résistants FTPF qui nous inspirent, c’est qu’aucune situation n’est sans issue. Il y a toujours un moyen de s’en sortir, toujours un phare dans la nuit, et ce phare c’est notre parti.


La campagne des Jours heureux ne sera un succès que si elle nous permet de renforcer, à la base et de façon très concrète, notre parti, sans perdre de vue le renversement du capitalisme qui menace la paix mondiale et la vie humaine.


C’est donc un message d’encouragement et d’espoir que portent cette cellule d’entreprise et notre section : En avant, camarades, plus un seul d’entre nous ne doit manquer pour qu’adviennent les Jours heureux !